2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Monday, January 14, 2008

*L'Europe continue de cristalliser le malaise du PS* France


***La réunion habituelle du groupe socialiste, prévue mardi 15 janvier, à l'Assemblée nationale, représente l'ultime chance, pour le PS, d'établir une ligne de conduite commune et de sortir de la confusion sur le traité européen. La cacophonie règne dans ses rangs depuis que Jean-Marc Ayrault a annoncé, le 8 janvier, son souhait que les parlementaires du PS boycottent le Congrès qui doit approuver la révision constitutionnelle. Selon le "patron" des députés socialistes, il s'agit de marquer la désapprobation face au refus de Nicolas Sarkozy d'organiser un référendum pour la ratification du traité européen adopté à Lisbonne.

L'Assemblée devait commencer, mardi, l'examen du projet de loi constitutionnelle préalable à la ratification du traité. Après avoir été votée dans chacune des deux chambres, la révision constitutionnelle autorisant la France à "participer à l'Union européenne dans les conditions prévues par le traité de Lisbonne" sera ensuite soumise au Parlement réuni en Congrès, à Versailles, le 4 février. Si elle y recueille une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés, la voie sera alors ouverte pour la ratification du traité.

Le PS reste, dans sa majorité, favorable à son adoption, ainsi qu'en a décidé le bureau national du 6 novembre 2007. Mais la proposition de boycotter le congrès, émise avant que le groupe en discute, ranime les vieilles querelles. D'autant plus que, quelques heures plus tard, le premier secrétaire du PS, François Hollande, confirmait à son tour qu'il n'avait pas l'intention de se rendre à Versailles, installant ainsi l'idée que ce choix serait la position officielle du PS. M. Hollande a toutefois amorcé un premier recul, dimanche 13 janvier, en indiquant que la décision n'était pas prise.

Depuis cette annonce de M. Ayrault, les prises de position contradictoires se sont multipliées. Le plus prompt a été Henri Emmanuelli, qui a immédiatement adressé un courrier à ses collègues pour les presser de ne pas s'en tenir à une attitude qu'il qualifie de "duplicité". Pour le député des Landes, opposé à l'adoption du traité européen, le seul moyen juridique d'obtenir l'organisation d'un référendum est de rejeter la modification constitutionnelle préalable. Or, son adoption devant être acquise par une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés, ne pas se rendre à Versailles revient à laisser le champ libre aux partisans du oui. Lui ira donc à Versailles, mais pour voter non.

Même chose pour Laurent Fabius, qui considère le boycott de Versailles comme une "esquive". "Je ne comprends pas cette position", déplore le député de Seine-Maritime. Tout comme David Assouline, proche de Ségolène Royal, bien que le sénateur de Paris soit favorable à l'adoption du nouveau traité européen. De leur côté, les deux sénateurs du PS représentant les Français de l'étranger ont l'intention d'aller à Versailles, pour voter oui. Manuel Valls, député de l'Essonne, entend faire de même.

Pour sa part, Pierre Moscovici pense qu'il faudrait s'entendre pour se rendre à Versailles et ne pas prendre part au vote. A défaut, il est prêt à voter oui. Pour ne pas être en reste, Bertrand Delanoë a émis le souhait que le PS ne soit pas "ambigu" sur son soutien au traité de Lisbonne. "Si j'étais parlementaire, cela me paraîtrait logique de voter la réforme constitutionnelle", a indiqué le maire de Paris.

Le 6 novembre, le bureau national s'était, non sans mal, prononcé en faveur du traité mais il avait renoncé à trancher la question du mode de ratification. Celle-ci n'avait pourtant rien de secondaire ; en 2005, après l'échec du référendum européen, le congrès du Mans s'était achevé sur un compromis visant à exiger que tout nouveau traité européen fasse l'objet d'une consultation populaire.

Cet énième épisode de tension démontre l'incapacité de la direction du PS à exercer son autorité. Cependant, la proximité des élections municipales et les approches tactiques en vue du congrès du PS prévu à l'automne - les fabiusiens ne voulant pas compromettre un possible rapprochement avec les strauss-kahniens, et les partisans de Martine Aubry, favorables au traité de Lisbonne - pourraient contribuer à apaiser les tensions. "C'est un mauvais moment à passer. Vivement que tout ça se termine et que nous puissions passer à autre chose", se résigne Julien Dray, député de l'Essonne.

Jean-Michel Normand et Patrick Roger
Le Monde
15.01.08.

No comments: