2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Tuesday, May 06, 2008

*** Sarkozy en trois actes...***


***Un an après avoir appelé à voter pour lui, The Economist tente un premier bilan de l'action du président français. Le verdict ? Peut beaucoup mieux faire…

Pour résumer un an de présidence Sarkozy, The Economist use de la métaphore théâtrale. Selon l'hebdomadaire britannique, il y aurait eu trois actes bien remplis. Le premier serait celui du "président électrisant". C'est l'immédiat après-victoire, lorsque Sarkozy courait à Manhattan en tee-shirt, quand il composait un gouvernement féminisé, rajeuni et où les "minorités visibles" occupaient des responsabilités inédites. C'est l'époque des réformes rondement menées (autonomie des universités, régimes spéciaux de retraite, minitraité européen) et du franc parler.

L'acte II, toujours selon The Economist, est beaucoup moins flatteur : c'est celui de l'humiliation. Une période sombre de divorce express, d'exhibitionnisme vacancier, de yachts luxueux et d'un remariage qui a plus alimenté la presse du cœur que les chroniques politiques. C'est l'époque de la plongée des sondages en eaux (très) profondes et du fameux surnom qui depuis lui colle à la peau : le "président bling-bling".

Le troisième acte vient, lui, à peine de commencer. C'est l'ère de la présidentialisation du président. D'un coup, les costumes se sont faits plus sages, les inaugurations solennelles se sont multipliées, et l'on a même pu entendre celui qui ne doute de rien s'excuser en direct à la télévision pour des "couacs" que lui et son gouvernement auraient commis.

Pourtant, ajoute l'hebdomadaire britannique, il est difficile de juger un homme d'Etat en un an d'exercice du pouvoir. "Margaret Thatcher n'a commencé à privatiser ou à affronter les syndicats qu'au début de son second mandat. Et, pour être tout à fait juste, il faut dire que Nicolas Sarkozy a plus réformé en un an que son prédécesseur en douze". Même si "ces réformes sont moins radicales qu'attendu".

The Economist prend pour exemple le marché de l'emploi. "La seule nouveauté de l'accord passé entre patrons et syndicats est la possibilité d'une séparation à l'amiable entre le salarié et son employeur. Aujourd'hui, 30 % des licenciements finissent devant les prud'hommes et 70 % des jugements sont défavorables aux entrepreneurs. Mais la réforme laisse de côté deux contraintes bien plus fortes du marché français du travail : les règles qui empêchent de licencier lorsque l'entreprise fait des bénéfices et la semaine de 35 heures."

Le problème est qu'il y a encore beaucoup à faire et que "le président ne peut plus compter sur sa popularité pour passer outre les conservatismes". De plus, "la situation internationale rattrape la France et réduit ses marges de manœuvre. La promesse de Sarkozy de réduire le poids de la dépense publique semble déjà passée par pertes et profits."

Enfin, il y a cette exception française qui rend tout difficile : "Alors que la France compte quelques-unes des entreprises les plus mondialisées de la planète, les Français continuent de craindre la mondialisation. Un récent sondage montre que seuls 41 % d'entre eux jugent positivement l'économie de marché, contre 59 % des Britanniques. En clair, les Français ont besoin qu'on leur explique que la France n'est pas seulement victime du capitalisme globalisé, mais qu'elle en est bien un des principaux bénéficiaires."

Le conseil de The Economist ? "Ecouter son ami Tony Blair qui, en 2005, après huit années passées à Downing Street, expliquait que lorsqu'il repensait à ses réformes, il s'en voulait toujours de ne pas avoir été plus loin."

Anthony Bellanger
Courrier International
5 mai 2008

No comments: