2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Thursday, June 04, 2009

* Réglementation d'Internet...*

***La «neutralité du net» nuirait à son développement :

Il faut laisser les consommateurs choisir les combinaisons de prix et de services Internet les plus adaptées à leurs besoins plutôt que de laisser le gouvernement légiférer le développement d'une industrie très volatile comme celle du net.

Réglementer afin d'adopter un principe de «neutralité du net» serait malavisé puisque derrière ce concept se cache une nouvelle contrainte imposée aux propriétaires de réseaux de télécommunications quant à l'utilisation et à la tarification de leurs services.

Bien que le CRTC ait déjà conclu à la légalité des pratiques de gestion du trafic Internet de Bell Canada, l'organisme gouvernemental a décidé d'élargir le débat, notamment lors d'audiences publiques qui débuteront le mois prochain. Le projet de loi C-398 déposé par le NPD, qui soulève les mêmes préoccupations, sera aussi bientôt examiné à Ottawa.

Considérant les nouvelles applications qui grandissent en popularité, comme la vidéo en continu et la téléphonie IP, la neutralité du net risque fort d'entraver l'innovation dans les services Internet à large bande en éliminant les incitations à investir de manière continue dans l'amélioration du débit, de la qualité et de la sécurité des réseaux. Ce type de réglementation des prix et services provoquerait des pertes d'efficacité dans le marché hautement dynamique des services Internet de nouvelle génération.

«Il ne faut pas nuire au développement de la compétitivité canadienne en télécommunications au nom de craintes hypothétiques de préjudice à court terme. À long terme, l'érosion des droits de propriété des fournisseurs d'accès affaiblira leurs incitations à investir dans le développement de la capacité et de la mise à niveau des réseaux. Cela mènera à une diminution de la performance et à des services plus dispendieux», explique Marcel Boyer, l'auteur d'une Note économique publiée aujourd'hui par l'Institut économique de Montréal (IEDM), organisme dont il est vice-président et économiste en chef.

Le président de l'IEDM, Michel Kelly-Gagnon, avance qu'«historiquement, Internet a été complètement réglementé et il faut défendre sa liberté et son indépendance puisqu'une intervention de l'État représenterait la fin de ce réseau tel que nous le connaissons. Un Internet fondé sur le libre marché est supérieur parce que les propriétaires de réseaux ont un intérêt mutuel à régler les problèmes, à innover et à répondre aux besoins des consommateurs tout en recevant un rendement concurrentiel sur leur investissement».

Cette Note économique, intitulée: La neutralité du net serait-elle efficace d'un point de vue économique? est disponible gratuitement au www.iedm.org.

La «neutralité du net», pas efficace sur le plan économique

En invoquant de façon malavisée la protection de la concurrence, les tenants de la neutralité du net n'atteindront pas cet objectif. Il faut justement laisser le libre marché jouer son rôle en permettant aux propriétaires de réseaux et aux fournisseurs d'accès de différencier leur offre de service et leur tarification.

Tant que la concurrence est suffisamment présente et que l'information fournie aux consommateurs leur permet de prendre des décisions éclairées entre les diverses offres de service, la réglementation des formules de tarification n'est ni nécessaire ni désirable puisqu'elle nuirait au processus de découverte des meilleures offres.

Le gouvernement devrait protéger les intérêts de tous les utilisateurs et citoyens et promouvoir un usage optimal des réseaux. «Il est préférable de confier à un organisme général de surveillance des entraves à la concurrence, comme le Bureau de la concurrence, le mandat d'enquêter lorsqu'il y a des preuves d'abus ou de pratiques illégales de la part des fournisseurs d'accès», ajoute Marcel Boyer.

Canoë
04/06/2009

No comments: