2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Wednesday, November 18, 2009

*« Des services en lignes plus efficaces grâce à la coopération entre les entreprises et les administrations »*


***Il est important que l’industrie et les administrations coopèrent afin de développer de nouveaux services d’intérêt général innovants sur Internet. « En coopérant nous pouvons plus facilement comprendre quelles priorités choisir » explique Bridget Cosgrave. Elle est la Directrice générale de Digitaleurope, une organisation parapluie regroupant 62 entreprises multinationales et 42 organisations nationales actives dans le domaine de l’industrie des technologies de l’information en Europe. Bridget Cosgrave participe à la Conférence sur l’administration électronique à Malmö les 19 et 20 novembre.

- Il est important pour l’industrie de comprendre les défis auxquels les administrations doivent faire face afin d'adapter la recherche et le développement d'une bonne manière et de proposer des solutions innovantes. Mais c’est aussi une possibilité pour les administrations de comprendre comment elles peuvent tirer avantage des solutions déjà existantes en terme de technologies de l'information et de communication dans le but de faire face à ces défis.

Toute une série de questions vont être examinées lors de la Conférence sur l'administration électronique à Malmö, par exemple, la mise en avant de nouveaux services en ligne innovants au niveau européen , et l’utilisation des informations publiques par les pays membres. Comment décrieriez-vous le besoin de telles conférences ?
- Au sein de Digitaleurope, nous pensons que les conférences sont nécessaires au développement du dialogue sur l'administration électronique. Toutes les parties intéressées par le sujet seront sur place pour discuter des possibilités des technologies de l'information et de communication, d'alléger la relation à la fois aux citoyens et aux entreprises, et de faire des économies de coût et d'énergie. Nous apprécions tout particulièrement l'initiative de la Présidence suédoise d’intégrer les discussions autour de l’administration électronique dans un plus grand contexte. Nous sommes très intéressés par les débats sur le marché communautaire numérique et sur l’avenir de la politique de l’UE en matière de technologies de l’information , eUnion 2015.

À la conférence participeront non seulement des représentants des 27 pays membres mais aussi des pays candidats, des pays de l'AELE et de plusieurs autres pays. Dans quelle mesure la coopération internationale est-elle importante pour le développement de l’administration électronique ?
- La coopération est nécessaire ! En ce qui concerne les services administratifs en ligne, les avis sont toujours partagés au niveau national. Les services transfrontaliers font toujours partie des exceptions. Il est important pour l’UE et les pays de l’AELE de coopérer et de définir les priorités communes, et de développer les possibilités d’exportations. Mais il serait aussi intéressant d’améliorer la coopération internationale afin de partager les bons exemples.

À votre avis, quels sont les défis les plus importants au sein de l’administration électronique ?
- L’utilisation de l’administration électronique est dépendante, en Europe, de connections à internet rapides et fiables. Les efforts faits pour accéder au haut débit doivent être encouragés, peu importe la technique utilisée. Un personnel administratif compétent en la matière est aussi fondamental. Un changement d’organisation et culturel des administrations publiques est aussi nécessaire afin de profiter au maximum du potentiel de l'administration électronique.
En même temps que la crise économique limite les gouvernements de nombreux pays au niveau budgétaire , l’administration publique doit offrir des services de qualité. Les citoyens et les entreprises exigent une plus grande ouverture et de meilleurs services. Les technologies de l’information et de communication devraient être vues comme un outil nécessaire afin de développer une attitude plus interactive et plus durable.

Comment voyez l'avenir de l'administration électronique ?
- L’Europe devrait être le leader en matière d’administration électronique au niveau des citoyens. Des services administratifs efficaces sont nécessaires à la compétitivité européenne puisqu'ils permettent la création d'un environnement avantageux pour les entreprises et les citoyens. Une utilisation innovante des technologies de l’information et de communication au sein de l’administration électronique, permet de diminuer le poids administratif tout en offrant une solution durable. Nous pensons qu’une meilleure administration électronique est nécessaire au développement de services transfrontaliers et à la création d’un marché numérique communautaire.

La Présidence et la Commission européenne doivent présenter une déclaration ministérielle sur la manière dont la future administration électronique en Europe doit être élaborée. Vous allez présenter une déclaration équivalente au niveau industriel. Quel est le sens de telles déclarations ?
- Digitaleurope présente une déclaration industrielle pour la troisième fois. Nous avons donc pu évaluer les progrès faits depuis 2007. Et la plupart des pays membres ont fait de réels progrès en ce qui concerne l’accès aux services administratifs en ligne. Mais le développement des services en ligne n’est toujours pas satisfaisant de manière générale au sein de l’UE. Les services en lignes transfrontaliers font toujours plus souvent partie des exceptions que de la règle. Nous sommes cependant convaincus que l’engagement des pays membres dans la déclaration ministérielle à venir est un pas important pour une UE qui prend la tête au niveau mondial dans l’offre de services administratifs efficaces, durables et centrés sur l’utilisateur.

Que pouvez-dire du contenu de la déclaration ?
- Digitaleurope se réjouit de l’invitation faite pour présenter la déclaration industrielle lors de la conférence ministérielle. La conférence nous donnera la possibilité de marquer les solutions et les technologies déjà existantes qui devraient être considérées comme étant la clef du développement dans les années à venir. Nous espérons un engagement nécessaire afin de rendre réelle cette vision commune. Digitaleurope s’engage à continuer à contribuer au développement de l’ordre du jour de l'administration électronique.

se2009.eu

No comments: