2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Wednesday, January 13, 2010

*Les Français travaillent plus que les Allemands, nettement moins que les Américains...*


***La France, qui passe souvent pour un pays où l'on travaille peu, n'a pas totalement usurpé sa réputation : selon une étude de l'Insee, intitulée "Soixante ans de réduction du temps de travail dans le monde", rendue publique mercredi 13 janvier, elle affichait, en 2007, une durée moyenne de travail de 1 559 heures par an, ce qui la place au huitième rang d'un panel regroupant dix pays développés – le Japon, les Etats-Unis, la République de Corée, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Italie, la Suède, le Royaume-Uni et l'Espagne.

Les Français travaillent un peu plus que les Néerlandais ou les Allemands, mais nettement moins que les Espagnols, les Japonais, les Coréens ou les Américains, qui détiennent les records de durée du travail.

En France comme dans la plupart des pays développés, le temps de travail a fortement baissé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. De 1950 à 2007, la durée moyenne annuelle est ainsi passée de 2 230 à 1 559 heures, ce qui représente un recul de 30 %.

Selon les auteurs de l'étude, Gérard Bouvier et Fatoumata Diallo, cette baisse est liée à la fois au développement du salariat, à la diminution de la durée hebdomadaire collective du travail, à l'augmentation des jours de congés et à la progression du temps partiel.

GAIN DE PRODUCTIVITÉ

Dans les années qui suivent la Libération, le déclin de l'agriculture, qui impose des emplois du temps très chargés, est, en France, le principal facteur de la baisse du temps de travail. De 1950 à 1966, la part des salariés passe ainsi de 65 % à 76 %, expliquant pour l'essentiel le recul de la durée moyenne du travail. "Dans quasiment tous les pays, le déclin de l'emploi agricole a déterminé le rythme et l'ampleur de la salarisation, qui atteint aujourd'hui un taux proche de 90 %, comme en France", souligne l'étude de l'Insee.

Dans les années 1960 et 1970, les gains de productivité permettent de relâcher la pression sur le marché du travail : le recours aux heures supplémentaires est moins fréquent et une troisième semaine de congés payés est négociée en 1968. L'effet sur la durée moyenne de travail est sensible : de 1958 à 1974, elle continue à baisser, passant de 1920 à 1 763 heures de travail par an. Cette tendance se renforce dans les années 1970 sous l'effet du premier choc pétrolier, qui provoque un ralentissement de la croissance.

A partir des années 1980, les mesures sur le temps de travail se succèdent pour tenter de freiner la hausse du chômage : baisse de la durée hebdomadaire à 39 heures en 1982, cinquième semaine de congés payés la même année, nouvelle baisse de la durée légale du travail en 1998 et en 2000. "Les mutations de la composition de l'emploi (déclin de l'emploi industriel, croissance des emplois de services, plus souvent à temps partiel) ont également contribué à cette baisse de la durée", soulignent M. Bouvier et Mme Diallo.

Car le développement du travail partiel devient, à partir des années 1990, le moteur essentiel de la baisse du temps de travail. En France, de 1990 à 1998, la part des salariés à temps partiel explose, passant de 9,5 % à 15 %. Très répandu dans le secteur des services, le temps partiel, qui concerne principalement les femmes, est souvent subi dans les professions peu qualifiées.

Il se développe cependant dans tous les pays développés : en 2007, il représentait 13 % des emplois aux Etats-Unis, 17 en France, 19 % au Japon, 25 % en Allemagne, au Royaume-Uni et en Suède, 47 % aux Pays-Bas.

La France n'a pas été épargnée par cette forte augmentation du temps partiel mais elle semble moins touchée que certains de ses voisins. Dans l'Hexagone, la baisse récente de la durée moyenne annuelle du travail est donc liée à un autre phénomène : la réduction collective du temps de travail. "Avec les lois Robien (1996) puis Aubry (1998, 2000), la durée du travail hebdomadaire théorique a de nouveau nettement baissé, passant de 38,4 en 1998 à 35,9 heures en 2006", conclut l'étude.

Anne Chemin
Le Monde
14.01.10

No comments: