2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Sunday, March 07, 2010

*Conférence Internationale sur l’Accès au Nucléaire Civil*

***La coopération internationale : un impératif pour la renaissance du nucléaire.

Plus d'une vingtaine d'Etats, dont plusieurs pays en développement, pourraient mettre leur première centrale nucléaire en service dans les vingt prochaines années. On ne peut que s'en féliciter. L'électronucléaire peut apporter une contribution majeure au développement économique et aider à atténuer les changements climatiques. L'accès à cette technologie ne devrait pas être le privilège exclusif des pays riches.

Le lancement d'un programme électronucléaire est cependant une entreprise extrêmement complexe, exigeant un renforcement sans précédent de la coopération internationale.

Je salue donc l'initiative du président Nicolas Sarkozy d'accueillir les 8 et 9 mars la conférence internationale sur l'accès au nucléaire civil qui, j'en suis sûr, contribuera à "hâter et à accroître la contribution de l'énergie atomique à la paix, à la santé et à la prospérité dans le monde entier", pour reprendre les termes du statut de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Face au recours accru à l'électronucléaire, les pays fournisseurs de technologies, comme la France, ont une responsabilité particulière qui va bien au-delà de la livraison de centrales nucléaires. Ils doivent être des partenaires fiables pour les exploitants tout au long du cycle de vie de ces installations.

Quant aux primo-accédants, il leur incombe d'établir l'infrastructure requise et d'appliquer les normes les plus strictes en matière de sûreté et de sécurité, d'instaurer un cadre juridique solide et de créer un organisme de réglementation indépendant. Ils doivent être conscients qu'ils engagent leur responsabilité pour des centaines d'années si l'on inclut le stockage des déchets nucléaires.

Malgré la crise financière, une soixantaine de pays envisagent de se lancer dans un programme électronucléaire. Il y a actuellement cinquante-six réacteurs en construction à travers le monde. L'expansion la plus forte est prévue en Chine, au Japon, en République de Corée et en Inde.

Ce regain d'intérêt pour l'énergie nucléaire tient principalement à l'augmentation de la demande mondiale d'énergie et aux craintes que suscitent les changements climatiques, la diminution des réserves de gaz et de pétrole et l'incertitude des approvisionnements en combustibles fossiles. L'électronucléaire est une technologie parvenue à maturité. Ces vingt dernières années, elle est devenue plus performante et rentable, et la nette amélioration de son bilan en matière de sûreté et de sécurité après la catastrophe de Tchernobyl l'a rendue plus attrayante.

La décision de construire des centrales nucléaires est un choix souverain des pays. A ceux qui s'y intéressent, l'AIEA offre une assistance à toutes les étapes du processus. Elle a défini des concepts fondamentaux pour un développement bénéfique, responsable et durable de l'électronucléaire.

Un développement bénéfique signifie que l'électronucléaire se doit d'être une source d'énergie rentable et fiable offrant des avantages évidents, comme une réduction des émissions de carbone.

Un développement responsable signifie que les pays doivent se conformer aux normes de sûreté et de sécurité les plus strictes et appliquer les garanties de l'AIEA de sorte qu'elle puisse vérifier que les matières nucléaires sont utilisées exclusivement à des fins pacifiques. Tous les pays ayant des centrales nucléaires devraient adhérer à la convention sur la sûreté nucléaire et à la convention commune sur la sûreté de la gestion du combustible usé et sur la sûreté de la gestion des déchets radioactifs. Tous sont encouragés à mettre en oeuvre un "protocole additionnel" à leur accord de garanties avec l'AIEA, lequel renforce la transparence en donnant aux inspecteurs de l'AIEA des pouvoirs accrus. Un développement durable suppose que l'énergie nucléaire sera accessible pendant plusieurs décennies pour justifier les coûts considérables liés à la construction de réacteurs respectueux de l'environnement.

Un développement durable suppose aussi que les pays qui envisagent un programme électronucléaire sont assurés de bénéficier d'un approvisionnement en combustible nucléaire. A la fin de l'année 2009, le conseil des gouverneurs de l'AIEA a approuvé une proposition russe visant à créer une réserve d'uranium que je pourrais, en tant que directeur général, mettre à la disposition d'un pays coupé de sa source d'approvisionnement pour des raisons autres que commerciales.

Aucun pays ne peut développer son programme électronucléaire en autarcie. La technologie est extrêmement complexe, et il faut avoir recours à un grand nombre de fournisseurs dans plusieurs pays. La confiance facilite les activités des marchés internationaux de l'uranium, des équipements et des services nucléaires.

Afin de faciliter pour les primo-accédants la mise en place de tous les aspects d'une infrastructure électronucléaire, l'AIEA a défini pour eux des étapes à suivre. Ce processus donne aussi aux pays voisins l'assurance que toutes les questions essentielles ont été prises en compte.

L'électronucléaire est de plus en plus reconnu comme une source d'énergie propre, rentable et sûre pouvant contribuer à atténuer le réchauffement de la planète. Je suis fermement convaincu que tous les pays qui le souhaitent devraient pouvoir profiter de ses avantages.

Yukiya Amano
Directeur général
de l'Agence internationale
de l'énergie atomique (AIEA)
Le Monde
07.03.10

*******************************

Conférence Internationale sur l’Accès au Nucléaire Civil

Paris, les 8 et 9 mars 2010

L’énergie nucléaire civile suscite aujourd’hui l’intérêt d’un nombre croissant d’Etats, pour répondre à leurs besoins énergétiques dans un contexte de lutte contre le changement climatique et de renchérissement des matières fossiles.

La position de la France est que l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire ne doit pas être réservée à un petit nombre d’Etats détenteurs de la technologie. Mais il est également essentiel, pour les pays considérés comme pour toute la communauté internationale, que tout pays engageant un programme nucléaire civil soit soucieux, mais aussi en mesure, de se plier aux exigences incontournables en matière de sûreté, de sécurité, de non-prolifération et de préservation de l’environnement pour les générations futures. Ces pays se trouvent de même confrontés à des défis en termes de mobilisation des financements, d’accès à la technologie et aux avancées de la recherche, comme de formation des hommes pour conduire leurs projets d’une manière satisfaisante. C’est pourquoi la France a affiché sa disposition à aider tout pays souhaitant recourir à la technologie nucléaire à des fins pacifiques qui respecte ses engagements en matière de non-prolifération.

La « conférence internationale sur l’accès à l’énergie nucléaire civile », qui sera organisée à Paris les 8 et 9 mars 2010, répond à cet objectif : promouvoir l’usage pacifique et responsable de l’énergie nucléaire. Elle vise à permettre un débat sur tous les aspects de l’élaboration d’un programme nucléaire et sur les moyens d’aider, par la coopération bilatérale et multilatérale, les pays désireux de s’engager dans cette voie en respectant leurs obligations internationales. Elle offrira un forum de dialogue à toutes les parties prenantes : les responsables gouvernementaux en charge de la décision politique, les dirigeants des organisations internationales qui contribuent à l’élaboration et au contrôle du respect du cadre réglementaire, ceux des entreprises industrielles du secteur et des établissements financiers, les responsables d’organismes de recherche et de formation, et enfin des personnalités qualifiées impliquées dans la réflexion.


Le programme de la conférence prévoit plusieurs types de sessions :

Des séances d’ouverture et de clôture avec des interventions de fond de responsables de haut niveau : le Président de la République Française, le Premier Ministre, le Président de la Commission Européenne, le Directeur Général de l’AIEA, le secrétaire général de l’OCDE…
Six tables rondes :
- Le nucléaire et le mix énergétique dans une perspective de développement durable
- Quel cadre pour une utilisation responsable de l’énergie nucléaire ?

- Quelle coopération envers les primo-accédants ?
- Quel financement pour un programme nucléaire?
- Quels enjeux de formation ?
- Les perspectives de l’énergie nucléaire dans le moyen et long terme


Cette conférence devrait faire progresser, notamment par la mobilisation des décideurs politiques sur ce thème spécifique, la compréhension des besoins des nouveaux accédants à l’énergie nucléaire. Elle contribuera au dialogue nécessaire entre Etats fournisseurs et Etats récipiendaires de biens et technologies nucléaires. Par les orientations qui se dégageront et les éventuels engagements qui pourront être pris, en vue du développement responsable de l’énergie nucléaire, elle contribuera aux travaux menés dans d’autres organisations et enceintes.

La Conférence est organisée en coordination avec l’AIEA et avec le concours de l’OCDE/AEN. Elle se tiendra dans le centre de conférences de l’OCDE.

http://conferenceparis-nucleairecivil.org


***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

No comments: