2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Friday, April 23, 2010

*France : Nos anges du Business...*


***Ils représentent les plus belles réussites entrepreneuriales françaises des dernières années. Et ont décidé de transmettre leur expérience en devenant business angels. Challenges les a réunis avec d'autres acteurs du capital-risque pour étudier 100 dossiers de start-up.

« Vous voulez monter une réunion de business angels ? Super, j'en suis. Que doit-on faire ? Je vous aiderai à fond. » L'enthousiasme de Gilles Babinet, serial entrepreneur à succès (Musiwave, Eyeka...), quand on lui expose le projet de Challenges de rassembler des parrains de start-up pour qu'ils nous présentent des dossiers, est rafraîchissant. Et représentatif de cette génération de millionnaires français. Pas de conseillers en communication, pas de complexe, un goût de l'entrepreneuriat intact et la décontraction comme religion. Les régénérateurs du capitalisme s'appellent Xavier Niel (Iliad-Free), Marc Simoncini (Meetic), Steve Rosenblum (Pixmania), Charles Beig beder (Poweo), Geoffroy Roux de Bézieux (Virgin Mobile) ou Christophe Crémer (ex-Meilleurtaux). Pas un ne manquait à l'appel pour le déjeuner organisé le 1er avril, auquel étaient aussi conviés Jean-Marc Durand, directeur du développement et de la stratégie d'Oséo, représentant les pouvoirs publics ; Florence Rizzo, du réseau Ashoka, et Bénédicte de Saint-Pierre, présidente de Business Angels des cités, représentant toutes deux l'investissement à dimension sociale ; le capital-investisseur Gonzague de Blignières (Barclays PE) ; et Bertrand Galley, jeune « start-upeur », de l'incubateur HEC. Les vedettes du PEF (paysage entrepreneurial français) investissent d'abord par plaisir et par envie de transmettre leur expérience. Gilles Babinet se voit ainsi plus comme un « accompagnateur » que comme un investisseur. Ce qu'il aime ? « Découvrir de nouveaux projets et retrouver les sensations fortes des débuts. » D'autres, tel Christophe Crémer, visent d'abord à faire un bon placement : « Chaque année, un peu avant l'ISF, je me dis que j'investis mieux mon argent en donnant sa chance à un entrepreneur de talent qu'en payant l'Etat. On peut toucher le gros lot. »

Un second métier
Les plus actifs de nos convives ont décidé de professionnaliser cette activité. Marc Simoncini, qui a fait un bon coup en tant que business angel avec 1 0 0 0mercis mais a aussi subi des revers (L'agenda, Pense-Fêtes...), a déjà misé une quinzaine de millions dans une petite dizaine de sociétés. Il a démarré en décembre dernier son fonds Jaina Capital. Celui-ci est doté de 100 millions d'euros sur deux ans, avec une équipe de cinq personnes. « Je ne considère que des boîtes dont je comprends le business, dit-il. Au-delà, mon objectif est de les faire bosser ensemble pour qu'elles mutualisent les coûts et se fertilisent entre elles. » Même approche, professionnelle et interventionniste, pour Steve Rosenblum, qui a commencé à investir, avec son frère Jean-Emile, dès qu'il a récupéré le fruit de la vente d'une partie de Pixmania. Le fonds familial Dotcorp AM est doté de 15 millions, en partie déjà investis dans huit sociétés. Leur méthode ? « Nous sommes actifs et n'hésitons pas à remettre en question la stratégie, bousculer le business plan. Nous nous considérons comme des sparring partners. »
Charles Beigbeder va au-delà Après avoir vendu le courtier en ligne Selftrade, il a commencé à mettre des tickets à droite, à gauche et « ce fut un carnage ». Ce qui l'a convaincu, après son désengagement de Poweo, de structurer son activité. Son holding personnel, Gravitation, supervise les investissements et s'implique jusqu'à « cocréer » des entreprises, mettant de 1 à 3 millions d'euros dans certains projets comme AgroGénération, qui exploite des fermes en Ukraine et vient d'être introduit en Bourse.
La limite, c'est le temps. Geoffroy Roux de Bézieux, qui a connu de jolis succès depuis 1999 (Micromania, Arteum), assure être « trop débordé pour s'impliquer correctement, surtout dans la phase d'amorçage, où il faut materner ». Du coup, il a décidé d'investir collectivement avec des cadors du Net - Pierre Kosciusko-Morizet (PriceMinister), Stéphane Treppoz (Sarenza) et Ouriel Ohayon (AppsFire) - pour créer en avril un fonds de capital-risque agréé, qui investit de 0,5 à 1,5 million d'euros dans des tours de table.

Silicon Valley à la française
Reste le « cas » Xavier Niel. Douzième fortune professionnelle du classement 2009 de Challenges (2,7 milliards d'euros), il a longtemps investi en toute discrétion. Mais massivement. Dans combien de start-up ? « Plusieurs centaines. » Pour combien ? « Plus de 200 millions d'euros. » Le fondateur de Free est le plus important ange du business français. Sa méthode ? Mettre de « petits » tickets (de 25 000 à 200 000 euros) et voir venir sans intervenir. « J'investis un peu dans tout, en France, à l'international, dans la tech et en dehors. Je suis mon instinct et je tranche vite. » Cette année, il s'est décidé à formaliser son activité avec le fonds Kima Ventures, démarré en février. Il a déjà reçu 400 dossiers !
Au final, l'émergence de ce phénomène des « super angels », à la fois entrepreneurs et capital-risqueurs, prêts à recycler leurs richesses et leurs compétences, est une très bonne nouvelle pour la création d'entreprises en France. Paris prend des airs de Silicon Valley. La preuve : jusqu'à la dernière minute, Gilles Babinet envoyait encore des courriels : « Vous avez bouclé votre sélection ? Parce que j'en aurais encore une ou deux à vous présenter vraiment intéressantes ! »

Gaëlle Macke
Challenges
22.04.2010

***BIENVENUE...! ;-)

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

No comments: