2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Tuesday, April 27, 2010

*Le Sénat éjecte le projet Huchon du Grand Paris...*


***Les sénateurs ont adopté le projet de loi encadrant le développement du Grand Paris, non sans l'amender. Principale victime: le projet de rocade ferroviaire porté par la Région Ile-de-France et baptisé Arc Express. Réaction de Jean-Paul Huchon.

Si vous êtes à quai et que vous attendez un métro banlieue-banlieue, vous risquez de patienter encore longtemps. L'adoption par le Sénat du projet de loi Grand Paris dans la nuit de lundi à mardi a introduit un peu plus de confusion au chapitre "rocade ferroviaire".

D'un trait de plume, les sénateurs de la majorité ont supprimé du texte le projet Arc Express, porté depuis fin 2006 par la région Ile-de-France et son président socialiste, Jean-Paul Huchon. C'est la principale modification des sénateurs. La plus surprenante aussi.

Flash-back. En décembre 2007, la Région et le préfet d'Ile-de-France lance officiellement le projet après un an d'études, financées, en partie, par l'Etat. L'idée est de bâtir une rocade ferroviaire autour de Paris, à quelques kilomètres du périphérique, avec un métro s'arrêtant dans une quarantaine de gares.

A cette époque, le chantier semble plutôt bien parti. Un calendrier prévoit l'étalement des travaux de 2012 à 2017 pour la première tranche.

Problème: Christian Blanc, secrétaire d'Etat chargé du Grand Paris, est opposé au projet de la Région et prône la construction d'un "Grand Huit", soit deux boucles de métro automatique et à grande vitesse. Principale différence avec Arc Express: la distance entre ces nouvelles lignes et le périphérique. Le projet Blanc dessert des villes et des pôles plus éloignés de la capitale. Il est aussi plus rapide et s'arrête dans moins de gares.

Depuis plusieurs mois, les deux projets s'affrontent. Certains élus ont proposé de fusionner les deux tracés. Le député UMP Gilles Carrez a ainsi jugé délicat de financer l'ensemble. Mandaté pour dégoter 35 milliards d'euros, le parlementaire s'est creusé longuement la tête avant d'expliquer début juillet 2009 que l'une des solutions revenait à repousser au-delà de 2025 la construction d'une grande partie de la "rocade Blanc".

En résumé, Arc Express est sur les rails, mais il va devoir laisser une petite place au "Grand Huit". Voilà où nous en étions. Avant que les sénateurs éjectent Jean-Paul Huchon du train en marche.

Jean-Paul Huchon prêt à aller jusqu'au bout

"Je ne comprends pas ce revirement", explique, amer, le président du conseil régional. "L'Etat a financé d'importantes études sur Arc Express. A croire que l'Etat Blanc n'est pas l'Etat Chirac, ni l'Etat Sarkozy du début. Nous avions établi un tracé avec 40 gares. Nous avions recueilli l'accord de tous les maires concernés".

Jean-Paul Huchon n'entend bien sûr pas en rester là. La prochaine étape, c'est la Commission mixte-paritaire (CMP) le 20 mai, un groupe de 7 sénateurs et 7 députés, censés valider le texte de loi. "Je suis déterminé à me battre pour que la CMP revienne sur ce projet. Les députés UMP, Gilles Carrez et Yves Albarello (qui seront présents dans la commission) peuvent d'ailleurs nous aider. Gilles Carrez a toujours dit qu'il fallait rénover l'existant et s'attaquer en priorité aux déplacements banlieue-banlieue", assure le président socialiste.

Plus généralement, l'élu se demande "qui pilote le dossier du Grand Paris. Quand je croise Henri Guaino (conseiller de Nicolas Sarkozy, ndlr), il me dit que Blanc va rectifier. Yves Albarello m'affirme qu'il va dézinguer l'actuel projet de loi. Le 29 avril 2009, Nicolas Sarkozy déclare qu'il faut s'appuyer sur les collectivités locales. On n'y comprend plus rien."

Si la CMP venait à confirmer la suppression d'Arc Express, le dossier des transports banlieue-banlieue pourrait sérieusement s'enliser. Jean-Paul Huchon a déjà prévenu qu'il attaquera devant le Conseil constitutionnel et qu'au pire, il mettra fin aux partenariats avec l'Etat. En attendant, si vous voulez aller de banlieue à banlieue, faites preuve de patience.

Matthieu Deprieck,
L'Express
27/04/2010


***La chronologie de la difficile construction du Grand Paris.

La lente gestation du Grand Paris :
Retour sur les dates clés de la création du Grand Paris, au moment où le projet de loi est examiné par l'Assemblée Nationale.

Mars 2005 : un groupe d'urbanistes, d'architectes et d'experts lance un "Appel pour le Grand Paris", texte dans lequel il demande la création d'un atelier de la métropole parisienne.

2007

26 juin : en déplacement à l'aéroport de Roissy, Nicolas Sarkozy lance le dossier du Grand Paris, une intercommunalité réunissant la capitale et les communes limitrophes. "Paris est la seule agglomération de France à ne pas avoir de communauté urbaine", déclare-t-il.
7 juillet : première conférence métropolitaine réunissant une cinquantaine d'élus de l'agglomération parisienne.
17 septembre : en inaugurant la Cité de l'architecture, Nicolas sarkozy annonce son souhait d'un nouveau projet d'aménagement global du Grand Paris.
25 octobre : Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, crée une commission extraordinaire "Scenarii pour la métropole : Paris-Île-de-France demain". Tous les groupes politiques de l'Assemblée régionale y sont représentés.
27 décembre : lancement par le ministère de la Culture d'une "consultation internationale pour l'avenir du Paris métropolitain".

2008

Mars : la consultation internationale lancée par le ministère de la Culture pour plancher sur l'avenir de la métropole est annulée et aussitôt relancée, en raison d'un vice de procédure.
18 mars : Christian Blanc est nommé secrétaire d'Etat au développement de la région capitale.
9 avril : rapport du sénateur Dallier sur le Grand Paris qui se prononce pour la création en deux temps d'une nouvelle collectivité territoriale englobant la capitale et ses trois départements limitrophes.
4 juin : Nicolas Sarkozy charge dix équipes d'architectes-urbanistes d'une réflexion afin de "produire des scénarii de développement urbain et d'aménagement du territoire" en Île-de-France.
25 juin : Assises de la métropole. Les 200 élus de gauche et de droite de la région, réunis à la Plaine-Saint-Denis, jettent les bases d'un "syndicat mixte" pour tenter de peser face au gouvernement.
1er octobre : la Conférence métropolitaine, structure informelle de concertation entre Paris et ses voisins lancée au début des années 2000, se transforme en syndicat mixte d'études, baptisé Paris Métropole, dont les statuts sont arrêtés en novembre.
10 novembre : Christian Blanc présente un premier projet autour du pôle scientifique de Saclay.

2009

5 mars : le comité Balladur sur la réforme territoriale rend son rapport à Nicolas Sarkozy. Le Grand Paris rassemblerait 6 millions d'habitants sur les 11 de l'Ile-de-France, regrouperait les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne, qui seraient supprimés. Le Grand Paris reprendrait les compétences des 4 départements et des intercommunalités les plus importantes et hériterait de certaines compétences des communes, notamment pour le logement, l'urbanisme et les transports.
17 mars : Les dix équipes d'architectes chargées de donner leur vision de la future agglomération parisienne présentent leurs projets, à la Cité de l'architecture et du patrimoine. Ils prônent la multiplication de métros aériens, de tramways et de bus à circulation rapide en place de la rocade souterraine prévue par Christian Blanc.
29 avril : le chef de l'État dévoile le plan gouvernemental pour la métropole parisienne à la Cité de l'architecture et du patrimoine, où il inaugure l'exposition consacrée aux travaux des équipes d'architectes qui ont travaillé sur ce thème. Il annonce la création d'une nouvelle rocade de 130 kilomètres qui desservirait les grands pôles d'habitat, de nouvelles gares TGV et de grands centres économiques spécialisés.
5 juin : Gilles Carrez, rapporteur général UMP du budget à l'Assemblée, est chargé d' une mission sur le financement des futures infrastructures de transport du Grand Paris.
10 juin : Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire (PS) de Cachan (Val-de-Marne), est élu président du syndicat mixte d'études Paris Métropole pour un an.
29 juillet : la SNCF propose une variante au projet de liaison par métro automatique présenté par Christian Blanc. Entre Versailles et Le Bourget, la ligne envisagée desservirait La Défense et Roissy en 20 minutes, soit deux fois plus vite qu'envisagé pour le futur métro automatique autour de Paris.
14 septembre : Alain Gardère est nommé directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne, une nouvelle force de police qui regroupe 26 000 personnes chargées de lutter contre la petite et la moyenne délinquance à Paris et en petite couronne.
30 septembre : dans une lettre adressée au Premier ministre, Christian Blanc reproche à François Fillon d'avoir transmis au Conseil d'Etat, une version du projet de loi sur le grand Paris qui "s'écarte, de façon très substantielle" de celle, validée en réunion interministérielle, quelques jours plus tôt.
1er octobre : le rapport Carrez revoit fortement à la baisse les ambitions du plan transports du projet de Christian Blanc et, estime qu'il faudra solliciter plus les entreprises et les usagers pour financer le fonctionnement du réseau.
7 octobre : le conseil des ministres examine le projet de loi sur le Grand Paris présenté par le secrétaire d'État à la région capitale, Christian Blanc.
24 novembre : l'Assemblée nationale entame l'examen d'un premier texte de loi sur le Grand Paris, projet en butte aux critiques des élus de gauche et d'une partie des élus de droite. Le projet de loi sur le Grand Paris essuie une vague de critiques à gauche comme à droite.
30 novembre : François Fillon annonce la constitution de l'Atelier International du Grand Paris lors d'une rencontre avec les dix agences d'architectes sélectionnées dans le cadre de la consultation internationale.

1er décembre : le parlement adopte le projet de loi du Grand Paris par 299 voix pour et 216 contre.

2010

25 février : Edouard Balladur propose l'organisation d'un référendum avant d'engager la création d'un Grand Paris.

5 mars : en pleine campagne des régionales, la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, revendique également un référendum sur le projet du Grand Paris.

21 mars : Après Jean-Paul Huchon, qui assimile la victoire de la gauche aux élections régionales en Ile-de-France à "un rejet du projet Grand Paris de Nicolas Sarkozy", le maire de Paris, Bertrand Delanoë appelle le gouvernement à revoir sa copie.

6 avril : début de l'examen du projet de loi au Sénat. La Haute Assemblée adopte plusieurs taxes pour financer le projet de la double boucle de métro.

7 avril : plus de 200 élus de gauche se réunissent au conseil régional d'Île-de-France pour dénoncer le projet du Grand Paris.

27 avril : le sénat adopte le projet de loi du Grand Paris après un débat houleux. Un amendement supprime le projet de rocade ferroviaire Arc Express porté par la Région Ile-de-France

Catherine Gouëset,
L'Express
27/04/2010

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

No comments: