2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Tuesday, June 15, 2010

*APRÈS-SCRUTIN : BELGIQUE...*

***APRÈS-SCRUTIN
De Wever: "La N-VA veut faire des économies, le PS veut dépenser »

Bart De Wever livre, pour "La Libre" et "De Standaard", son analyse de la situation politique au lendemain de la victoire électorale de la N-VA.

Dans quel état d’esprit vous êtes-vous réveillé ce lundi matin?

Fatigué, car je n’ai dormi que deux heures la nuit dernière.

Est-ce que vous vous attendiez à une si grande victoire?

Non, pas du tout. On s’attendait à 18% et on avait même l’impression que l’intense campagne contre la N-VA produirait ses effets. Certaines personnes nous disaient qu’elles avaient peur de voter pour nous. On a vécu avec l’impression que cette campagne ne nous donnerait pas de bons résultats. En fait, c’est le contraire qui s’est produit et tout ceci n’a contribué qu’à doper nos résultats. Ce sont des leçons à tirer pour nos adversaires.

La peur ne fonctionne donc plus comme moyen de campagne ?

Non. C’est clair que la crainte ne fonctionne plus, le temps où l’on pouvait dire aux Flamands de ne plus voter pour quelqu’un - via les curés - ça ne marche plus.

Votre score personnel (785 000 voix de préférence) est-ce un cadeau empoisonné quand on voit ce qu’il est advenu d’Yves Leterme et de ses 800 000 voix ?

Tout le monde espère un plébiscite pareil mais dans un certain sens, ce n’est pas un cadeau car les autres responsables politiques n’aiment pas quand on devient trop fort, on devient une cible pour les autres politiques. C’est normal, c’est le jeu politique. Avec un tel score, on a des défis énormes.

Serez-vous capable de faire des compromis puisque votre programme est difficilement acceptable pour les francophones ? Confirmez-vous vos prises de position sur la Région bruxelloise, la scission de la sécurité sociale et l’évaporation du pays ?

C’est ma vision, ce sont mes idées. Je pourrais vous donner une liste avec les points du programme du PS avec lesquels je ne suis pas d’accord si vous avez l’après-midi devant vous. Mais ça ne marche jamais comme cela : le fait que je ne suis pas d’accord avec un point ne signifie pas que je refuse d’en parler.

Vous connaissez le programme du PS?

Je l’ai lu, oui, notamment les 7 milliards d’euros de dépenses qu’ils veulent faire alors que nous voulons réaliser des économies de 22 milliards. Je pourrais vous répondre : le PS a un programme socio-économique tellement fantaisiste que c’est impossible de parler avec lui. Mais ce jeu-là ne mène nulle part.

Mais vous n’avez jamais démontré jusqu’ici que vous étiez capable de faire des compromis?

Ce n’est pas correct, j’ai fait partie d’un parti, la Volksunie, qui a souvent fait des compromis. Avec la N-VA également, en 2007, nous avons essayé de faire des compromis. On ne peut pas dire que l’échec est la faute de la N-VA puisque pendant deux ans, les négociateurs n’ont pas pu trouver un accord alors que nous n’étions plus à la table des négociations. Dire que je suis incapable de négocier ou que je suis infréquentable, c’est étrange et c’est faux. Les responsables politiques francophones savent cela. On va recommencer, on va discuter, mais la N-VA est un parti beaucoup plus grand aujourd’hui, et la Flandre n’accepte plus le statu-quo.

Connaissez-vous Elio Di Rupo?

Non. Je ne l’ai rencontré qu’une seule fois dans ma vie, il était avec son copain au Proximus Diamond Game à Anvers, nous avons parlé seulement quelques minutes. On voit bien que c’est un homme avec beaucoup d’élégance toujours très soigné, il parle toujours d’une manière très prudente.

Vous avez souvent ciblé le PS notamment avec votre campagne montrant un nœud papillon, regrettez-vous cela maintenant que vous allez négocier avec les socialistes?

C’était une campagne qui portait sur les structures de la Belgique et le nœud papillon était pris comme symbole, le PS comme parti dominant de la Belgique francophone. Je ne regrette pas cela mais on doit respecter le choix de la démocratie flamande comme on respecte le vote francophone clair et net pour le PS.

Vous aurez soit le FDF d’Olivier Maingain soit le CDH de Joëlle Milquet à votre table, ou bien les deux, qu’est ce qui vous rend plus optimiste qu’auparavant?

Les francophones qui nous disent qu’ils tiennent beaucoup à ce pays doivent se rendre compte qu’ils risquent de perdre beaucoup plus s’ils ne négocient pas.

C’est à cause du refus des francophones que vous avez fait ce score monstre ?

Sans doute. Pour moi cela reste incompréhensible: comment peut-on mener une campagne sous la bannière de "L’Union fait la force" quand on ne parle pas le Néerlandais, la langue de la majorité. Et ce serait moi l’homme dangereux ? C’est stupéfiant !

Martin Buxant et Francis Van de Woestyne
http://www.lalibre.be/actu/elections-2010/article/589408/de-wever-la-n-va-veut-faire-des-economies-le-ps-veut-depenser.html


***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

No comments: