2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Wednesday, July 14, 2010

*Interview de Nicolas Sarkozy : le 12 juillet 2010 sur France 2*



Interview de Nicolas Sarkozy le 12 juillet 2010 sur France 2


******Texte intégral de l’interview :

DAVID PUJADAS

Bonsoir, Monsieur le Président.

NICOLAS SARKOZY

Bonsoir, DAVID PUJADAS.

DAVID PUJADAS

Nous sommes effectivement ensemble pendant une heure, à la veille de la présentation en Conseil des ministres d’une réforme qui intéresse tous les Français, celle des retraites, au moment aussi o ù on s’interroge sur la santé de l’économie française, sur les déficits, chacun se demande un peu qui va payer, on évoquera ces points en détail. Mais d’abord, commençons, si vous le voulez bien, par l’affaire qui a occupé le devant de la scène politique ces derniers jours, l’affaire appelée « WOERTH / BETTENCOURT ». Entrons dans le vif du sujet tout de suite, si vous le voulez bien, est-ce que Eric WOERTH sera le ministre qui portera la réforme des retraites, qui la défendra au Parlement cet automne, en clair est-ce que vous lui maintenez toute votre confiance ?

NICOLAS SARKOZY

Oui. Oui. Eric WOERTH est un homme honnête. C’est un homme compétent. C’est un homme qui a toute ma confiance et toute celle du Premier ministre. J’avais bien réfléchi avant de lui confier ces responsabilités très lourdes. Il sera donc le ministre qui défendra cette réforme si nécessaire des retraites, selon le calendrier qui était prévu. Le 13 juillet, demain, le Conseil des ministres adoptera le texte de réforme. Le 6 septembre, le Parlement en discutera en séance plénière, les commissions travailleront dès le mois de juillet et, à la fin du mois d’octobre, ce texte sera voté. Eric WOERTH est un homme profondément honnête, qui vient de subir la calomnie et le mensonge, pendant trois semaines.

DAVID PUJADAS

Vous n’avez jamais eu un doute ?

NICOLAS SARKOZY

Jamais. Avec une dignité qui fait honneur à la classe politique dans son ensemble. Nous avons reçu, avec le Premier ministre, hier, le rapport extrêmement fouillé de l’Inspection des finances. Les inspecteurs des finances ont étudié en détail deux ans d’activité d’Eric WOERTH en tant que ministre du Budget. Ils ont conclu que, jamais, à aucun moment, ni d’aucune façon, Eric WOERTH n’est intervenu dans les affaires fiscales de madame BETTENCOURT. Il est donc lavé de tout soupçon. Il n’y a donc aucune raison que je prenne la décision de m’en séparer.

DAVID PUJADAS

Est-ce qu’il n’y a pas une maladresse ou une imprudence lorsque l’épouse d’un ministre du Budget, qui est chargé de faire appliquer la loi fiscale, travaille à la gestion d’une des plus grandes fortunes du pays, donc l’un des plus grands contribuables du pays ? Est-ce qu’il n’y a pas un risque de conflit d’intérêts ? Florence WOERTH a reconnu d’ailleurs elle-même qu’elle l’avait peut-être sous-estimé.

NICOLAS SARKOZY

Cette question de conflit d’intérêts, j’ai entendu qu’il y avait des propositions des uns et des autres sur le sujet. Je suis très attentif à ces propositions. Je demanderais à une commission, représentant toutes les familles politiques, de réfléchir, dès la semaine prochaine, à la façon dont on doit ou non compléter ou modifier la loi, pour éviter dans l’avenir toute forme qui pourrait intervenir de conflit d’intérêts. Je précise que ça ne concernera pas que les ministres, ça doit concerner aussi les parlementaires, pourquoi pas telle ou telle personne qui exerce une responsabilité. Il n’en reste pas moins que depuis trois semaines, quelle perte de temps ! Alors que nous avons tant de choses à faire, le chômage, les déficits, les retraites, la lutte contre l’immigration irrégulière, la sécurité. Monsieur WOERTH a-t-il ou non commis quelque chose qui, de près ou de loin, soit répréhensible ?

DAVID PUJADAS

Une enquête est ouverte...

NICOLAS SARKOZY

Sur l’aspect de son ministère du Budget à l’époque o ù il l’était, c’est réglé, il est parfaitement innocent. S’agissant de l’enquête préliminaire sur un financement politique, la vérité se fait jour, chaque témoin qui apporte sa contribution pour montrer qu’il y a une calomnie, une campagne. Pour vous dire la vérité, monsieur PUJADAS, j’y étais préparé.

DAVID PUJADAS

Pourquoi ?

NICOLAS SARKOZY

Pour une raison simple, j’ai ét é élu pour résoudre les problèmes de la France et des Français. Des problèmes qui n’ont pas ét é résolus depuis des années. Pourquoi ? Parce qu’ils sont très difficiles.

DAVID PUJADAS

Vous parlez du conflit d’intérêts ?

NICOLAS SARKOZY

Non. Je parle des problèmes de la France, les réformes que je mets en œuvre depuis trois ans, notamment cette réforme des retraites. Quand vous mettez en œuvre des réformes, vous bousculez des intérêts, vous bousculez des situations acquises, vous gênez un certain nombre de gens. La réponse, c’est bien souvent la calomnie. On l’a connue, il y a trois mois, ma femme et moi, nous avons subi les pires racontars mensongers sur notre vie privée.

DAVID PUJADAS

Ça vous a blessé ?

NICOLAS SARKOZY

Oui. Il y a trois ans, j’ai eu à faire à face, au moment, quatre ans, o ù j’ai pris la présidence de l’UMP, à l’invraisemblable histoire CLEARSTREAM ! Voilà qu’avec la réforme des retraites, on me décrit comme quelqu’un qui, depuis vingt ans, irait chez madame BETTENCOURT pour ramasser des enveloppes ! C’est une honte. Il ne s’agit pas pour moi d’être victime de quoi que ce soit, j’y étais prêt. Je veux dire simplement que c’est une perte de temps par rapportà ce qu’attendent les gens de moi. Ils attendent une chose très simple : Sortez-nous de la crise !

DAVID PUJADAS

Sur ce point précis, Monsieur le Président, plusieurs témoins, deux personnes qui étaient dans l’entourage de madame BETTENCOURT affirment que, effectivement, pendant des années, des dirigeants politiques sont venusà la table des BETTENCOURT, que certains repartaient effectivement avec des enveloppes en liquide. Est-ce que vous, vous étiez un familier des BETTENCOURT ?

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS, est-ce qu’ils parlent de moi ces gens ?

DAVID PUJADAS

Ils n’ont pas parlé de vous en tout cas...

NICOLAS SARKOZY

Parfait. Ils n’ont pas parlé de moi. Ça a ét é donc...

DAVID PUJADAS

a a été mentionné...

NICOLAS SARKOZY

Ça a ét é donc un mensonge de plus...

DAVID PUJADAS

... Puis, la personne a dit qu’elle n’avait jamais dit ça.

NICOLAS SARKOZY

Un mensonge de plus. J’ai lu dans la presse le témoignage du maître d’hôtel de madame BETTENCOURT, dont je précise, d’après ce que j’ai lu, qu’il travaillait auprès des BETTENCOURT depuis dix-sept ans, il dit à la police cette chose : « En dix-sept ans, j’ai vu NICOLAS SARKOZY au domicile de monsieur et madame BETTENCOURT deux fois – et il précise – peut-être trois. » A chaque fois...

DAVID PUJADAS

Vous confirmez ?

NICOLAS SARKOZY

Ce monsieur le dit. A chaque fois, c’était, soit pour un déjeuner, soit pour un diner, avec plusieurs personnes. Vous m’imaginez venant à un diner, devant les convives à table, et repartant avec de l’argent ? Vous imaginez qu’on peut dire que je suis un intime de monsieur et madame BETTENCOURT parce que, en dix-sept ans, aux dires du maître d’hôtel, je m’y suis rendu deux ou trois fois ? Et quand bien même ! Et quand bien même ! Je crois qu’il faut que chacun revienne à la raison et se concentre maintenant sur l’essentiel.

DAVID PUJADAS

Sur la double casquette d’Eric WOERTH, trésorier de l’UMP et à la fois ministre, lui-même envisage aujourd’hui de quitter ses fonctions de trésorier. Est-ce que vous l’encouragez dans cette voie ?

NICOLAS SARKOZY

Je veux préciser les choses, même s’il n’a pas un grand intérêt, que les choses soient claires. Eric WOERTH a ét é nommé trésorier de l’UMP en 2002, il y a huit ans. Il a ét é nommé, pas par moi, par Alain JUPPE. Huit ans qu’il est trésorier. Entre temps, il a ét é ministre du gouvernement de Jean-Pierre RAFFARIN, ça ne gênait personne. Personne. Comme par hasard, ça devient gênant à la minute o ù Eric WOERTH défend le projet de réforme des retraites, qu’un certain nombre de gens veulent arrêter. Ceci posé, j’écoute l à aussi. J’ai parlé avec Eric WOERTH, je lui ai dit que je souhaitais qu’il se consacre exclusivement à cette importante réforme des retraites, que son honneur maintenant était lavé, que les soupçons étaient levés et que mon conseil, c’est plutôt qu’il abandonne cette responsabilité.

DAVID PUJADAS

Mais il fera ce qu’il voudra, vous lui avez laissé malgré tout le choix...

NICOLAS SARKOZY

Je ne suis pas en charge du fonctionnement de l’UMP, c’est Xavier BERTRAND qui en est en charge. Mon souhait, c’est que Eric WOERTH se consacre exclusivement à la réforme des retraites. J’ajoute, DAVID PUJADAS, pour dire les choses, que la France a tellement de problèmes à régler, que nous devons faire l’économie de toute polémique. Donc, mon conseil serait plutôt qu’il n’exerce plus ces fonctions.

DAVID PUJADAS

Est-ce qu’on peut laisser sur un sujet sensible comme celui-là les enquêtes se dérouler sous la seule responsabilité du procureur, qui a un lien hiérarchique, quelle que soit son intégrité, avec l’exécutif ? Est-ce qu’il ne faut pas qu’un juge indépendant, un juge d’instruction les prenne en charge, pour une partie d’entre elles au moins ?

NICOLAS SARKOZY

Comme c’est curieux tout ça ! Lorsque, au début de la semaine dernière, les éléments étaient à charge contre Eric WOERTH, personne ne posait cette question. Comme par hasard, les juges étaient indépendants. Maintenant que les témoignages s’effondrent les uns après les autres, que l’honnêteté de monsieur WOERTH éclate en plein jour, le même juge devient quelqu’un dont il faut soupçonner la partialité.

DAVID PUJADAS

Le même « procureur ».

NICOLAS SARKOZY

Pardon. C’est un juge, c’est un magistrat. Ce procureur...

DAVID PUJADAS

Il est réputé proche de vous.

NICOLAS SARKOZY

Non. Ce procureur est réputé, d’abord, parce qu’il a été, pendant des années, juge au pôle anticorruption et il a mis en prison ou il a envoyé en cour de justice de la République des personnalités de droite. Est-ce que vous croyez qu’en tant que président de la République, c’est à moi de choisir les juges ? Pourquoi est-il compétent ? Parce qu’il a ét é saisi en son temps d’une procédure pour abus de faiblesse, engagée par la fille de madame BETTENCOURT à l’endroit de madame BETTENCOURT. Que la justice décide, ce n’est pas mon problème.

DAVID PUJADAS

Vous ne vous prononcez pas pour...

NICOLAS SARKOZY

Parce que vous croyez que ce serait indépendant, devant David Pujadas, de dire : Ah voilà, je souhaite qu’on change de juge et qu’on en mette un autre ! Ce n’est pas ma conception de l’indépendance de la justice.

DAVID PUJADAS

Il y a d’autres affaires, dans un tout autre registre, qui ont aussi nourri la polémique, je veux parler des cigares, des logements de fonction, des moyens de transport comme des avions privés. Comment expliquez-vous ces dérives, vous qui promettiez une « République irréprochable » pendant votre campagne ?

NICOLAS SARKOZY

D’abord, deux ministres ont commis des indélicatesses ou des maladresses. Je le leur ai dit. Ils en ont immédiatement tiré les conséquences en proposant au Premier ministre et à moi-même leur démission. Nous l’avons acceptée. C’est clair.

DAVID PUJADAS

Quelques jours plus tard. Certains ont dit : Pourquoi le président de la République ne réagit pas tout de suite ? On connaît d’habitude sa promptitude.

NICOLAS SARKOZY

Jusqu’à présent, on me reprochait de réagir trop vite. Parce que s’agissant des questions humaines, voyez-vous, monsieur PUJADAS, j’essaye toujours de comprendre ce qui a amené quelqu’un à faire une erreur. De savoir pourquoi il a fait ça et s’il y a vraiment faute. Mon devoir, c’est d’être juste, d’être plein de sang-froid, d’être équilibré. Les remaniements ne se font pas parce que, tout d’un coup, les commentateurs s’agitent. Les ministres ne partent pas parce que, tout d’un coup, tel ou tel demande une tête. Je regarde les choses de très près et j’en ai tiré les conclusions. Deuxième remarque, j’ai promis une République irréprochable et c’est ce que nous faisons. Je prends des exemples, David Pujadas. Jamais – vous m’entendez – jamais l’Elysée n’a ét é contrôlée par la Cour des comptes. Jamais. Jamais. Le président de la République faisait ce qu’il veut. Personne ne contrôlait ses comptes, ses déplacements, les frais de sa vie privée, la façon dont il payait ses collaborateurs, voire même dont il se rémunérait. Le premier président de la République qui a fait rentrer la Cour des comptes à l’Elysée, c’est moi, en 2007. Mieux que ça ! Chaque année, il y a un contrôle de la Cour des comptes à l’Elysée. Entre 1958 et 2007, je le dis à mes compatriotes, il n’y a pas eu un seul contrôle de la Cour des comptes à l’Elysée.

Depuis que je suis à l’Elysée, c’est le troisième. Deuxième remarque sur la République irréprochable, la Cour des comptes, j’ai voulu, y compris contre mes propres amis, que le président de la Cour des comptes soit un député de l’opposition.

DAVID PUJADAS

Didier MIGAUD.

NICOLAS SARKOZY

En l’occurrence, qui est un homme d’ailleurs de grande qualité. J’ai voulu un homme de l’opposition. J’aurais pu faire comme tant d’autres, monsieur JOXE était l’ami du président de la République lorsqu’il a ét é nommé, monsieur SEGUIN était l’ami du président de la République. Ça ne met pas en cause ni monsieur JOXE ni monsieur SEGUIN qui sont des personnes toutà fait remarquables. J’ai voulu nommer un député de l’opposition. Est-ce que ce n’est pas être irréprochable ? Mieux que ça ! La présidence de la Commission des finances, la commission la plus prestigieuse de l’Assemblée nationale, j’ai voulu, contre mes propres amis, qu’elle ne soit pas détenue par un député de la majorité, l’un de mes amis, mais par un député de l’opposition, pour que les comptes soient certifiés. Voilà ce que j’ai fait. La France n’est pas un pays corrompu. La classe politique, gauche droite confondues, est en général honnête. Les fonctionnaires français sont des gens d’une grande rigueur.

DAVID PUJADAS

Mais vous comprenez le désarroi qu’a pu susciter les comportements auxquels on a assisté ?

NICOLAS SARKOZY

Alors, c’est vrai, comment dire, il y avait dans notre pays des habitudes, c’est vrai, c’est incontestable. Un certain laisser-aller, trop d’appartements de fonction, trop de voitures de fonction, trop de mauvaises habitudes, c’est exact, David Pujadas. Je le reconnais bien volontiers. Ça remonte bien loin ! Alors, est-ce que c’est parce que, pendant des siècles, Versailles, il y a la royauté ! Je le sais. Toujours est-il qu’on a bien réformé le financement des activités politiques et d’ailleurs des campagnes politiques, qui ne posent plus dans l’ensemble de problèmes, songeons aux grands scandales qui ont touché telle ou telle formation politique à gauche comme à droite. Ça n’existe plus aujourd’hui. Mais ces mauvaises habitudes, il faut y mettre un terme. J’ai donc décidé que, désormais, les ministres ne bénéficieraient d’appartement de fonction que lorsqu’ils en auront vraiment besoin pour leur activité ministérielle. Par exemple, je fais la différence entre le ministre de l’Intérieur, qui est mobilisé 24h/24, et tel ou tel secrétaire d’Etat dont il n’est pas évident qu’il ait besoin d’un appartement de fonction.

DAVID PUJADAS

Pourquoi au bout de trois ans seulement ?

NICOLAS SARKOZY

Mais vous pourriez peut-être me dire que la 5ème République, c’est 1958 ! Alors, je veux bien qu’il me reste tant de choses à faire ! Mais enfin, j’ai mis au gouvernement des ministres qui ne sont pas de mon bord politique, j’ai essayé d’apporter de la clarté, de l’honnêteté et de la transparence dans les procédures. Il reste des choses à faire, nous les mettons en œuvre. De la même façon, je trouve que lorsqu’on va à l’étranger, les ministres doivent aller dans les ambassades ou, en France, dans les préfectures plutôt qu’un hôtel. Nous allons supprimer 10 000 voitures de fonction, 7 000 appartements de fonction.

DAVID PUJADAS

Vous limitez le nombre de personnes dans les cabinets. Mais Matignon et l’Elysée ne sont pas concernés. Pourquoi ?

NICOLAS SARKOZY

Si, si, nous sommes également concernés. En ce qui concerne l’Elysée, nous avons diminué le nombre des collaborateurs des uns comme des autres. Mais enfin, comprenez que le cabinet du Premier ministre a vocation à être plus nombreux que le cabinet du dernier secrétaire d’Etat, même si celui-ci a une importante responsabilité. Je souhaite que de ce point de vue, la France rentre dans des critères qui sont des critères des grandes démocraties, notamment les démocraties anglo-saxonnes. Encore que j’observe que le dernier scandale en cause, il a eu lieu en Grande-Bretagne et pas en France.

DAVID PUJADAS

Pour relancer en quelque sorte l’action du gouvernement, est-ce que vous allez procéder effectivement, comme on l’a entendu ici et là, à un remaniement important au mois d’octobre ?

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS, je suis président de la République, chef de l’Etat, d’un pays de 65 millions d’habitants. Je n’ai pas le droit de céder à l’agitation du milieu. Je n’ai pas le droit de céder à la fébrilité du commentateur. Si je devais écouter tous les conseils qui me sont donnés, j’aurais fait un premier remaniement après les régionales et j’aurais fait un deuxième remaniement maintenant. Sans doute, les mêmes auraient recommandé un troisième remaniement après la réforme des retraites. Ça donne, la valse des ministres et des ministères donne une image ridicule de notre pays. Il y aura donc une nouvelle étape de l’action politique que je conduirais, après la réforme des retraites, à la fin du mois d’octobre, comme je l’ai toujours indiqué. Cette étape-l à marquera le dernier tiers de mon quinquennat. Je vous annonce d’ailleurs qu’ à partir de ce moment o ù la réforme des retraites aura été signée, j’engagerai immédiatement la réforme de la dépendance. Il y a un million de personnes âgées dépendantes dans notre pays, il y a 200 000 cas d’Alzheimer de plus chaque année, c’est une catastrophe nationale. J’ai ét é absolument effaré de constater que 20 % seulement des personnes âgées dépendantes pouvaient financer par elles-mêmes leur accession à une maison de retraite. Je règlerai aussi ce problème parce que c’est le devoir du gouvernement de régler toutes les questions concrètes qui se posent aux Français.

DAVID PUJADAS

Dernière chose sur ce sujet, vous parlez d’une nouvelle étape, donc est-ce qu’il faut s’attendre à une équipe resserrée, c’est aussi une chose à laquelle certains vous appellent dans votre majorité ?

NICOLAS SARKOZY

Ils ont raison mais enfin, ça sera le travail de fin octobre. A ma connaissance nous sommes mi-juillet.

DAVID PUJADAS

Et l’ouverture ce sera terminé à ce moment-là, vous vous recentrerez sur d’autres priorités ?

NICOLAS SARKOZY

Peut-être, Monsieur PUJADAS, si vous avez la gentillesse de m’inviter ou d’accepter de venir à l’Elysée je répondrai à cette question à ce moment-là.

DAVID PUJADAS

Bien. Alors précisément on en vient à la réforme des retraites, elle sera présentée demain, on l’a dit, en Conseil des ministres, c’est une réforme qui est encore discutée, les Français sont disons réservés, pour vous c’est la réforme majeure de votre ?...

NICOLAS SARKOZY

Ce n’est pas la réforme majeure, c’est une réforme essentielle, je veux m’en expliquer devant les Français. J’avais d’ailleurs dit que je m’en expliquerais, ce n’est pas par plaisir que je fais ça. Il y a eu deux erreurs majeures commises dans les 20 dernières années. La première c’est quand l’âge de départ à la retraite contre toute évidence démographique, contre ce qui se passait dans tous les autres pays, nous avons passé l’âge de la retraite de 65 à 60 ans, c’est très bien socialement mais nous n’avons pas les moyens de faire cela. La seconde erreur c’est quand le pays a ét é engagé dans cette politique économique insensée qui a consisté à travailler moins quand tous les autres pays de la planète travaillaient plus, l’affaire des 35 heures a conduit à une régression de la compétitivité de la France, et qu’est-ce qui a payé ? Ce sont les plus pauvres, pourquoi ? Parce que quand des entreprises sont délocalisées c’est celui qui a le moins de formation qui paye. Quand des usines sont fermées c’est l’ouvrier qui paye, ces choix-là ont ét é deux catastrophes économiques. Je vais vous citer un seul chiffre mais il est parlant. Il y a 15 millions de retraités en France, 1,5 million de ces 15 millions, nous n’avons pas les moyens de payer leur retraite aujourd’hui, leur retraite à ce 1,5 million-là est payée par la dette. Est-ce que c’est raisonnable ? J’ai ét é élu pour résoudre ce problème, pas pour le regarder.

DAVID PUJADAS

Alors tout le monde est à peu près d’accord finalement, en tout cas il y a un large consensus pour dire qu’il faut travailler plus parce qu’effectivement on vit plus longtemps, mais...

NICOLAS SARKOZY

Vous savez combien de temps ? Depuis 1950, notre espérance de vie, c’est une excellente nouvelle, arrêtons de nous plaindre, nous avons gagné 15 années d’espérance de vie. Si on va vivre 15 années de plus on peut comprendre qu’on doit travailler deux années de plus.

DAVID PUJADAS

Mais, Monsieur le Président, vous avez précisément choisi d’agir sur l’âge légal de départ qui passe de 60 à 62 ans, est-ce qu’il n’y a pas une injustice dans la mesure o ù pour schématiser ça ne changera rien pour un cadre supérieur qui a commencé à travailler à 22 ou 23 ans et qui de toute façon devra travailler au-delà de 62 ans pour avoir ses annuités. Ca changera beaucoup de choses en revanche pour un ouvrier qui a commencé à travailler à 18 ou à 19 ans et qui, lui, devra travailler des années en plus, est-ce que ça n’est pas faire porter sur ces catégories-là tout l’effort de la réforme ?

NICOLAS SARKOZY

Alors parlons des injustices, est-ce que vous ne croyez pas, David Pujadas, que la première injustice c’est d’avoir un système o ù on n’a pas l’argent pour payer les retraites des retraités ? Dans ceux qui nous regardent il y a ceux qui sont déjà à la retraite puis il y a ceux qui vont y partir, est-ce que vous croyez que ça les ferait sourire de savoir qu’on n’a pas l’argent ? Il manque à horizon 2020 40 milliards d’euros par an.

DAVID PUJADAS

Mais est-ce qu’on n’aurait pas pu augmenter la durée pour tout le monde ?

NICOLAS SARKOZY

Non mais j’y viens mais on l’augmente absolument pour tout le monde, c’est la première fois qu’une réforme des retraites concerne le public comme le privé. Mais la première injustice c’est de leur faire croire que leur retraite est garantie alors qu’elle ne l’est pas ! On parle, Monsieur PUJADAS, de la réforme des retraites depuis 1991, c’est le livre blanc de Michel ROCARD, un homme de grande qualité, le livre blanc de Michel ROCARD. Depuis 1991, nous sommes en 2010, et ce que nous faisons en 2010 tout le monde sait bien qu’on aurait dû le faire bien avant. Deuxième remarque, notre système est un système par répartition, c’est-à-dire vous, moi, ceux qui nous regardent cotisent pour payer les retraites de ceux qui sont à la retraite, c’est ça le système par répartition. Donc, par définition, dans un système par répartition c’est tous les Français qui sont concernés. Troisième remarque, pour trouver l’argent qui garantisse notre système de retraite et la solidarité entre les générations. Première solution, on diminue les pensions de retraite, je m’y refuse. Je dis aux 15 millions de retraités qu’on ne touchera pas à leurs pensions de retraite. J’ai même décidé depuis que je suis élu d’augmenter la pension de réversion pour les veuves de 54% à 60%. Deuxième solution, le Parti socialiste « ah mais, Monsieur le Président, vous n’avez qu’ à augmenter les impôts » et le Parti socialiste propose 37 milliards d’augmentation d’impôts.

DAVID PUJADAS

Principalement sur l’épargne, le capital...

NICOLAS SARKOZY

Non, non mais j’y viens, 37 milliards. Alors les augmentations d’impôts, surtout avec ces sommes-là, soit vous les faites porter sur les gens, les particuliers, soit sur les entreprises. Regardons ce que ça fait : si on fait porter les augmentations d’impôts sur les particuliers en augmentant leurs cotisations, qu‘est-ce qui se passe ? On diminue leur pouvoir d’achat, ils consomment moins, donc l’économie marche moins, il y a moins de croissance et plus de chômage. Si on augmente les cotisations sur les entreprises, qu’est-ce que qui se passe ? Le monde est un village, David Pujadas, une entreprise se délocalise ! Déjà nos impôts sont les plus forts du monde, si j’augmente les impôts sur les entreprises il y aura. plus de délocalisation, il y aura moins d’emplois, plus de chômage, moins de croissance

DAVID PUJADAS

Mais il y a peut-être un type de revenus sur lequel on peut augmenter les impôts, les revenus financiers ?...

NICOLAS SARKOZY

Mais c’est ce qu’on fait ! Pardon de le dire, il y a presque cinq ... non, non...

DAVID PUJADAS

Pour un demi à deux milliards disons...

NICOLAS SARKOZY

Non, non, pas du tout, pour quatre milliards et demi.

DAVID PUJADAS

Y compris les entreprises...

NICOLAS SARKOZY

Pour quatre milliards et demi, non, non, non, pas du tout, les choses sont parfaitement claires, pour quatre milliards et demi on fait des prélèvements sur les entreprises, pour quatre milliards et demi on fait des prélèvements sur les particuliers notamment les cotisations des fonctionnaires qui cotisaient 7,5% quand les salariés du privé cotisaient 10,5%. Sur 10 ans, c’est ça aussi la justice, que quel que soit le secteur o ù on se trouve on paye les mêmes cotisations. Mais deux ans de travail en plus ramènent dans les caisses de la Sécurité sociale pour garantir les retraites des Français 22 milliards d’euros. D’ailleurs, Monsieur PUJADAS, ce que je fais, ce que je propose avec le gouvernement, ce que nous proposons ensemble, tout le monde l’a fait, regardez autour de nous, en Allemagne, 67 ans, en Espagne, monsieur ZAPATERO va aller au-delà de 65 ans, en Italie, ils sont à 65 ans, il n’y a pas un pays au monde qui se soit cru autorisé à ne pas faire l’effort que je demande aux Français.

DAVID PUJADAS

Alors il y a un autre sujet sur lequel les syndicats vous demandent d’ailleurs s’il y a une marge de manœuvre c’est la pénibilité. Est-ce que vous reconnaissez d’abord qu’il y a des métiers plus pénibles que d’autres ?

NICOLAS SARKOZY Oui.

DAVID PUJADAS

Est-ce que ces métiers-là ou est-ce que ces postes-là, après tout chaque métier peut avoir certains postes qui sont plus pénibles mais pas le métier en entier, ne devraient pas bénéficier d’une remise sur le nombre d’années travaillées pour la retraite ?

NICOLAS SARKOZY

Oui. D’abord je veux rendre hommage au sens de la responsabilité des partenaires sociaux. Ce n’est pas leur rôle d’assumer la réforme des retraites, c’est le mien, et vous comprenez que c’est plus facile d’être populaire en disant aux gens qu’ils peuvent travailler moins que de leur expliquer que le monde a changé et que la vérité c’est qu’on devra travailler davantage pour sauver leurs retraites. Alors il y a deux problèmes, d’abord ceux de nos compatriotes qui ont commencé à travailler tôt, c’est-à-dire qui ont commencé à travailler avant 18ans. Ceux-là nous leur garantissons qu’ils continueront à partir à la retraite avant 60 ans.

DAVID PUJADAS

Et la barre est à 18 ans, elle n’ira pas à 19 ans ?

NICOLAS SARKOZY

Ecoutez, dans les carrières longues de la réforme qu’avait fait monsieur RAFFARIN et monsieur FILLON la barre était à 17 ans. Chaque année que nous rajoutons c’est un milliard d’euros en plus. Nous avons considéré avec le Premier ministre et Eric WOERTH qu’en mettant la barre à 18 ans, je ne dis pas que c’est tard 18 ans mais nous prenons ceux qui ont commencé à travaillerà 16 ans, 17 ans, jusqu’à 18 ans, ceux-là continueront à partir à la retraite à 60 ans ou plus tard et pour certains avant. Et puis il y a la pénibilité, ça n’existait pas jusqu’à présent, dites-le, c’est une avancée sociale...

DAVID PUJADAS

C’est vrai, ça n’existait pas jusqu’à présent...

NICOLAS SARKOZY

Ca n’existait pas !

DAVID PUJADAS

Il y a eu une négociation qui n’a pas abouti...

NICOLAS SARKOZY

Ah oui, bien sûr parce que...

DAVID PUJADAS

...après la loi FILLON de 2003...

NICOLAS SARKOZY

Comme toujours, quand c’est difficile ça n’aboutit pas, ça n’existait pas, nous créons un droit nouveau. De quelle façon ? Toute personne qui de par son activité professionnelle aura connu une incapacité de travail, définie par la médecine du travail, de 20% pourra partir à la retraite avant 60 ans.

DAVID PUJADAS

Mais l à on dit c’est l’invalidité, ce n’est pas la pénibilité, il y a des gens qui seront peut-être souffrants mais des années plus tard...

NICOLAS SARKOZY

L’invalidité professionnelle témoigne quand même de la pénibilité professionnelle !

DAVID PUJADAS

Là-dessus en tout cas vous ne bougerez pas pendant la discussion parlementaire ?

NICOLAS SARKOZY

Non, je n’ai pas dit ça et j’essaye, vous savez, d’être quelqu’un de juste. Ce n’est pas facile...

DAVID PUJADAS

Donc il y a des avancées possibles ?

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS, ce n’est pas facile, je dois à la fois garantir l’équilibre général de la réforme, nous nous sommes engagés avec le gouvernement à ce que la réforme des retraites conduise à un régime des retraites en France qui soit équilibré, voire bénéficiaire à l’horizon 2020, les Français pourront avoir confiance.

DAVID PUJADAS

Avec une hypothèse de croissance tout de même assez favorable puisqu’il y a un chômage à 6,5 ?

NICOLAS SARKOZY

Oui, enfin bon...

DAVID PUJADAS

On est à 10 aujourd’hui.

NICOLAS SARKOZY

Non, on est à 9,5, soyons précis !

DAVID PUJADAS

Soyons précis.

NICOLAS SARKOZY

On est à 9,5, si on est à 9,5 après deux ans de crise économique comme on n’en a jamais connu depuis un siècle l’hypothèse d’un chômageà 6,5 est quand même relativement raisonnable. Mais j’essaye d’être juste, donc il me semble que les carrières longues, la question de la pénibilité et aussi la question très difficile des poly-pensionnés, c’est-à-dire ces milliers de Français qui ont cotisé à plusieurs caisses de retraite parce que la mobilité de la vie fait qu’on change de métier, on change de région, on change de carrière professionnelle, ceux-là aussi me posent un problème. Donc tout l’été on va travailler, j’aurai des contacts avec les partenaires sociaux, Eric WOERTH et le Premier ministre travailleront d’arrache-pied, nous serons à l’écoute du débat parlementaire, moi je ne dis pas c’est à prendre ou à laisser, je dis les 62 ans nous n’y toucherons pas, je dis l’équilibre des cotisations public/privé c’est une question de justice, on ne peut pas y toucher. Sur le reste, nous serons trèsà l’écoute de ce que nous diront nos interlocuteurs.

DAVID PUJADAS

Une dernière chose, il y a des gens qui disent « moi je veux bien travailler jusqu’à 62 ans mais je constate qu’entre 55 et 64 ans il y a un tiers des gens seulement qui travaille parce que souvent les entreprises ne veulent pas des autres », alors est-ce qu’il n’y a pas l à un paradoxe ?

NICOLAS SARKOZY

C’est vrai, d’ailleurs, Monsieur PUJADAS, vous touchez à la difficulté de la réforme, je suis bien conscient de toutes ces difficultés. D’ailleurs, posez-vous la question, pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour avoir une réforme aussi complète ? Parce que c’est très difficile. Mais il y a quand même une bonne nouvelle, jusqu’à présent toute la stratégie mise en œuvre a consisté à mettre les gens en préretraite, à les empêcher de travailler, à les sortir des entreprises, je dis c’est un désastre social !

DAVID PUJADAS

Mais qu’est-ce qu’on fait ?

NICOLAS SARKOZY

Regardez, à 58 ans on n’a pas envie de rester chez soi à ne rien faire en vous octroyant une préretraite qui ne vous permet pas de vivre ! Eh bien en 2009 pour la première fois depuis 20 ans le nombre de seniors au travail a augmenté d’un point et en 2010 on fera pareil. Qu’est-ce qu’on a fait ? Nous avons rendu infiniment plus compliqué les préretraites et en repoussant l’âge de la retraite à 62 ans les entreprises sont obligées de conserver les seniors plus longtemps. Tous les pays qui ont fait ça, quand la retraite est à 60 ans, les entreprises se séparent de leurs collaborateurs à 58. Quand la retraite est à 62, les entreprises se séparent de leurs collaborateurs à 60 ans. Il est capital, capital de comprendre que les quinquagénaires doivent rester plus longtemps au travail. J’observe d’ailleurs que nous sommes le pays d’Europe qui avait le moins de seniors au travail et le plus de jeunes au chômage, le partage du temps de travail est une erreur stratégique, économique, historique.

DAVID PUJADAS

Dernière chose sur ce sujet, vous dites « nous recevrons, le gouvernement recevra les partenaires sociaux », les partenaires sociaux prévoient des journées d’action d’ores et déjà en septembre, est-ce que vous attendez à une rentrée agitée, une rentrée de contestation sur ce sujet, est-ce que vous le redoutez ?

NICOLAS SARKOZY

Mais oui, enfin, je le redoute, je m’attends à ce qu’il y ait des manifestations, je sais qu’il y a de la souffrance, Monsieur PUJADAS.

DAVID PUJADAS

Et est-ce que ça peut avoir une influence sur la version définitive de la réforme ?

NICOLAS SARKOZY

Non, ce qui aurait une influence sur la version définitive de la réforme c’est l’idée que nous nous ferons tous ensemble de la justice, ce n’est pas l’importance des manifestations. Si on doit retirer un projet utile pour le paysà chaque fois qu’il y a une manifestation on ne ferait rien d’utile dans le pays et je respecte les manifestants. Je comprends que c’est une forme d’expression sociale, je dis d’ailleurs que depuis trois ans que je suis président de la République j’ai tout fait pour éviter les drames sociaux, il n’y a pas eu de violence, mais je sais que ça inquiète, que ça trouble, que certains se disent « oh la, la, quand même on n’a pas envie de travailler deux ans de plus ! » mais, je leur dis, c’est la seule façon de garantir vos retraites. Alors après vous me dites « ah mais s’il y na beaucoup de monde dans les rues ça vous fera reculer ». Non parce que je ne fais pas ça pour qu’il n’y ait personne dans les rues, pour qu’il y ait beaucoup de gens dans les rues, je fais ça parce que c’est l’idée que je me fais de mon devoir de chef d’Etat ! Je veux pouvoir dire à mes compatriotes « « on a travaillé pour l’avenir de vos enfants, la France doit changer, nous ne pouvons pas continuer à travailler moins alors que les autres travaillent plus, nous ne pouvons pas continuer à dépenser plus alors qu’on a des déficits et de la dette », c’est la conception que je me fais de mon devoir et de ma responsabilité.

DAVID PUJADAS

Alors ça nous amène directement à la situation économique et à ce qu’on pourrait appeler depuis quelques mois cette nouvelle donne avec l’éruption de la question de la dette publique qui se pose à chacun, pas seulement à la France, un peu partout en Europe. Est-ce que vous pouvez en quelques mots nous définir quel est le cap de la politique économique aujourd’hui, on a commencé avec la rupture, après la crise financière venue des Etats-Unis il y a eu la relance, est-ce qu’aujourd’hui on entre dans la rigueur, ce mot que tous nos voisins reconnaissent, assument et que la France, elle, ne semble pas vouloir assumer ?

NICOLAS SARKOZY

D’abord je voudrais dire une chose c’est qu’en tant que chef de l’Etat j’ai ét é gâté. Premier épisode, la crise financière, septembre 2008. Deuxième épisode, la crise économique du siècle. Troisième épisode, la crise agricole, tous produits et toutes régions, nos malheureux agriculteurs que je veux défendre de toutes mes forces. Quatrième épisode, la crise de l’euro. Voilà, en deux ans, quatre crises. Déjà la France n’est pas facile à gérer et à diriger en temps calme mais l à on a ét é servis ! Premier élément. Deuxième élément, en Europe il y a deux pays qui tiennent le système, l’Allemagne et la France. Je ferai tout, Monsieur PUJADAS, vous m’entendez, tout pour qu’il en soit toujours ainsi. Des pays ont ét é attaqués en Europe parce qu’ils étaient fragiles, la Grèce, le Portugal, l’Espagne.

DAVID PUJADAS

Et l’Allemagne n’a pas réagi tout de suite...

NICOLAS SARKOZY

Des grands pays, c’est un autre sujet, je serai prêt à vous répondre là-dessus.

DAVID PUJADAS

Parce que vous parlez de l’Allemagne...

NICOLAS SARKOZY

Je ne veux pas que la France soit engagée dans la même spirale.

DAVID PUJADAS

Il y a un risque selon vous ?

NICOLAS SARKOZY

Il n’y a en a pas parce que nous faisons la réforme des retraites et parce que nous avons pris les décisions que nous avons prises. Mais le risque quel serait-il ? Si le monde entier n’a plus confiance dans la France, les taux d’intérêt montent, on se ruinera en payant des taux d’intérêt prohibitifs et vous, mes chers compatriotes, vous ne pourrez plus emprunter pour investir ou pour acheter votre appartement. J’avais dit aux Français en septembre 2008 « pas un d’entre vous durant la crise ne perdra un centime de votre épargne », j’ai tenu promesse. Pas une banque n’a fait faillite, j’avais dit que le plan de soutien aux banques ne coûterait pas un centime aux contribuables, c’est bien ce qui s’est passé, il a même rapporté de l’argent aux contribuables. Alors quelle est la stratégie économique ? Redonnez de la compétitivité à la France. Comment ? En permettant de travailler plus, la fin des 35 heures, les heures supplémentaires qui ont repris leur marche en avant.

DAVID PUJADAS

Le contournement des 35 heures parce qu’il n’y a pas une fin officielle.

NICOLAS SARKOZY

C’est la fin des 35 heures puisque à partir du moment o ù vous autorisez les heures supplémentaires, vous avez fini avec les 35 heures. Les heures supplémentaires, leur nombre ré-augmente aujourd’hui. C’est une excellente nouvelle. Les Français qui font des heures supplémentaires ne payent pas d’impôts dessus et les entreprises pas de charges dessus.

DAVID PUJADAS

Ca ne se fait pas à la place des embauches.

NICOLAS SARKOZY

Non, absolument pas. Tous les pays qui ont diminué le chômage sont des pays qui ont permis à leur économie de travailler davantage, pas moins. Rattraper le retard d’investissements de la France et c’était cela le plan de relance, l’argent que nous mettons sur les universités enfin devenues autonomes, sur la recherche. Avez-vous remarqué que le collectif « Sauvons la recherche » ne s’exprime plus ? Que depuis que je suis président de la République, il n’y a plus eu de grève de chercheurs ? Parce que nous leur donnons des moyens comme jamais malgré la crise. Parce qu’en France, on a trop dépensé en dépenses de fonctionnement et on n’a pas investi. Et puis, j’ai pris des engagements au nom de la France avec le Premier ministre et le gouvernement pour réduire les déficits. Tenez-vous bien, cela fait quarante ans que la France présente un budget en déficit, eh bien, ce n’est plus possible.

DAVID PUJADAS

Alors, vous avez pris des engagements justement de réduire le déficit. En gros, on est à 8% du PIB et vous dites, il faut arriver à 3% en 2013.

NICOLAS SARKOZY

La première étape, c’est 6% en 2011.

DAVID PUJADAS

En 2011, cela représente 100 milliards d’euros. O ù est-ce qu’on trouve aujourd’hui 100 milliards d’euros à économiser sur le budget de l’Etat ?

NICOLAS SARKOZY

Alors premièrement, nous avons diminué le nombre de postes de fonctionnaires dans notre pays comme jamais.

DAVID PUJADAS

Mais c’est 1,6 milliard par an.

NICOLAS SARKOZY

Non, enfin, ce n’est pas exactement comme cela que ça se passe. C’est 1,6 milliard, vous avez raison, la première année, mais comme l’Etat paye les retraites d’un fonctionnaire qui n’est pas à la Sécurité sociale, quand on embauche un fonctionnaire, c’est 40 ans de vie active, plus 20 ans de retraite. Donc le milliard et demi que vous faites à la première année o ù vous avez supprimé des postes de fonctionnaire, si vous voulez calculer l’économie, vous multipliez par le nombre d’années que ledit fonctionnaire aurait d û rester au service de l’Etat. C’est normal. Nous avons supprimé 100 000 postes de fonctionnaires en trois ans ; dans le budget 2011, nous en supprimerons

encore, Monsieur BAROIN a donné les chiffres, 34 000. Je propose d’ailleurs une chose : c’est que les collectivités territoriales prennent la même règle que l’Etat. Il n’y a aucune raison que l’Etat s’impose une gestion rigoureuse et que les collectivités territoriales, notamment les régions, continuent une politique d’augmentation du nombre de fonctionnaires : 34 000 chaque année depuis dix ans à compétences constantes.

DAVID PUJADAS

Mais aujourd’hui, on leur transfère de nouvelles compétences.

NICOLAS SARKOZY

Aucune, aucune. Depuis que je suis président de la République, on ne leur a transféré aucune nouvelle compétence. Aucune. Mais je propose une chose qui me paraît, me semble-t-il, d’une honnêteté totale, tout le monde applaudit au 1 sur 2, c’est-à-dire que nous, l’Etat, avec le Premier ministre et le ministre en charge, on ne remplace qu’un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite. Qu’est-ce qui empêche les régions de France d’appliquer la même règle ?

DAVID PUJADAS

C’est un appel que vous leur lancez ce soir.

NICOLAS SARKOZY

A la responsabilité ; à la responsabilité. Deuxièmement, la COUR DES COMPTES dont j’ai lu le rapport il y a quelques jours analyse les niches fiscales, c’est-à-dire les avantages fiscaux développés au fil des ans, 75 milliards d’euros par an. Avec le Premier ministre, nous avons décidé de trouver 10% d’économies – allez, on est en train de faire les arbitrages entre 7, 8,9 milliards d’économies, on est en train d’y travailler avec le ministre du Budget ...

DAVID PUJADAS

C’est toutes les niches qui vont être « rabotées » comme on dit aujourd’hui ou c’est certaines niches ?

NICOLAS SARKOZY

Nous n’avons pas encore décidé exactement. Certaines seront supprimées, je pense par exemple à l’annualisation des charges, l’Etat prend en charge les charges des salariés dans les entreprises jusqu’à le SMIC multiplié par 1,2 ou 3, je ne me souviens plus. Bon. Eh bien, nous allons le faire sur douze mois, pas sur treize mois. En revanche, les exonérations sur les emplois à domicile, les services à la personne, qui servent à tant de familles, classes moyennes ou les plus exposées, nous les garantirons sous réserve de quelques aménagements techniques sur le calcul des cotisations sociales. Nous y reviendrons, mais d’une manière générale, il faut qu’on fasse un effort.

DAVID PUJADAS Oui.

NICOLAS SARKOZY

La France ne peut pas vivre au-dessus de ses moyens.

DAVID PUJADAS

Y compris sur les dépenses sociales puisque ces derniers jours, des mesures ont ét é dévoilées. On dit : ce sont les classes moyennes qui vont payer sur le logement étudiant, sur ...

NICOLAS SARKOZY

Non, sur le logement étudiant, je m’en explique très facilement. Le logement étudiant, nous allons dire aux familles : c’est très simple. Soit votre enfant, votre jeune, vit au domicile ; dans ce cas-là, vous avez la demi-part, on vous la garde. Soit il ne vit plus au domicile, dans ce cas-là, il vivra avec l’allocation de logement, mais vous ne pouvez pas avoir la demi-part d’un enfant qui vit au domicile et en plus, l’allocation de logement. Bon, on essaye de faire du travail extrêmement juste, extrêmement équilibré. Nous avons promis que la France réduirait son déficit à 6% en 2011 – nous y serons – et à 3% en 2013, nous y serons. Il n’y a pas d’autre choix, David Pujadas.

DAVID PUJADAS

Mais la plupart des économistes et beaucoup aussi dans votre propre camp disent : si on veut atteindre ces objectifs, on ne peut pas le faire sans augmenter les impôts.

NICOLAS SARKOZY

Eh bien, je m’y refuse totalement. Et je m’en explique, pourquoi ...

DAVID PUJADAS

Est-ce que c’est réaliste ?

NICOLAS SARKOZY

Je vais m’en expliquer avec vous de la façon la plus simple. Nous sommes avec la Suède le pays d’Europe où les impôts sont les plus élevés. Les plus élevés. Si nous continuons cette marche folle vers l’augmentation d’impôts, à ce moment-là, nous n’aurons plus d’entreprises en France si l’on fait porter ces impôts sur les entreprises et nous n’aurons plus de consommation en France si l’on fait porter ces impôts sur les particuliers. Vous me parliez vous-même des classes moyennes en me disant : faites attention, Monsieur le président, les classes moyennes. Et vous me dites : ah bah, on ne peut rien faire d’autre qu’augmenter les impôts. Jusqu’à présent, non seulement on n’a pas augmenté les impôts, mais on les a diminués de 16 milliards d’euros en 2007. La France doit être compétitive. Le monde est ouvert, David Pujadas. L’époque o ù il n’y avait pas d’ordinateur, pas d’Internet, pas de mondialisation, c’est fini ! Je dois préparer la France au monde d’aujourd’hui, pas au monde des années 60.

DAVID PUJADAS

Mais vous savez que quand on pense aux impôts, on pense aussi aux impôts des plus riches. Est-ce qu’ à l’heure o ù on demande un effort à chacun, est-ce qu’il est possible de garder le bouclier fiscal conçu en temps de croissance alors qu’on est aujourd’hui en crise ? 30 millions d’euros, c’est le montant de la remise qui a ét é accordée par exemple par Madame BETTENCOURT. Est-ce que vous ne risquez pas d’apparaître ...

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS ...

DAVID PUJADAS

...comme le président des riches ?

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS, vous êtes un journaliste trop sérieux pour se laisser aller à des formules ; laissez cela à d’autres, laissez cela à d’autres, cela n’apporte rien. Je vais m’expliquer ; il suffit que vous me posiez les questions, je vais y répondre. Je n’ai absolument rien à cacher, absolument rien. De tous les pays du monde, je veux dire à mes compatriotes, la France est celui qui taxe le plus les contribuables aisés. Il n’y a pas un pays au monde – ni les Etats-Unis, ni l’Allemagne, ni la Grande-Bretagne, ni l’Espagne, ni l’Italie – il n’y a pas un pays au monde qui connaisse une fiscalité sur les plus riches plus forte que la nôtre. Premier point.

DAVID PUJADAS

A cause de l’ISF.

NICOLAS SARKOZY

A cause de tout, de tout ! Bon. Premier point. Deuxième point : je veux que les Français, vous savez, moi, je ne suis pas un idéologue. J’essaye d’être un homme honnête, de dire la vérité, en tout cas la mienne. Je ne suis pas quelqu’un qui dissimule. En 1997 – tenez-vous bien – les socialistes allemands ont supprimé l’impôt sur la fortune en Allemagne. Pourquoi l’ont-ils fait ? Parce que les socialistes allemands ont compris quelque chose, c’est que s’il n’y a plus de capital en Allemagne, il n’y a plus d’entreprise et que les entreprises appartiennent aux fonds de pension, aux financiers et non pas au capitalisme familial. Grâce à cela, l’économie allemande est prospère et a plus d’entreprises que l’économie française. Mieux que cela : en 2008, les socialistes espagnols, Monsieur ZAPATERO, socialiste espagnol, ont supprimé l’impôt sur la fortune en Espagne. Pourquoi ? Parce qu’ils ont compris une chose, c’est que si personne, plus personne n’a d’argent en Espagne, ça ne fera pas l’affaire des plus pauvres en Espagne.

DAVID PUJADAS

Mais est-ce que vous pensez ...

NICOLAS SARKOZY

Pardon, je ne veux pas être trop long, mais je veux m’expliquer vraiment là-dessus. J’ai refusé de supprimer l’impôt sur la fortune en France ; j’ai refusé. Nous sommes le dernier pays d’Europe à avoir un impôt sur la fortune parce que je l’ai voulu, je l’ai voulu, parce que je considère dans les valeurs qui sont les miennes que quand on a de l’argent, c’est normal de payer des impôts. Il n’y a pas à s’en plaindre et je ne le supprimerai pas. Dernier point : le bouclier fiscal. Ce n’est pas une idée que j’ai eu comme cela un matin en me levant. Où est-ce que j’ai trouvé cette idée ? Quel est notre principal concurrent ? C’est l’Allemagne. Quel est notre principal client ? C’est l’Allemagne. Quel est notre principal voisin ? C’est l’Allemagne. Moi, j’admire le modèle allemand, je veux dire le modèle économique. Je préfère que la France, l’économie française, les entrepreneurs français s’inspirent des premiers en Europe plutôt que des derniers. Je préfère que l’on s’inspire de ce qui fait la force de l’Allemagne plutôt que d’autres pays que je ne veux pas citer. Le bouclier fiscal existe en Allemagne depuis plus de 20 ans. Les socialistes allemands ont ét é au pouvoir huit dans les années 90 en Allemagne ; ils n’ont pas touché au bouclier fiscal. Moi, je me suis dit : je crois en l’Europe. La France est en concurrence avec l’Allemagne, je vais donc faire la même chose qu’en Allemagne en France. Enfin, bouclier fiscal, cela veut dire quoi ? Que personne en France ne paye plus de 50% à l’Etat de ce qu’il a gagné. Vous avez parlé de Madame BETTENCOURT. Honnêtement, c’est très ...enfin, bon, je comprends bien pourquoi vous le faites, mais enfin, la patrie des droits de l’homme, on devrait être plus respectueux des gens. Madame BETTENCOURT, je n’ai pas le droit de dire ce qu’elle paye comme impôts.

DAVID PUJADAS

Elle l’a dit elle-même.

NICOLAS SARKOZY

Non, non, Monsieur, mais moi, je n’ai pas le droit. Vous savez, je respecte la loi.

DAVID PUJADAS

Alors moi, je le dis, 400 millions sur dix ans.

NICOLAS SARKOZY

Elle paye plusieurs millions d’euros d’impôts par mois. Par mois ! Le bouclier fiscal, qu’est-ce que c’est ? Il existait avant mon élection des contribuables qui payaient 100% d’impôts, c’est-à-dire qu’ils gagnaient 1 000, ils payaient 1 000 et ils partaient tous. Mais si en France, on n’a plus personne pour investir, on n’a plus personne pour dépenser, si on n’a que des gens qui n’ont rien, comment on va faire tourner l’économie française ? On est dans un monde nouveau, Monsieur PUJADAS. L’emploi se délocalise ; le capital se délocalise ; les jeunes voyagent ; les images font le tour du monde ; les informations ne sont plus nationales seulement mais internationales. C’est le monde d’aujourd’hui. Enfin, je voudrais dire un dernier point si vous me le permettez. Mais qu’est-ce que c’est depuis quelques semaines que cette attitude vis-à-vis de l’argent ? J’entends des gens qui disent leur détestation de l’argent. Mon dieu !

DAVID PUJADAS

Lorsque l’argent corrompt.

NICOLAS SARKOZY

Ca, c’était la formule de Monsieur MITTERRAND. Je m’en souviens, vous aussi apparemment ; on doit avoir les mêmes souvenirs. Je me méfie autant des gens qui idolâtrent l’argent que des gens qui le détestent. Cela revient à la même chose ; c’est un rapport malsain. L’argent n’est pas une fin, c’est un moyen et toute famille souhaite grimper dans l’échelle sociale, avoir un meilleur appartement et des meilleures conditions de vie pour ses enfants. Arrêtons de tourner de façon malsaine autour de cette question. Et quant à moi, quand je vois ce que disent un certain nombre d’opposants politiques, mais n’y a-t-il pas autre chose à dire de moi, de ma politique, de mon engagement que ces mensonges ? Si j’avais ét é un homme d’argent, mais j’aurais fait une autre carrière !

DAVID PUJADAS

Vous n’êtes pas un homme d’argent.

NICOLAS SARKOZY

J’aurais fait une autre carrière que de m’engager dans la vie politique au service de mon pays comme je le fais depuis 35 ans ; 35 ans après, jamais je n’ai eu affaire à la Justice. Jamais on ne m’a accusé de quoi que ce soit de sérieux, jamais, jamais ! Vous savez, j’aime les gens qui font des choses, j’aime les journalistes passionnés, j’aime les chefs d’entreprise qui construisent.

DAVID PUJADAS

Il y a des journalistes que vous aimez moins aussi !

NICOLAS SARKOZY

Non, c’est un métier difficile d’être journaliste. Ce n’est pas facile. Je le comprends parfaitement.

DAVID PUJADAS

Vous ne reprendriez pas – simplement parenthèse – à votre compte les expressions que l’on a entendues, « méthodes fascistes », « trostskyo » « stalinien » ...

NICOLAS SARKOZY

Non, je suis chef de l’Etat, ce n’est pas mon rôle. Faites votre travail le mieux possible ; j’ai déjà assez de travail à faire moi-même. Je ne suis pas naïf. Je vois bien que derrière tout cela, il y a des officines et il y a des gens ...de la même façon qu’il y a quelques hommes politiques qui ont porté une tache sur l’ensemble de la classe politique de manière injuste parce qu’elle est honnête, de la même façon il y a des comportements de quelques-uns qui ne font pas honneur à la profession, mais la profession dans son ensemble fait un travail très difficile avec l’exigence du public qui est de plus en plus grande. Mais je veux dire par là, j’ai conscience de la souffrance en France, mais je dois être un homme d’équilibre, de sang-froid et de dire à la société française « l’invective, la dénonciation, la détestation, c’était la formule de Saint-Just, « prouvez votre vertu ou choisissez la prison ». Eh bien non ! Nous sommes dans une vraie démocratie, une vraie démocratie et croyez-moi, Madame BETTENCOURT qui est propriétaire de L’ORÉAL, je souhaite qu’elle reste propriétaire de L’ORÉAL et que L’ORÉAL – 17 milliards de chiffre d’affaires, 64 000 employés – ne parte pas dans un autre pays parce que, à ce moment là, qui le paierait ? Qui le paierait ? Ce n’est pas les commentateurs ; ce sont les salariés qui paieraient leur emploi et ça, je ne le veux pas.

DAVID PUJADAS

Alors, il nous reste un quart d’heure pour aborder divers autres sujets. Un mot d’abord sur l’économie, sur le G20. A partir de novembre prochain, la France préside le G20. Vous présidez le G20 et puis il y aura un sommet en France en novembre 2011. Est-ce que vous pouvez nous dire en quelques mots ce que vous attendez précisément du G20 ? Est-ce qu’on est encore sur ce thème de la régulation, de tentative de la régulation mondiale après la crise ? Est-ce qu’il en reste quelque chose ? Est-ce qu’il y en a quelque chose ? Je ne parle pas des paradis fiscaux et des domaines o ù ça a avancé quand même.

NICOLAS SARKOZY

Sans rentrer dans le détail, j’ai trois objectifs absolument majeurs : d’abord, un nouvel ordre monétaire international. Bretton Woods, c’est 65 ans. Il n’y avait qu’une seule monnaie, le dollar. Nous ne pouvons pas continuer avec les désordres monétaires que nous connaissons. Il faut que nos entreprises puissent se battre à armes égales. Quand l’euro était à 1,42 contre le dollar, comment voulez-vous que nous puissions vendre quoi que ce soit de fabriqué en zone euro dans des pays qui achètent en dollars ? ! Essentiel.

Deuxièmement, je souhaite qu’on régule le prix des matières premières. La spéculation, ça suffit, et je pense notamment aux premières matières agricoles : je défendrai le modèle agricole français et européen. Et troisièmement, il faut changer la gouvernance mondiale. Pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas continuer simplement avec les 5 membres permanents du Conseil de sécurité. L’Afrique doit pouvoir avoir une place de membre permanent au Conseil de sécurité, 1 milliard d’habitants ! L’Amérique latine doit pouvoir avoir une place, 450 millions d’habitants, au Conseil de sécurité. Quand vous pensez que dans trente ans, l’Inde sera le pays le plus peuplé de la planète, elle n’est pas au Conseil de sécurité ; ce n’est pas raisonnable. Le G20, c’est une invention française et le G20 sous présidence française, nous allons beaucoup travailler au service de la régulation du monde. Nous sommes au 21e siècle. Il faut qu’on se dote des institutions dignes de ce siècle.

DAVID PUJADAS

Et je le disais, pour cela, on parlait de l’Allemagne. Vous avez besoin d’un allié, le moteur franco-allemand a toujours fait beaucoup de choses et on a eu le sentiment – et je pense que c’est plus qu’un sentiment – qu’au cours de la crise de l’euro, de la crise grecque, l’Allemagne était très en retrait.

NICOLAS SARKOZY

C’est vrai.

DAVID PUJADAS

Est-ce que le moteur franco-allemand, ce fameux moteur est grippé ?

NICOLAS SARKOZY

D’abord, il est indispensable. Deuxièmement, Madame MERKEL et moi, on a d û apprendre à se connaître. Nous sommes différents, mais nous nous faisons confiance. Troisièmement, le sentiment de l’opinion publique allemande et le sentiment de l’opinion publique française, notamment vers ces questions de rigueur, de monnaie est totalement différent, et il a fallu rapprocher nos deux opinions publiques, mais finalement, on a fait du bon travail.

DAVID PUJADAS

Avec un temps de retard.

NICOLAS SARKOZY

Bon. Moi, je préfère toujours qu’on aille plus vite, c’est vrai. C’est un défaut, ce n’est pas toujours une qualité d’ailleurs, mais bon, on y est arrivés.

DAVID PUJADAS

Et vous n’êtes pas inquiet ?

NICOLAS SARKOZY

Non, je ne suis pas ...

DAVID PUJADAS

Vous ne sentez pas que l’Allemagne se replie un peu sur elle ?

NICOLAS SARKOZY

Non, je ne suis pas inquiet. Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’Allemagne d’aujourd’hui, elle a raison, se vit comme un pays comme les autres. On ne va pas faire payer à l’Allemagne le nazisme jusqu’à la fin des temps. L’Allemagne a considéré que l’Europe était une façon pour elle de se réintégrer dans la communauté internationale, mais l’Allemagne est un formidable pays. C’est un très grand pays qui veut exister et la France est un immense pays, mais la France doit faire des efforts aussi pour continuerà exister. Si je veux cette politique de réforme, si je veux moderniser mon pays, si je veux de la compétitivité pour le pays, c’est parce que j’aime mon pays.

DAVID PUJADAS

Et le mot « rigueur » ne vous fait pas peur ?

NICOLAS SARKOZY

Alors, le mot « rigueur » est connoté en France. Ce qui ne me fait pas peur, c’est le mot « rigoureux », Monsieur PUJADAS. Le mot « rigueur », cela veut dire baisser les salaires : je ne le ferai pas. Augmenter les impôts, je ne le ferai pas. Le mot « rigoureux », ça veut dire qu’on revient à l’équilibre : je le ferai.

DAVID PUJADAS

Alors, un mot de la sécurité, c’est l’un des marqueurs du Sarkozysme – si vous me pardonnez cette expression. Il y a des résultats sur l’ensemble de la délinquance. Les violences aux personnes persistent à un haut niveau. Est-ce qu’il n’y a pas là, la limite du verbe, du volontarisme que vous incarnez et aussi de l’accumulation des lois qu’il y a eues et qui, finalement, ne seraient pas aussi efficaces que cela ?

NICOLAS SARKOZY

Bon, un mot sur le Sarkozysme. Vous savez, moi je suis un chef d’équipe. J’ai voulu limiter le nombre de mandats – la République exemplaire – à deux pour le président de la République. Je travaille avec le Premier ministre, François FILLON. Avec les ministres ; avec Brice HORTEFEUX qui est le ministre de l’Intérieur. C’est une équipe qui travaille au service de notre pays. Alors sur la sécurité, on a obtenu des résultats spectaculaires. Mais il faut aller beaucoup plus loin. Alors je prendrai trois exemples. Nous avons décidé avec le ministre de l’Intérieur, que la sécurité en Seine Saint-Denis comme dans un certain nombre de banlieues difficiles, ça ne dériverait plus. Et l’action que mène le préfet Christian LAMBERT, est remarquable. J’y étais l’autre nuit. Je sais qu’on s’est étonné. Est-ce que c’est la place du président de la République, la nuit, en Seine Saint-Denis ? Oui c’est ma place. C’est ma place d’être au côté des gens qui souffrent, des gens qui sont descendus des immeubles pour me dire : « On n’en peut plus, on ne veut plus de ça ». Ils ont raison. Et j’aurai des résultats.

Deuxième remarque, j’ai demandé à François FILLON, au Garde des Sceaux, Michèle ALLIOT-MARIE et au ministre de l’Intérieur de préparer un texte pour que puisse être mise en cause la responsabilité de parents lorsque des mineurs de 12 ou 13 ans se trouvent à une heure du matin, seuls, la nuit, dans la rue à casser des bûches ou à jeter des cocktails Molotov sur des voitures qui passent. On peut se demander si la responsabilité des parents n’est pas engagée.

DAVID PUJADAS

« Faillite éducative » çà existe déjà comme délit.

NICOLAS SARKOZY

Oui mais... non, non, ce qui n’existe pas c’est que les parents des mineurs délinquants puissent être appelés pour réparer les dégâts de leurs enfants.

DAVID PUJADAS

Soient pénalement responsables.

NICOLAS SARKOZY

Un petit peu !

DAVID PUJADAS

Automatiquement ?

NICOLAS SARKOZY

Non. Il n’y a jamais d’automaticité en matière pénale, c’est l’individualisation des peines. Troisièmement, j’ai ét é l’autre jour dans un collège. On m’expliquait que deux jeunes de Troisième cumulaient à eux deux, plus de 600 demi-journées d’absence. Sans que les parents l’aient signalé ! Nous allons appliquer avec beaucoup de rigueur la suppression des allocations familiales. Et quand les absentéistes reviendront à l’école, on rendra ce qu’on a supprimé. Quatrièmement : il y a dans un certain nombre d’établissements difficiles, des jeunes lycéens ou des jeunes collégiens dont personne ne veut. Et qui mettent la pagaille dans les établissements. C’est injuste vis-à-vis des autres. Nous allons créer dès la rentrée prochaine, dont deux en Seine Saint-Denis, des établissements adaptés de réinsertion scolaire, pour ces jeunes-là.

DAVID PUJADAS

Combien, au total ?

NICOLAS SARKOZY

On en aura une vingtaine dès la rentrée prochaine.

DAVID PUJADAS

Avec encadrement renforcé ?

NICOLAS SARKOZY

Avec encadrement renforcé. Cinquièmement : les décrocheurs. Je suis impressionné du nombre de jeunes qui a 16 ans sortent de l’école et entre 16 et 18 ans ne font rien. On ne sait pas o ù ils sont. J’ai demandé qu’on constitue un fichier pour que tout jeune sortant de l’école à 16 ans soit obligé d’avoir une formation ou un travail. Parce qu’être deux ans dans la rue à ne rien faire, ça prépare à quoi ? A rien, si ce n’est à la délinquance.

DAVID PUJADAS

Donc, qui contrôlera ce fichier ?

NICOLAS SARKOZY

Eh bien on le fera avec l’ensemble des équipes éducatives, mais vraiment j’ai décidé de prendre en main un certain nombre de dossiers, je veux soutenir notre ministre de l’Intérieur sur la sécurité. Il faut que nous ayons encore de meilleurs résultats. Je veux soutenir notre ministre de l’Agriculture. Sur l’Agriculture il y a eu une crise culturelle. Il faut les défendre. Et je souhaite également qu’on définisse un nouveau cadre d’expression pour les médecins libéraux qui sont dans une situation extrêmement préoccupante. Faillite des vocations. C’est un problème que je ne peux pas laisser en l’état.

DAVID PUJADAS

Trois questions encore. D’abord, votre décision de nommer vous-même les patrons de l’Audiovisuel public. Ca a ét é le cas à Radio-France, ça a ét é le cas ces derniers jours à FranceTélévisions avec Rémi PFLIMLIN. Est-ce que lorsque vous voyez la situation par exemple à Radio-France et les polémiques incessantes, vous ne vous dites pas que cette nomination par vous-même finalement devient un poids à porter pour ces présidents dont quelles que soient les initiatives, elles sont ramenées, toujours, à cette nomination originelle. Autrement dit : le soupçon.

NICOLAS SARKOZY

Deux remarques. La première, j’ai voulu la République irréprochable. La République irréprochable, DAVID PUJADAS, c’est la transparence. La transparence. Qui nomme et pourquoi. Souvenez-vous d’un prédécesseur à FranceTélévisions, qui avait d û démissionner parce qu’il ne plaisait pas au président de la République alors qu’il était nommé par la Haute Autorité. Vous vous souvenez ?!

DAVID PUJADAS

C’est vrai, mais on aurait pu imaginer qu’on allait progresser sur la voie du CSA.

NICOLAS SARKOZY

Ok... très bien, très bien. Ne dites pas que les polémiques ont commencé avec moi.

DAVID PUJADAS

Je n’ai pas dit ça.

NICOLAS SARKOZY

Vous n’avez pas dit ça, je vous en donne acte. Maintenant il y a une transparence. Deuxième remarque : ce n’est pas mon choix seulement. D’abord nous avons beaucoup travaillé le Premier ministre et le ministre de la Culture – Monsieur Frédéric MITTERRAND. J’ai beaucoup consulté, beaucoup. Que cela soit pour Jean-Luc HESS, comme pour Monsieur PFLIMLIN. J’ai beaucoup consulté. Ensuite, les Français doivent savoir : le CSA s’est réussi aujourd’hui. Il a décidé de valider le choix du gouvernement. Le CSA pouvait refuser. Ensuite, cette proposition...

DAVID PUJADAS

On imagine la crise quand même.

NICOLAS SARKOZY

Attendez, attendez... ensuite, cette proposition part au Parlement. La Commission des Affaires Culturelles de l’Assemblée, la Commission des Affaires Culturelles du Sénat peuvent refuser. Monsieur PUJADAS, vous avez beaucoup d’expérience. Est-ce que vous croyez qu’un président de la République, après moi, qui ira dire au Parlement que le pouvoir que j’ai donné au Parlement, de donner son opinion sur le président de France Télévisions, on pourra...

DAVID PUJADAS

Mais il faut qu’il y ait trois ...

NICOLAS SARKOZY

Leur retirer...

DAVID PUJADAS

Cinquième de majorité ...

NICOLAS SARKOZY

Et alors ?

DAVID PUJADAS

Sur un veto.

NICOLAS SARKOZY

Et alors... la majorité toute seule ne peut pas l’avoir. Et ça oblige le président à trouver une personne de qualité. Je veux d’ailleurs préciser Monsieur PUJADAS, pour être honnête – il faut toujours être honnête dans la vie – d’abord je veux rendre hommage à Monsieur de CAROLIS et à son équipe. Ils ont fait du bon travail. Et moi je ne fais pas partie de ceux vous savez, qui considère : « avant moi c’est le Ténèbres, avec moi c’est le soleil d’Austerlitz ».

DAVID PUJADAS

Pourquoi ne pas l’avoir reconduit, alors ?

NICOLAS SARKOZY

Tout simplement parce que c’est une nouvelle étape. Je l’ai dità Monsieur de CAROLIS, que j’ai vu. Il n’a pas appris cela... je l’ai vu. La courtoisie ça existe aussi dans la République. Et il a fait un bon travail. Et Monsieur PFLIMLIN m’a semblé être l’homme de la situation. C’est un professionnel remarquable. Mais ne vous trompez pas, il a ét é nommé pour mettre en œuvre la réforme. Et il le mettra en œuvre.

DAVID PUJADAS

Puisqu’on parle de FranceTélévisions, deux de nos confrères sont retenus en otages depuis plus de 190 jours maintenant. Est-ce que vous avez des nouvelles ? Est-ce que récemment, la France a eu ce qu’on appelle des preuves de vie de nos deux collègues, Stéphane TAPONIER et Hervé GHESQUIERE ?

NICOLAS SARKOZY

Monsieur PUJADAS nous ferons tout, tout pour les sortir de la situation o ù ils se sont mis. Tout. A la minute o ù je vous parle, avec prudence, nous n’avons pas d’inquiétude brûlante. Nous discutons. J’ai en revanche une inquiétude beaucoup plus brûlante pour un autre de nos compatriotes retenu en otage, quelque part dans le Sahel. C’est ça la vérité.

DAVID PUJADAS

Une question plus légère. Le jour des manifestations contre le projet de réforme des retraites, et alors qu’il y avait un agenda international assez chargé aussi, vous avez voulu recevoir Thierry HENRY qui revenait d’Afrique du Sud, après la déconfiture de l’Equipe de France. Pourquoi avez-vous voulu le recevoir – ce jour-là notamment – et que souhaitiez-vous lui dire ?

NICOLAS SARKOZY

D’abord, je n’ai pas voulu le recevoir. Il m’a demandé.

DAVID PUJADAS

Parce que ça, on a eu deux versions...

NICOLAS SARKOZY

Non, non il n’y en a qu’une seule et comme c’est un homme honnête il pourrait vous porter témoignage. Le jour des manifestations me direz-vous, j’ai reçu l’année dernière 18 fois les partenaires sociaux. Il y a un jour o ù le président de la République ne les reçoit pas, c’est le jour des manifestations. Pourquoi ? Parce que, quand une manifestation – qui était d’ailleurs pour eux un succès – si je les reçois après, ils vont me dire quoi ? « Monsieur le Président, retirez votre texte ». Je vais dire « Non, je ne retirerai pas ». Ca sert à quoi ? J’ajoute que ce jour-là j’ai eu tout un tas d’activités. Pourquoi j’ai reçu Thierry HENRY ? Eh bien pour une raison simple. Vous savez que je suis un passionné de sport. Il a porté le maillot de l’Equipe de France 124 fois ; dignement. Il a ét é le joueur qui a marqué le plus de buts pour l’Equipe de France. Ca compte. Le visage donné par l’Equipe de France en Afrique du Sud : désastreux. J’ai dit : les responsables doivent partir. Ils sont partis. Ne les accablons pas. Les joueurs ne doivent pas toucher de primes. Ils n’ont pas touché de primes. Et avec le Premier ministre nous avons demandé au ministre du Sport d’organiser des états généraux du football, pour que toutes les bonnes volontés qui veulent reconstruire, puissent reconstruire. Ça pose d’ailleurs le problème plus large de la gouvernance des Fédérations sportives. Le bénévolat c’est formidable, c’est fantastique. Il faut encourager le bénévolat. Mais est-ce que le bénévolat est parfaitement adapté à des Fédérations qui manient des intérêts économiques aussi puissants ? La question mérite d’être posée.

DAVID PUJADAS

Cet entretien touche à sa fin. J’ai une dernière question Monsieur le Président. Vous l’avez dit vous-même, vous n’avez pas ét é épargné disons, par les crises internationales lors de ce début de quinquennat. En clair, les choses ne se sont pas forcément passées comme vous l’attendiez. Est-ce que ça signifie que naît en vous l’envie de faire un autre quinquennat, peut-être, pour faire aboutir des choses que vous n’avez pas pu faire aboutir ?

NICOLAS SARKOZY

Les choses ne se sont pas passées, dites-vous... vous savez, quand je suis devenu président de la République, j’ai vite compris que rien ne se passerait de façon... comment dire... quotidienne. C’est un métier tellement particulier. C’est une charge tellement lourde. Ce sont des décisions si difficiles à prendre, du jour au lendemain vous avez ce poids sur les épaules. La prochaine élection présidentielle a lieu dans un peu moins de deux ans. Et je suis élu un peu plus de trois ans. Ils ont tous dans la classe politique, le droit, peut-être même le devoir de penser à la présidentielle. Il n’y en a qu’un qui n’a pas le droit : c’est moi. Pourquoi ? Pourquoi je n’ai pas le droit ? Parce que toute mon énergie, à chaque minute doit être réservée aux Français pour les sortir de la situation o ù ils se trouvent. Et on va y arriver. Je vous le dis. On va arriver à sortir de la crise. Mais je ne peux pas distinguer une miette de mon énergie pour savoir ce qui se passera dans deux ans. Les Français s’en moquent éperdument. Ils veulent des résultats, du concret, de l’action. Ils veulent savoir s’il y a un pilote dans l’avion, si j’ai un cap, s’il y a une cohérence. Et toute mon énergie est là. La décision je la prendrai, quelque part... mon Dieu, pas avant... pas avant... l’automne 2011.

DAVID PUJADAS

Si vous dites : il m’est interdit d’en parler, tout le monde vous comprend. Si vous dites : je n’y pense jamais, on a plus de mal à vous croire.

NICOLAS SARKOZY

Mais je comprends. Bon, savez... d’abord vous n’êtes pas obligé de me croire. Mais qu’est-ce que vous croyez que sont mes journées ?

DAVID PUJADAS

Elles sont chargées, ça c’est certain.

NICOLAS SARKOZY

Pas simplement l’emploi du temps. Il y a des tas de gens qui ont des métiers difficiles. Mais je ne dois pas me tromper. Je n’ai pas le droit à l’erreur. Je suis soumis à une pression constante. Et vous croyez que ça ne suffit pasà la fin de la journée, que je me projette deux ans après ? Parce que les problèmes de la journée, les problèmes de la semaine, les problèmes du mois, les problèmes de l’année ne sont pas suffisants. Quand j’ai un moment, vous savez ce que je fais ? Je le passe en famille avec ma femme, avec mes enfants, avec mes amis. Et je me dis : allez, on parle d’autre chose que de la présidentielle de 2012.

DAVID PUJADAS

Merci Monsieur le Président de nous avoir accueillis...

NICOLAS SARKOZY

Merci beaucoup.

DAVID PUJADAS

Ici... au Palais de l’Elysée. Merci à vous de nous avoir suivis. A demain, merci.

NICOLAS SARKOZY

Merci beaucoup.


Bien à vous,

Morgane BRAVO

No comments: