2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Thursday, July 08, 2010

*Le quai d'Orsay, «une vieille machine à bout de souffle»*

***Auteur du livre-enquête «Les Diplomates, derrière la façade des ambassades de France», le journaliste Franck Renaud revient sur la tribune publiée dans Le Monde par Alain Juppé et Hubert Védrine qui s'inquiètent de l'affaiblissement de la diplomatie française.

Le livre n'a pas plu à Bernard Kouchner. Normal. «Les Diplomates» est une enquête fouillée sur les coulisses du quai d'Orsay, le plus vieux service diplomatique du monde. Le livre fourmille d'anecdotes sur la vie des ambassades, leurs dérives, leurs dysfonctionnements, mais démontre aussi la déliquescence de l'outil diplomatique français, contraint à toujours plus d'économies. Franck Renaud a répondu aux questions de Marianne2.fr alors que Hubert Védrine et Alain Juppé signaient dans Le Monde une tribune en forme d'appel au secours. Dans le même temps, l'écrivain Jean-Christophe Rufin donnait une interview au même journal, dénonçant un ministère sinistré, l'influence des réseaux parallèles de l'Elysée et un ministre aux abonnés absents.

Marianne2: Mercredi, Alain Juppé et Hubert Védrine ont cosigné une tribune dans Le Monde, lançant un appel à cesser « d’affaiblir le quai d’Orsay ! ». Pourquoi cette alerte ?
Franck Renaud: Cette tribune affirme publiquement des choses que les diplomates savent et c‘est dit par deux personnes qui ont un poids certain et qui ont été deux grands ministres des affaires étrangères.
C’est ce qu’attendaient beaucoup d’agents du quai d’Orsay qui voient un ministère qui se paupérise depuis des années. Un ministère qui paye son tribut sans rechigner à la RGPP, toutes les mesures de restrictions budgétaires. D’ailleurs ce constat était déjà fait dans le livre blanc : pour le quai d’Orsay, on avait déjà gratté jusqu’à l’os. Maintenant, il faut arrêter tant sur le plan humain que financier sinon on ampute l’action extérieure de la France et on devient un petit pays à l’étranger alors que l’on se targue de notre réseau universel. Ou bien, on essaye de conserver un minimum de moyens.

Quel état des lieux faites-vous du ministère des affaires étrangères ?
Le quai d’Orsay est une vieille machine à bout de souffle. Fort heureusement, il y a beaucoup de diplomates qui arrivent à faire tourner la boutique avec des bouts de ficelle. Mais la maison menace ruine. Quand Juppé et Védrine disent que le budget représente 1,2% du PIB, ça comprend les versements au niveau international, l’aide publique au développement, les compensations obligatoires et les versements aux organisations internationales. Ce qui fait qu’en réalité, le budget réel consacré à l’action diplomatique, c’est 0,11% du PIB. C’est le double au Royaume Uni. L’Allemagne et le Japon sont devant nous. Et nous on est au même niveau que les Etats-Unis sachant que les USA ont la puissance de feu des fondations à l’étranger que nous n’avons pas.

Par quoi cela se traduit concrètement ?
Ce sont des suppressions de postes, des postes expatriés transformés en contrats locaux, des projets d’action de coopération et de développement pour les pays les moins développés que l’on ne va plus faire. Mais ce qui me choque le plus, c’est que faute de moyens, dans des pays en transition, on substitue de plus en plus des prêts à ce qui était autrefois de l’aide. C’est un renversement qui fait un peu plus que m’interroger. Ce sont des choses qui portent sérieusement atteinte à l’image de la France à l’étranger .

Dans le contexte actuel, est-ce que l’on peut faire une lecture politique de cette tribune ?
Dans le cas de Juppé, cela peut effectivement s’inscrire dans une stratégie politique. Dans une interview de l’Express, la semaine dernière, il disait que le quai d’Orsay pouvait l’intéresser mais pas à n’importe quelles conditions. Dans cette tribune, on peut considérer qu’il pose des conditions.
En ce moment, c’est un peu haro sur le Kouchner, il y a tout un tas de noms qui circulent pour lui succéder : Jean-David Levitte (NDLR: conseiller à la sécurité nationale de Nicolas Sarkozy), Jack lang. Il est clair que depuis 2007, il a été assez transparent, le quai d’Orsay a un poids très réduit dans la définition de la politique étrangère de la France. Tout se fait à l’Elysée par Jean-David Levitte. En ce sens, le mettre au quai d’Orsay aurait le mérite de clarifier les choses. Ce serait la continuité de la politique élyséenne installée dans le bureau du ministre au quai.

Le même jour, Jean-Christophe Rufin a également donné une interview au Monde où il parle d’un ministère sinistré. Il dénonce l’organisation mise en place par Kouchner, la mainmise de l’Elysée, et le retour aux pratiques de la Françafrique…
Pour Rufin, ça mijotait depuis longtemps, il solde de vieilles querelles qu’il a avec Kouchner depuis MSF. Est-ce que c’est la continuité de leur histoire ? Sans doute. J’imagine aussi que Jean-Christophe Rufin a pu mesurer à Dakar combien il était difficile d’être ambassadeur dans un pays de la Françafrique. J’ai eu des contacts avec des diplomates qui avaient des postes dans pays de la Françafrique, ils me disaient : « quand on est dans un pays comme ça, on garde un mouchoir sur ses idées ». Si on veut pas fonctionner comme ça, on n'accepte pas le poste. Jean-Christophe Rufin avait à cœur de bien faire, d’autrant que c’est quelqu’un qui garde sans doute une part d’idéal, mais il a vite déchanté. Je n’ai pas de révélations particulières à faire sur la Françafrique mais c’est vrai qu’il y a tout un tas de vieux réseaux et pratiques que Nicolas Sarkozy voulait changer. Le constat est là, cette diplomatie parallèle qui se dessine à l’Elysée semble redoubler d’activité.

Le bilan de Kouchner est accablant mais lundi l’assemblée nationale a adopté le projet de loi qui crée « l’Institut Français », censé relancer la politique extérieure culturelle de la France. Que peut-on attendre d’une telle structure et quels seront ses moyens ?

Cela devait être la grande réforme de Kouchner. Il avait une grande ambition au départ. La réforme a été, peu à peu, vidée de son contenu entre autres par les ambassadeurs qui ont été férocement contre. Aujourd’hui, c’est une réforme a minima, avec une période d’essai de trois ans pour voir si ça fonctionne. Les ambassadeurs gardent la main sur la politique culturelle de la France à l’étranger. Xavier Darcos doit être nommé à la tête de cet institut, Rufin avait d’ailleurs refusé le poste. Ce qui est sûr, c’est que la politique culturelle extérieure de la France doit bouger. Il faut savoir qui fait quoi, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il y a tous un tas de marques qui portent le label France entre les centres culturels, les alliances françaises, les services de coopération. Pour les étrangers, c’est très difficile à lire alors qu’à côté, ils ont les instituts Goethe ou les instituts Confucius pour la Chine ou encore le British council. Kouchner a obtenu quelques moyens mais il y a eu une telle décrue depuis plusieurs années que c’est un grain de sable. C’est ce qui fait qu’on en arrive à avoir des saisons culturelles françaises à l’étranger qui sont sponsorisées par des entreprises privées. Ça ne pose pas de problèmes dans des pays qui ont une forte tradition de fondations mais c’est plus problématique de voir des entreprises privées financer des programmes culturels dans des pays autoritaires. Quelle marge de manœuvre on conserve ? Est-ce qu’on fait quelque chose qui dérange, qui pose question ou pas ?

Régis Soubrouillard
Marianne2

Bien à vous,
Morgane BRAVO

No comments: