2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Friday, November 04, 2011

*G20 Leaders Summit : Final Communiqué...Sommet de Cannes : Communiqué final*


Communiqué
G20 Leaders Summit -- Cannes -- 3-4 November 2011


1. We, the Leaders of the G20, met in Cannes on 3-4 November 2011.
2. Since our last meeting, global recovery has weakened, particularly in advanced countries, leaving unemployment at unacceptable levels. In this context, tensions in the financial markets have increased due mostly to sovereign risks in Europe; there are also clear signs of a slowing in growth in the emerging markets. Commodity price swings have put growth at risk. Global imbalances persist.
3. Today, we reaffirm our commitment to work together and we have taken decisions to reinvigorate economic growth, create jobs, ensure financial stability, promote social inclusion and make globalization serve the needs of the people.
A global strategy for growth and jobs
4. To address the immediate challenges faced by the global economy, we commit to coordinate our actions and policies. Each of us will play their part.
5. We have agreed on an Action plan for Growth and Jobs to address short term vulnerabilities and strengthen medium-term foundations for growth.
  • Advanced economies commit to adopt policies to build confidence and support growth and implement clear, credible and specific measures to achieve fiscal consolidation. We welcome the decisions by European Leaders on October 26th, 2011 to restore debt sustainability in Greece, strengthen European banks, build firewalls to avoid contagion, and lay the foundations for robust economic governance reform in the Euro area and call for their swift implementation. We support the measures presented by Italy in the Euro Summit and the agreed detailed assessment and monitoring by the European Commission. In this context, we welcome Italy's decision to invite the IMF to carry out a public verification of its policy implementation on a quarterly basis.
  • Taking into account national circumstances, countries where public finances remain strong commit to let automatic stabilizers work and take discretionary measures to support domestic demand should economic conditions materially worsen. Countries with large current account surpluses commit to reforms to increase domestic demand, coupled with greater exchange rate flexibility.
  • We all commit to further structural reforms to raise output in our countries.
  • Monetary policies will maintain price stability over the medium term and continue to support economic recovery.
6. We are determined to strengthen the social dimension of globalization. We firmly believe that employment and social inclusion must be at the heart of our actions and policies to restore growth and confidence. We therefore decide to set up a G20 task force which will work as a priority on youth employment. We recognize the importance of social protection floors in each of our countries, adapted to national situations. We encourage the ILO to continue promoting ratification and implementation of the eight core Conventions ensuring fundamental principles and rights at work.
7. Convinced of the essential role of social dialogue, we welcome the outcomes of the B20 and L20 and their joint statement.
Towards a more stable and resilient International Monetary System
8. We have made progress in reforming the international monetary system to make it more representative, stable and resilient. We have agreed on actions and principles that will help reap the benefits from financial integration and increase the resilience against volatile capital flows. This includes coherent conclusions to guide us in the management of capital flows, common principles for cooperation between the IMF and Regional Financial Arrangements, and an action plan for local currency bond markets. We agree that the SDR basket composition should continue to reflect the role of currencies in the global trading and financial system. The SDR composition assessment should be based on existing criteria, and we ask the IMF to further clarify them. To adjust to currencies' changing role and characteristics over time, the composition of the SDR basket will be reviewed in 2015, or earlier, as currencies meet the existing criteria to enter the basket. We are also committed to further progress towards a more integrated, even-handed and effective IMF surveillance and to better identify and address spill-over effects. While continuing with our efforts to strengthen surveillance, we recognize the need for better integration of bilateral and multilateral surveillance, and we look forward to IMF proposals for a new integrated decision on surveillance early next year, and for increased ownership and traction.
9. We affirm our commitment to move more rapidly toward more market-determined exchange rate systems and enhance exchange rate flexibility to reflect underlying economic fundamentals, avoid persistent exchange rate misalignments and refrain from competitive devaluation of currencies. We are determined to act on our commitments to exchange rate reform articulated in our Action plan for Growth and Jobs to address short term vulnerabilities and restoring financial stability and strengthen the medium-term foundations for growth. Our actions will help address the challenges created by developments in global liquidity and capital flows volatility, thus facilitating further progress on exchange rate reforms and reducing excessive accumulation of reserves.
10. We agreed to continue our efforts to further strengthen global financial safety nets and we support the IMF in putting forward the new Precautionary and Liquidity Line (PLL) to provide on a case by case basis increased and more flexible short-term liquidity to countries with strong policies and fundamentals facing exogenous shocks. We also support the IMF in putting forward a single facility to fulfil the emergency assistance needs of its members. We call on the IMF to expeditiously discuss and finalize both proposals.
11. We welcome the euro area's comprehensive plan and urge rapid elaboration and implementation, including of country reforms. We welcome the euro area's determination to bring its full resources and entire institutional capacity to bear in restoring confidence and financial stability, and in ensuring the proper functioning of money and financial markets.
We will ensure the IMF continues to have resources to play its systemic role to the benefit of its whole membership, building on the substantial resources we have already mobilized since London in 2009. We stand ready to ensure additional resources could be mobilised in a timely manner and ask our finance ministers by their next meeting to work on deploying a range of various options including bilateral contributions to the IMF, SDRs, and voluntary contributions to an IMF special structure such as an administered account. We will expeditiously implement in full the 2010 quota and governance reform of the IMF.
Reforming the financial sector and enhancing market integrity
12. In Washington in 2008, we committed to ensure that all financial markets, products and participants are regulated or subject to oversight, as appropriate. We will implement our commitments and pursue the reform of the financial system.
13. We have agreed on comprehensive measures so that no financial firm can be deemed "too big to fail" and to protect taxpayers from bearing the costs of resolution. The FSB publishes today an initial list of Global systemically important financial institutions (G-SIFIs). G-SIFIs will be submitted to strengthened supervision, a new international standard for resolution regimes as well as, from 2016, additional capital requirements. We are prepared to identify systemically important non-bank financial entities.
14. We have decided to develop the regulation and oversight of shadow banking. We will develop further our regulation on market integrity and efficiency, including addressing the risks posed by high frequency trading and dark liquidity. We have tasked IOSCO to assess the functioning of Credit Default Swaps markets. We have agreed on principles to protect financial services consumers.
15. We will not allow a return to pre-crisis behaviours in the financial sector and we will strictly monitor the implementation of our commitments regarding banks, OTC markets and compensation practices.
16. Building on its achievements, we have agreed to reform the FSB to improve its capacity to coordinate and monitor our financial regulation agenda. This reform includes giving it legal personality and greater financial autonomy. We thank Mr Mario Draghi for the work done and we welcome the appointment of Mr Mark Carney, Governor of the Central Bank of Canada as Chairman of the FSB, and of Mr. Philipp Hildebrand, Chairman of the Swiss National Bank as Vice-Chairman.
17. We urge all jurisdictions to adhere to the international standards in the tax, prudential and AML/CFT areas. We stand ready to use our existing countermeasures if needed. In the tax area, we welcome the progress made and we urge all the jurisdictions to take the necessary actions to tackle the deficiencies identified in the course of the reviews by the Global Forum, in particular the 11 jurisdictions identified by the Global Forum whose framework has failed to qualify. We underline the importance of comprehensive tax information exchange and encourage work in the Global Forum to define the means to improve it. We welcome the commitment made by all of us to sign the Multilateral Convention on Mutual Administrative Assistance in Tax Matters and strongly encourage other jurisdictions to join this Convention.
Addressing commodity price volatility and promoting agriculture
18. As part of our financial regulation agenda, we endorse the IOSCO recommendations to improve regulation and supervision of commodity derivatives markets. We agree that market regulators should be granted effective intervention powers to prevent market abuses. In particular, market regulators should have and use formal position management powers, among other powers of intervention, including the power to set ex-ante position limits, as appropriate.
19. Promoting agricultural production is key to feed the world population. To that end, we decide to act in the framework of the Action Plan on Food Price Volatility and Agriculture agreed by our Ministers of Agriculture in June 2011. In particular, we decide to invest in and support research and development of agriculture productivity. We have launched the "Agricultural Market Information System" (AMIS) to reinforce transparency on agricultural products' markets. To improve food security, we commit to develop appropriate risk-management instruments and humanitarian emergency tools. We decide that food purchased for non-commercial humanitarian purposes by the World Food Program will not be subject to export restrictions or extraordinary taxes. We welcome the creation of a "Rapid Response Forum", to improve the international community's capacity to coordinate policies and develop common responses in time of market crises.
Improving energy markets and pursuing the Fight against Climate Change
20. We are determined to enhance the functioning and transparency of energy markets. We commit to improve the timeliness, completeness and reliability of the JODI-oil database and to work on the JODI-gas database along the same principles. We call for continued dialogue annually between producers and consumers on short medium and long-term outlook and forecasts for oil, gas and coal. We ask relevant organizations to make recommendations on the functioning and oversight of price reporting agencies. We reaffirm our commitment to rationalise and phase-out over the medium term inefficient fossil fuel subsidies that encourage wasteful consumption, while providing targeted support for the poorest.
21. We are committed to the success of the upcoming Durban Conference on Climate Change and support South Africa as the incoming President of the Conference. We call for the implementation of the Cancun agreements and further progress in all areas of negotiation, including the operationalization of the Green Climate Fund, as part of a balanced outcome in Durban. We discussed the IFIs report on climate finance and asked our Finance Ministers to continue work in this field, taking into account the objectives, provisions and principles of the UNFCCC.
Avoiding protectionism and strengthening the multilateral trading system
22. At this critical time for the global economy, it is important to underscore the merits of the multilateral trading system as a way to avoid protectionism and not turn inward. We reaffirm our standstill commitments until the end of 2013, as agreed in Toronto, commit to roll back any new protectionist measure that may have risen, including new export restrictions and WTO-inconsistent measures to stimulate exports and ask the WTO, OECD and UNCTAD to continue monitoring the situation and to report publicly on a semi-annual basis.
23. We stand by the Doha Development Agenda (DDA) mandate. However, it is clear that we will not complete the DDA if we continue to conduct negotiations as we have in the past. We recognize the progress achieved so far. To contribute to confidence, we need to pursue in 2012 fresh, credible approaches to furthering negotiations, including the issues of concern for Least Developed Countries and, where they can bear fruit, the remaining elements of the DDA mandate. We direct our Ministers to work on such approaches at the upcoming Ministerial meeting in Geneva and also to engage into discussions on challenges and opportunities to the multilateral trading system in a globalised economy and to report back by the Mexico Summit.
24. Furthermore, as a contribution to a more effective, rules-based trading system, we support a strengthening of the WTO, which should play a more active role in improving transparency on trade relations and policies and enhancing the functioning of the dispute settlement mechanism.
Addressing the challenges of development
25. Recognizing that economic shocks affect disproportionately the most vulnerable, we commit to ensure a more inclusive and resilient growth.
26. The humanitarian crisis in the Horn of Africa underscores the urgent need to strengthen emergency and long-term responses to food insecurity. We support the concrete initiatives mentioned in the Cannes final Declaration, with a view to foster investments in agriculture and mitigate the impact of price volatility, in particular in low income countries and to the benefit of smallholders. We welcome the initiative of the Economic Community of Western African States (ECOWAS) to set up a targeted regional emergency humanitarian food reserve system, as a pilot project, and the "ASEAN+3" emergency rice reserve initiative.
27. Recognizing that the lack of Infrastructure dramatically hampers the growth potential in many developing countries, particularly in Africa, we support recommendations of the High Level Panel and the MDBs and highlight eleven exemplary infrastructure projects and call on the MDBs, working with countries involved, to pursue the implementation of such projects that meet the HLP criteria.
28. In order to meet the Millennium Development Goals, we stress the pivotal role of ODA. Aid commitments made by developed countries should be met. Emerging countries will engage or continue to extend their level of support to other developing countries. We also agree that, over time, new sources of funding need to be found to address development needs and climate change. We discussed a set of options for innovative financing highlighted by Mr Bill Gates. Some of us have implemented or are prepared to explore some of these options. We acknowledge the initiatives in some of our countries to tax the financial sector for various purposes, including a financial transaction tax, inter alia to support development.
Intensifying our Fight against Corruption
29. We have made significant progress in implementing the Action Plan on combating corruption, promoting market integrity and supporting a clean business environment. We underline the need for swift implementation of a strong international legislative framework, the adoption of national measures to prevent and combat corruption and foreign bribery, the strengthening of international cooperation in fighting corruption and the development of joint initiatives between the public and the private sector.
Reforming global governance for the 21st century
30. We welcome the report of UK Prime Minister David Cameron on global governance. We agree that the G20 should remain an informal group. We decide to formalise the Troika. We will pursue consistent and effective engagement with non-members, including the UN and we welcome their contributions to our work.
31. We reaffirm that the G20's founding spirit of bringing together the major economies on an equal footing to catalyze action is fundamental and therefore agree to put our collective political will behind our economic and financial agenda, and the reform and more effective working of relevant international institutions. We support reforms to be implemented within the FAO and the FSB We have committed to strengthen our multilateral trade framework. We call on international organisations, especially the UN, WTO, the ILO, the WB, the IMF and the OECD, to enhance their dialogue and cooperation, including on the social impact of economic policies, and to intensify their coordination.
  • On December 1st. 2011, Mexico will start chairing the G20. We will convene in Los Cabos, Baja California, in June 2012, under the Chairmanship of Mexico. Russia will chair the G20 in 2013, Australia in 2014 and Turkey in 2015. We have also agreed, as part of our reforms to the G20, that after 2015, annual presidencies of the G20 will be chosen from rotating regional groups, starting with the Asian grouping comprising of China, Indonesia, Japan and Korea.
32. We thank France for its G20 Presidency and for hosting the successful Cannes Summit.
http://www.g20-g8.com/g8-g20/g20/english/for-the-press/news-releases/g20-leaders-summit-final-communique.1554.html

***********  
Sommet de Cannes : Communiqué final

Communiqué
Sommet des chefs d'État et de gouvernement du G20 -- Cannes -- 3-4 novembre 2011


1. Nous, chefs d'État et de gouvernement du G20, nous sommes réunis à Cannes les 3 et 4 novembre 2011.
2. Depuis notre dernier sommet, la reprise mondiale s'est essoufflée, notamment dans les pays développés, le chômage atteignant des niveaux inacceptables. Dans ce contexte, les tensions sur les marchés financiers se sont accentuées, essentiellement en raison des risques liés aux dettes souveraines en Europe. Par ailleurs, des signes clairs de ralentissement de la croissance apparaissent dans les marchés émergents. Les fluctuations des prix des matières premières ont compromis la croissance. Les déséquilibres mondiaux persistent.
3. Aujourd'hui, nous réaffirmons notre engagement à travailler ensemble et nous avons pris des décisions visant à redynamiser la croissance économique, à créer des emplois, à assurer la stabilité financière, à favoriser l'intégration sociale et à mettre la mondialisation au service des besoins des populations.
Une stratégie mondiale pour la croissance et l'emploi
4. Pour relever les défis immédiats qui se posent à l'économie mondiale, nous nous engageons à coordonner nos actions et nos politiques. Chacun d'entre nous jouera son rôle.
5. Nous sommes convenus d'un Plan d'action pour la Croissance et l'Emploi destiné à remédier à certaines fragilités à court terme et à renforcer les fondements de la croissance à moyen terme.
  • Les pays développés s'engagent à adopter des politiques de nature à renforcer la confiance et à soutenir la croissance, et à mettre en œuvre des mesures claires, crédibles et ciblées pour rééquilibrer leurs finances publiques. Nous saluons les décisions prises par les chefs d'État et de gouvernement européens le 26 octobre 2011 pour rétablir la viabilité de la dette en Grèce, renforcer les banques européennes, mettre en place des dispositifs de protection contre la contagion et jeter les bases d'une réforme vigoureuse de la gouvernance économique dans la zone euro, et nous appelons de nos vœux leur mise en œuvre rapide. Nous soutenons les mesures présentées par l'Italie au Sommet de la Zone euro et l'accord sur l'évaluation et la surveillance détaillée de la Commission européenne. Dans ce contexte, nous saluons la décision de l'Italie d'inviter le FMI à procéder à une vérification publique de la mise en œuvre de ses politiques sur une base trimestrielle.
  • En fonction de leur situation nationale, les pays dont les finances publiques demeurent solides s'engagent à laisser fonctionner les mécanismes de stabilisation automatiques et à prendre des mesures discrétionnaires pour soutenir la demande intérieure si la situation économique devait s'aggraver fortement. Les pays affichant des excédents courants importants s'engagent à mettre en œuvre des réformes destinées à accroître la demande intérieure, associées à une plus grande flexibilité des taux de change.
  • Nous nous engageons tous à renforcer les réformes structurelles pour augmenter la production dans nos pays.
  • Les politiques monétaires préserveront la stabilité des prix à moyen terme et continueront de soutenir la reprise économique.
6. Nous sommes résolus à renforcer la dimension sociale de la mondialisation. Nous sommes fermement convaincus que l'emploi et l'intégration sociale doivent être au cœur de nos actions et de nos politiques afin de restaurer la croissance et la confiance. Par conséquent, nous décidons de mettre en place un groupe de travail du G20 qui s'intéressera prioritairement à l'emploi des jeunes. Nous reconnaissons qu'il est important d'investir dans des socles de protection sociale qui soient adaptés à chaque situation nationale. Nous encourageons l'OIT à continuer de promouvoir la ratification et l'application des huit conventions fondamentales garantissant les principes et les droits fondamentaux au travail.
7. Convaincus du rôle essentiel du dialogue social, nous nous félicitons des résultats du B20 et du L20 et de leur communiqué conjoint.
Vers un système monétaire international plus stable et plus résilient
8. Nous avons progressé sur la voie de la réforme du système monétaire international pour le rendre plus représentatif, plus stable et plus résilient. Nous sommes convenus d'actions et de principes qui contribueront à recueillir les fruits de l'intégration financière et à renforcer la résilience à la volatilité des flux de capitaux internationaux. Ceci comprend des conclusions cohérentes pour nous guider dans la gestion des flux de capitaux, des principes communs de collaboration entre le FMI et les accords financiers régionaux et un plan d'action concernant les marchés obligataires en monnaie locale. Nous reconnaissons que la composition du panier du DTS doit continuer à refléter le rôle respectif des devises dans le système commercial et financier international. L'évaluation de la composition du DTS devra être fondée sur les critères existants et nous demandons au FMI de les clarifier davantage. Pour tenir compte de l'évolution au fil du temps du rôle et des caractéristiques des devises, la composition du panier du DTS sera révisée en 2015, ou plus tôt, au fur et à mesure que les devises respecteront les critères définis pour intégrer le panier. Nous sommes également déterminés à progresser davantage vers une surveillance mieux intégrée, plus équitable et plus efficace du FMI, et à mieux identifier et traiter les effets de contagion. Tout en poursuivant nos efforts pour renforcer la surveillance, nous reconnaissons qu'il est nécessaire de mieux intégrer les surveillances bilatérale et multilatérale et nous attendons les propositions du FMI concernant une nouvelle décision intégrée sur la surveillance au début de l'année prochaine et une appropriation et des effets d'entraînement renforcés.
9. Nous nous engageons à nous orienter plus rapidement vers des régimes de change davantage liés au marché, à accroître la flexibilité des taux de change pour refléter les fondamentaux économiques sous-jacents, à éviter les désalignements persistants des taux de change et à nous abstenir de procéder à des dévaluations compétitives des monnaies. Nous sommes résolus à concrétiser nos engagements en faveur des réformes des taux de change énoncés dans notre Plan d'action pour la Croissance et l'Emploi pour remédier à certaines fragilités à court terme, rétablir la stabilité financière et renforcer les fondements de la croissance à moyen terme. Nos actions contribueront à relever les défis résultant de l'évolution de la liquidité mondiale et de la volatilité des flux de capitaux, facilitant ainsi de nouveaux progrès dans les réformes des taux de change et réduisant l'accumulation excessive de réserves.
10. Nous sommes convenus de poursuivre nos efforts pour renforcer les filets de sécurité financière mondiaux et nous soutenons la proposition du FMI de créer la nouvelle ligne de liquidité et de précaution pour offrir au cas par cas de la liquidité de court terme en quantité plus abondante et selon des modalités plus souples aux pays qui appliquent des politiques rigoureuses et ont des fondamentaux solides mais subissent des chocs exogènes. Nous soutenons également la proposition du FMI de mettre en place une facilité unique afin de répondre aux besoins d'aide d'urgence de ses membres. Nous demandons au FMI de discuter de ces deux propositions et de les finaliser dans les meilleurs délais.
11. Nous nous félicitons de l'adoption du plan global pour la zone euro et nous demandons sa mise au point et sa mise en œuvre rapides, ainsi que des réformes nationales. Nous nous félicitons de la détermination de la zone euro à apporter toutes ses ressources et toute sa capacité institutionnelle pour rétablir la confiance et la stabilité financière et pour assurer le bon fonctionnement des marchés monétaires et financiers.
Nous veillerons à ce que le FMI continue de disposer des ressources nécessaires pour jouer son rôle systémique au profit de l'ensemble de ses membres, en nous appuyant sur les ressources substantielles que nous avons déjà mobilisées depuis Londres en 2009. Nous sommes disposés à faire en sorte que des ressources supplémentaires puissent être mobilisées rapidement et nous demandons à nos Ministres des finances de travailler d'ici leur prochaine réunion au déploiement d'un éventail d'options comprenant des contributions bilatérales au FMI, des DTS et des contributions volontaires à une structure spéciale du FMI, par exemple un compte administré. Nous mettrons en œuvre rapidement et dans sa totalité la réforme des quotes-parts et de la gouvernance du FMI décidée en 2010.
Réformer le secteur financier et renforcer l'intégrité du marché
12. À Washington, en 2008, nous nous étions engagés à faire en sorte que tous les marchés, produits et acteurs financiers soient soumis à une régulation ou à une supervision adaptées. Nous tiendrons nos engagements et poursuivrons la réforme du système financier.
13. Nous sommes convenus d'un ensemble de mesures qui visent à ce qu'aucun établissement financier ne puisse être considéré comme « trop important pour pouvoir faire faillite » et à éviter au contribuable d'assumer le coût de la résolution des banques. Le Conseil de stabilité financière (CSF) publie aujourd'hui une première liste d'établissements financiers d'importance systémique mondiale. Ces établissements seront soumis à une supervision renforcée, à une nouvelle norme internationale pour les régimes de résolution et, à partir de 2016, à des ratios de fonds propres plus élevés. Nous sommes disposés à identifier les entités financières non bancaires d'importance systémique.
14. Nous avons décidé de renforcer la régulation et la supervision du système bancaire parallèle. Nous développerons la réglementation concernant l'intégrité et l'efficacité des marchés, notamment en faisant face aux risques posés par les transactions à haute fréquence et la liquidité opaque. Nous avons chargé l'Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) d'évaluer le fonctionnement des marchés de contrats d'assurance des risques de défaut. Nous avons arrêté des principes visant à protéger les consommateurs de services financiers.
15. Nous ne tolèrerons pas un retour des comportements observés dans le secteur financier avant la crise, et nous contrôlerons étroitement la mise en œuvre de nos engagements concernant les banques, les marchés dérivés de gré à gré et les pratiques de rémunération.
16. Compte tenu des résultats déjà obtenus, nous sommes convenus de réformer le CSF pour améliorer sa capacité à coordonner et à contrôler notre programme de régulation financière. Cette réforme suppose de le doter de la personnalité morale et d'une autonomie financière plus importante. Nous remercions M. Mario Draghi pour le travail accompli et saluons la nomination de M. Mark Carney, gouverneur de la Banque centrale du Canada, au poste de président du CSF, et de M. Philip Hildebrand, président de la Banque nationale suisse, au poste de vice-président.
17. Nous appelons toutes les juridictions à adhérer aux normes internationales dans le domaine fiscal et prudentiel et dans celui de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Nous sommes prêts à utiliser nos contre-mesures existantes, si nécessaire. En matière fiscale, nous nous félicitons des progrès réalisés et nous appelons toutes les juridictions à prendre les mesures nécessaires pour remédier aux défaillances constatées grâce aux analyses menées par le Forum mondial. Ceci concerne notamment les onze juridictions dont le cadre a été jugé insuffisant par le Forum mondial. Nous soulignons l'importance de systèmes d'échanges d'informations fiscales complets et nous encourageons les travaux du Forum mondial visant à définir les moyens d'améliorer ces échanges. Nous nous félicitons de l'engagement que nous avons tous pris de signer la Convention multilatérale concernant l'assistance administrative en matière fiscale et nous encourageons vivement d'autres juridictions à adhérer à cette convention.
S'attaquer à la volatilité des prix des matières premières et promouvoir l'agriculture
18. Dans le cadre de notre programme de régulation financière, nous entérinons les recommandations de l'OICV pour l'amélioration de la régulation et de la supervision des marchés de dérivés de matières premières. Nous convenons que les régulateurs de marché doivent être dotés de réels pouvoirs d'intervention pour prévenir les abus de marché. En particulier, ils devraient, entre autres pouvoirs d'intervention, disposer et faire usage de leurs pouvoirs de contrôle des positions, y compris établir des limites de position ex ante en tant que de besoin.
19. Promouvoir la production agricole est essentiel pour nourrir la population mondiale. A cette fin, nous décidons d'agir dans le cadre du Plan d'action sur la volatilité des prix alimentaires et sur l'agriculture approuvé par nos Ministres de l'agriculture en juin 2011. En particulier, nous décidons d'investir dans la recherche et développement en matière de productivité agricole et de la soutenir. Nous avons lancé le « Système d'information sur les marchés agricoles » (SIMA) pour accroître la transparence sur les marchés des produits agricoles. Pour renforcer la sécurité alimentaire, nous nous engageons à élaborer les instruments appropriés pour la gestion des risques et des situations humanitaires d'urgence. Nous décidons que les denrées alimentaires achetées par le Programme alimentaire mondial à des fins humanitaires non commerciales ne seront pas soumises à des restrictions aux exportations ou à des taxes extraordinaires. Nous nous félicitons de la création d'un « Forum de réaction rapide » afin d'améliorer la capacité de la communauté internationale à coordonner les politiques et à élaborer des réponses communes en cas de crises des marchés.
Améliorer les marchés de l'énergie et poursuivre la lutte contre le changement climatique
20. Nous sommes déterminés à renforcer le fonctionnement et la transparence des marchés de l'énergie. Nous nous engageons à améliorer la régularité, l'exhaustivité et la fiabilité de la base de données sur le pétrole JODI-Oil et à traiter la base de données JODI-gaz suivant les mêmes principes. Nous souhaitons qu'un dialogue régulier sur les perspectives et prévisions à court, moyen et long terme concernant les hydrocarbures et le charbon ait lieu chaque année entre les producteurs et les consommateurs. Nous demandons aux organisations compétentes d'émettre des recommandations sur le fonctionnement et le contrôle des agences d'évaluation des prix. Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la rationalisation et de l'abandon progressif à moyen terme des subventions inefficaces aux énergies fossiles qui encouragent la surconsommation, tout en apportant aux plus pauvres un soutien ciblé.
21. Nous sommes déterminés à assurer le succès de la prochaine Conférence de Durban sur le changement climatique et nous soutenons l'Afrique du Sud, qui est le nouveau président de la Conférence. Nous appelons de nos vœux la mise en œuvre des accords de Cancun et de nouveaux progrès dans tous les domaines de négociation, notamment la mise en œuvre opérationnelle du Fonds vert pour le climat dans le cadre d'un paquet de mesures équilibré lors de la Conférence de Durban. Nous avons débattu du rapport des institutions financières internationales sur le financement du climat et nous avons demandé à nos Ministres des finances de poursuivre leurs travaux en la matière, dans le respect des objectifs, des dispositions et des principes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.
Éviter le recours au protectionnisme et renforcer le système commercial multilatéral.
22. Alors que l'économie mondiale traverse une période critique, il est important de souligner les mérites du système commercial multilatéral pour éviter le protectionnisme et le repli sur soi. Nous réaffirmons nos engagements de statu quo jusqu'à la fin de 2013, comme décidé à Toronto, et nous nous engageons à retirer toutes les nouvelles mesures protectionnistes qui auraient pu apparaître, y compris les nouvelles restrictions aux exportations et les mesures d'encouragement des exportations qui seraient contraires aux règles de l'OMC. Nous demandons à l'OMC, à l'OCDE et à la CNUCED de continuer à assurer le suivi de la situation et de rendre compte publiquement tous les semestres.
23. Nous restons attachés au mandat du programme de Doha pour le développement (PDD). Toutefois, il est clair que nous ne conclurons pas le PDD si nous continuons à conduire les négociations comme par le passé. Nous reconnaissons les progrès accomplis jusqu'ici. Pour contribuer à restaurer la confiance, nous devons mettre en œuvre en 2012 des approches neuves et crédibles pour faire progresser les négociations, notamment en ce qui concerne les préoccupations pour les pays les moins avancés et, s'ils peuvent aboutir, les éléments restants du mandat de Doha. Nous demandons à nos Ministres de travailler sur ces approches lors de la conférence ministérielle qui se tiendra prochainement à Genève, ainsi que d'ouvrir des discussions sur les défis et opportunités pour le système commercial multilatéral dans une économie mondialisée, et d'en faire rapport d'ici au sommet du Mexique.
24. Par ailleurs, à titre de contribution à un système commercial basé sur des règles, plus efficace, nous sommes favorables au renforcement de l'OMC qui doit jouer un rôle plus actif dans l'amélioration de la transparence des relations et des politiques commerciales et dans celle du fonctionnement du mécanisme de règlement des différends.
Faire face aux défis du développement
25. Reconnaissant que les chocs économiques affectent les plus vulnérables de manière disproportionnée, nous nous engageons à assurer une croissance plus résiliente qui profite à tous.
26. La crise humanitaire dans la Corne de l'Afrique souligne l'impérieuse nécessité de renforcer l'intervention d'urgence et de long terme pour remédier à l'insécurité alimentaire. Nous soutenons les initiatives concrètes mentionnées dans la Déclaration finale de Cannes, en vue de renforcer les investissements dans le secteur agricole et d'atténuer les effets de la volatilité des prix, notamment dans les pays à faible revenu et dans l'intérêt des petits exploitants. Nous nous félicitons de l'initiative prise par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour créer un projet pilote de système régional ciblé de réserves alimentaires humanitaires d'urgence et de l'initiative ASEAN+3 concernant une réserve d'urgence en riz.
27. Reconnaissant que dans de nombreux pays en développement, le manque d'infrastructures limite considérablement le potentiel de croissance, notamment en Afrique, nous entérinons les recommandations du groupe de haut niveau et des BMD et nous mettons l'accent sur onze projets d'infrastructures exemplaires. Nous appelons également les BMD, en coopération avec les pays concernés, à poursuivre la mise en œuvre des projets répondant aux critères fixés par le groupe de haut niveau.
28. Nous soulignons le rôle crucial de l'aide publique au développement pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Les engagements pris par les pays développés en matière d'aide doivent être honorés. Les pays émergents s'engageront à accroître le niveau de leur aide à d'autres pays en développement ou continueront à le faire. Nous reconnaissons également qu'au fil du temps, de nouvelles sources de financement doivent être trouvées pour répondre aux besoins de développement et faire face au changement climatique. Nous avons discuté d'un ensemble d'options de financements innovants, mises en évidence par M. Bill Gates. Certains d'entre nous ont mis en œuvre ou sont prêts à étudier certaines de ces options. Nous reconnaissons les initiatives prises dans certains de nos pays pour taxer le secteur financier à des fins diverses, dont une taxe sur les transactions financières entre autres pour soutenir le développement.
Intensifier notre lutte contre la corruption
29. Nous avons réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre du plan d'action sur la lutte contre la corruption, la promotion de l'intégrité des marchés et le soutien à l'instauration d'un climat des affaires sain. Nous soulignons la nécessité de mettre rapidement en œuvre un cadre législatif international fort, d'adopter des mesures nationales en matière de prévention et de lutte contre la corruption et la corruption d'agents étrangers, de renforcer la coopération internationale en matière de lutte contre la corruption et de concevoir des initiatives conjointes dans ce domaine entre les secteurs public et privé.
Réformer la gouvernance mondiale pour le XXIème siècle
30. Nous nous félicitons du rapport du Premier Ministre britannique David Cameron sur la gouvernance mondiale. Nous sommes d'accord sur le fait que le G20 doit demeurer un groupe informel. Nous décidons d'officialiser la troïka. Nous poursuivrons notre dialogue permanent et efficace avec les non membres, parmi lesquels l'Organisation des Nations Unies, et nous nous réjouissons par avance de leurs contributions à nos travaux.
31. Nous réaffirmons que l'esprit fondateur du G20, qui consiste à réunir les grandes économies sur un pied d'égalité pour favoriser l'action, est essentiel, et nous décidons donc de mettre notre volonté politique collective au service de notre programme d'action économique et financier, et de la réforme et de l'efficacité accrue des institutions internationales concernées. Nous soutenons les réformes qui seront menées au sein de la FAO et du CSF. Nous nous sommes engagés à renforcer notre cadre commercial multilatéral. Nous appelons les organisations internationales, notamment les Nations Unies, l'OMC, l'OIT, la Banque mondiale, le FMI et l'OCDE à renforcer leur dialogue et leur coopération, notamment sur l'impact social des politiques économiques, ainsi qu'à intensifier leur coordination.
32. Le 1er décembre 2011, le Mexique prendra la présidence du G20. Nous nous réunirons en juin 2012 à Los Cabos, Basse-Californie, sous la présidence du Mexique. La Russie présidera le G20 en 2013, l'Australie en 2014 et la Turquie en 2015. Nous avons aussi convenu que, en tant que composante de nos réformes du G20, après 2015 les présidences annuelles du G20 seront choisies à partir de groupes régionaux tournants, en commençant par le groupe asiatique qui comprend la Chine, la Corée, l'Indonésie et le Japon.
33. Nous remercions la France pour sa présidence du G20 et pour l'organisation du Sommet de Cannes, qui a été couronné de succès.


No comments: