2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Thursday, April 26, 2012

*Entre-deux-tours : retour sur les soutiens européens des deux candidats finalistes...France*

Dimanche 6 mai, les électeurs français seront appelés aux urnes pour choisir leur futur président de la République. Une élection qui aura des conséquences hors de l'Hexagone, au Conseil européen notamment où se joue ces derniers mois l'avenir économique de l'Europe. Une Union européenne dont la majorité des Etats membres ont actuellement un gouvernement conservateur. Entre soutien des chefs d'Etats européens au président sortant Nicolas Sarkozy et mobilisation des sociaux-démocrates en faveur de son opposant François Hollande, petit tour d'Europe des 'amis' de nos candidats finalistes.

Un Conseil européen 100% pro-Sarkozy ?

"Début mars, la campagne présidentielle française bat son plein lorsque plusieurs dirigeants européens conservateurs apportent officiellement leur soutien au président-candidat Nicolas Sarkozy.
Certains n'ont d'ailleurs même pas attendu la déclaration de candidature de leur homologue français, le 15 février, pour se positionner. Des soutiens de poids puisque c'est la chancelière Angela Merkel qui dès le 6 février a indiqué souhaiter un second mandat à M. Sarkozy. "Je soutiens Nicolas Sarkozy sur tous les plans car nous appartenons à des partis amis", a-t-elle déclaré après un conseil des ministres franco-allemand.
Une position suivie quelques jours plus tard par le Britannique David Cameron, qui a souhaité, le 17 février depuis l'Elysée, "bonne chance" à son "ami (...) dans la bataille qu'il va livrer". Un soutien qui tourne ensuite en fronde contre le candidat socialiste François Hollande. Le 5 mars, le quotidien allemand Der Spiegel annonce en effet que les dirigeants britannique et allemand, auxquels se sont ralliés le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et le président du Conseil italien Mario Monti, se seraient engagés verbalement pour ne pas recevoir M. Hollande. Démentie par Berlin, l'information a fait bondir les socialistes français. Une fronde qui trouverait son origine dans les déclarations du candidat socialiste sur la renégociation, en cas de victoire, du pacte budgétaire signé par les Etats membres.
Quelques semaines plus tard, une rumeur contradictoire circule : Nicolas Sarkozy aurait vexé Angela Merkel en refusant à la dernière minute de l'inviter à l'un de ses meetings. Le début de la fin pour le couple Merkozy ? Loin de se laisser impressionner la chancelière (qui n'est en effet jamais apparue aux côtés du président-candidat lors d'un meeting) a démenti être fâchée, et a rappelé son soutien au Président français, pas plus tard que lundi, au lendemain du premier tour, par la voix du porte-parole adjoint du gouvernement allemand, Georg Streiter.
Mais la fidélité de la chancelière n'est pas représentative de l'ensemble des gouvernements européens. En effet, Nicolas Sarkozy aurait de nouveau froissé un pays "ami" début avril, l'Espagne cette fois-ci, en le comparant à la Grèce. Des propos qui ont affolé les marchés, et déclenché l'ire du gouvernement espagnol qui a dénoncé des déclarations "purement électoralistes", selon les mots du ministre de l'Economie, Luis de Guindos. Ministre membre, rappelons-le, du Parti populaire espagnol, donc conservateur.
Globalement tout de même, Nicolas Sarkozy aura été soutenu jusqu'à présent par ses partenaires du Conseil européen. Seul le Premier ministre belge Elio di Rupo, socialiste, se sera manifesté en faveur de François Hollande, quelques jours avant le premier tour de votes.

Mobilisation sociale-démocrate européenne derrière François Hollande

Peu de soutiens donc du côté des gouvernements des Etats membres, mais une campagne tournée tout de même vers l'Europe pour le candidat socialiste qui, comme il l'avait annoncé, a effectué, directement ou par le biais de son équipe de campagne (des députés européens notamment), un tour d'Europe des 'partis frères' du Parti socialiste.
En réponse aux déclarations de quelques dirigeants conservateurs européens en faveur de Nicolas Sarkozy, François Hollande a rassemblé le 17 mars au Cirque d'hiver à Paris les représentants des partis sociaux-démocrates européens pour une journée de débats. L'occasion pour M. Hollande de prouver qu'il a des alliés sur la scène européenne.
Parmi les personnalités européennes présentes, l'Autrichien Hannes Swoboda, président de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, et le Bulgare Sergueï Stanichev, président du Parti socialiste européen.


"Nous, sociaux-démocrates allemands, partageons les orientations politiques de François Hollande", a déclaré à cette occasion Sigmar Gabriel, le chef du SPD. Un soutien conforté par Pier Luigi Bersani, le président du Parti démocrate italien, qui s'est adressé au candidat socialiste français par un "François, que ta course aux élections soit un succès extraordinaire".
L'Allemand Martin Schulz, président du Parlement européen, était également présent. S'il s'est abstenu de tout commentaire en tant que représentant de l'institution démocratique européenne il a, "en tant qu'ami et citoyen", souhaité bonne chance à François Hollande. 

Le FN qui change tout ?

Si les résultats du premier tour, en ce qui concerne les deux finalistes, étaient prévisibles, la troisième place du Front national, qui a recueilli près de 18% des voix, pourrait bien changer la donne dans les soutiens européens.


En effet, nombreuses ont été les réactions au sein de l'Union européenne. Inquiète, la chancelière allemande n'a cependant pas changé de cap et a réitéré son soutien à Nicolas Sarkozy. Mais la tournure que pourrait prendre la campagne d'ici le 6 mai en préoccupe plus d'un. Réunis au lendemain du premier tour à Luxembourg, les ministres européens des Affaires étrangères ont ainsi analysé les résultats.
Et certains n'ont pas hésité à mettre en cause la ligne choisie par Nicolas Sarkozy, notamment sur l'Espace Schengen. "Si on répète tous les jours qu'on doit changer Schengen, qu'on doit avoir une politique d'immigration forte, qu'on doit parler de l'exception française, et tout cela, c'est de l'eau au moulin du FN" a ainsi déclaré le chef socialiste de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn.


Une vision que semble partager la Commission européenne, au vu des propos de l'un de ses porte-paroles, Olivier Bailly. Celui-ci a en effet appelé les responsables européens à ne "pas céder à la tentation des discours populistes" et à "faire attention à la menace populiste, à la propagation de ses idées parce qu'elles sont fondamentalement contraires aux idéaux portés par la construction européenne". 
Des positions qui pourraient se préciser tout au long des deux semaines qui séparent le premier du second tour, alors que semble s'être ouverte dimanche soir une toute nouvelle campagne en France".

Touteleurope

Bien à vous,
Morgane BRAVO

No comments: