🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS!

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS!
🇪🇺🇫🇷POUR QUE L'EUROPE, EN TANT QU’ACTEUR MONDIAL, NE SOIT PAS LOINTAINE DES EUROPÉENS & DES FRANÇAIS!. BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO, WILLKOMMEN, WELKOM, BENVENUTO, BOAS-VINDAS, WITAJ, VITAJTE... By @MorganeBravo.

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Founded in 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Thursday, August 09, 2018

🇪🇺Déclaration UE - USA : GNL.

Déclaration conjointe UE - États-Unis du 25 juillet: les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) américain vers l'Union européenne sont en hausse.

Entre l'arrivée du premier transporteur de GNL américain dans le port de Sines au Portugal en avril 2016 et aujourd'hui, les importations européennes de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, à l'origine inexistantes, ont atteint 2,8 milliards de mètres cubes.
Dans leur déclaration conjointe du 25 juillet à Washington D.C., le président Juncker et le président Trump sont convenus de renforcer la coopération stratégique entre l'UE et les États-Unis dans le domaine de l'énergie. Ce rapprochement devrait permettre à l'Union européenne d'importer plus de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis et, dès lors, de diversifier et de sécuriser davantage son approvisionnement en énergie. L'UE et les États-Unis s'emploieront par conséquent à faciliter les échanges de gaz naturel liquéfié.
Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, a déclaré: «L'Union européenne est disposée à faciliter des importations accrues de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, et c'est déjà le cas en ce moment même. La hausse des exportations de gaz naturel liquéfié américain, si leur prix est compétitif, pourrait jouer un rôle stratégique croissant dans l'approvisionnement en gaz de l'Union européenne, cependant les États-Unis doivent aussi jouer leur rôle et supprimer les formalités administratives liées aux exportations de gaz naturel liquéfié. Les deux parties ont beaucoup à gagner d'une coopération dans le domaine de l'énergie.»
Le commissaire pour l'action pour le climat et l'énergie, M. Miguel Arias Cañete, s'est exprimé en ces termes: «La diversification est un élément important pour garantir la sécurité de l'approvisionnement en gaz dans l'Union européenne. Il faut donc se féliciter de la hausse des importations, à un prix compétitif, de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. Et ceci alors que la production indigène de gaz de l'Union diminue plus rapidement que prévu et que l'élimination progressive des centrales au charbon dans l'UE s'accélère.»
L'UE a cofinancé ou s'est engagée à cofinancer des projets d'infrastructure de GNL, d'une valeur globale supérieure à 638 millions d'euros (la liste de ces projets figure au point 2 de l'annexe). Outre les 150 milliards de mètres cubes de capacité de réserve qu'elle possède, l'UE soutient 14 projets d'infrastructure de gaz naturel liquéfié qui permettront d'augmenter la capacité de 15 milliards de mètres cubes supplémentaires d'ici à 2021, qui pourraient accueillir les importations de gaz naturel liquéfié américain, si les conditions du marché sont adéquates et le prix compétitif.
À l'heure actuelle, la législation américaine exige toujours que les exportations de gaz naturel liquéfié vers l'Europe fassent l'objet d'une autorisation réglementaire préalable. Il convient de lever ces restrictions et de simplifier les règles américaines pour que le gaz naturel liquéfié américain puisse être exporté vers l'UE.
MM. Juncker et Trump ont institué un groupe de travail exécutif lors de leur réunion à Washington D.C., le 25 juillet. Depuis cette date, des contacts ont lieu entre le président Juncker et le président Trump, entre Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce, et Robert Lighthizer, représentant américain au commerce, ainsi qu'entre les conseillers de haut rang du président Juncker et du président Trump (à savoir Martin Selmayr, secrétaire général de la Commission, et Larry Kudlow, conseiller économique en chef de la Maison Blanche).
Il est convenu que le 20 août, le conseiller au commerce du président Juncker et un haut fonctionnaire européen chargé du commerce se rendront à Washington D.C. pour y rencontrer leurs homologues américains et poursuivre les travaux sur la mise en œuvre de la déclaration conjointe. Dans ce contexte, l'UE et les États-Unis œuvrent dorénavant dans le cadre de ce groupe de travail exécutif afin d'augmenter les exportations américaines de gaz naturel liquéfié vers l'Europe. 
Historique du dossier
Le marché mondial du gaz naturel liquéfié devient de plus en plus fluide et compétitif. Entre 2017 et 2023, les échanges mondiaux de gaz naturel liquéfié devraient croître de plus de 100 milliards de mètres cubes, passant de 391 à 505 milliards de m³[1]. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les importations de gaz naturel liquéfié vers l'Europe devraient augmenter de près de 20 % d'ici à 2040 par rapport aux niveaux de 2016.
L'augmentation de la production de gaz aux États-Unis et le début, en 2016, des exportations de gaz naturel liquéfié américain vers l'UE ont permis d'améliorer la sécurité de l'approvisionnement en gaz en Europe et dans le monde. Environ 70 % des besoins en gaz de l'Europe sont couverts par les importations, part qui devrait augmenter dans les années à venir. Le gaz naturel liquéfié est également un élément important de la stratégie de diversification de l'UE, qui constitue par ailleurs une option attrayante pour les États-Unis compte tenu de son statut de deuxième plus grand marché unique du gaz au monde après ce pays.
Pour que les importations vers l'Europe continuent d'augmenter, les prix américains du gaz naturel liquéfié doivent être compétitifs sur le marché de l'UE. Par ailleurs, les actions suivantes sont essentielles pour faciliter les importations:
Développement des capacités de gaz naturel liquéfié dans l'UE et aux États-Unis:Développement des capacités de gaz naturel liquéfié dans l'UE et aux États-Unis:
Les capacités d'importation de gaz naturel liquéfié de l'UE, qui s'élèvent actuellement à environ 150 milliards de mètres cubes de capacité de réserve, sont bien développées. Dans le même temps, compte tenu de l'importance stratégique que ces capacités revêtent pour sa diversification, l'UE renforce ses capacités actuelles et développe de nouvelles capacités, notamment en mer Adriatique (sur l'île de Krk, en Croatie), dans la région de la mer Baltique, notamment en Pologne, et dans la mer Méditerranée, en Grèce. Ces mesures devraient permettre d'augmenter sensiblement les importations de gaz naturel liquéfié vers l'UE.
Les États-Unis, qui possèdent actuellement une capacité de liquéfaction de 28 milliards de mètres cubes, à laquelle devraient s'ajouter 80 milliards de mètres cubes supplémentaires d'ici à 2023, agrandissent leurs terminaux d'exportation de gaz naturel liquéfié.
  • Suppression des restrictions réglementaires américaines: l'UE a levé toutes les entraves non liées au marché pour importer du gaz naturel américain. Elle cherche à obtenir le même traitement de la part des États-Unis et espère notamment que l'obligation d'autorisation préalable pour l'exportation de gaz naturel liquéfié à destination de l'UE sera supprimée. 
Les chiffres actuels montrent que les importations de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE n'ont cessé d'augmenter:
  • Entre la première livraison de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE en avril 2016 et aujourd'hui, les importations européennes de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis ont déjà atteint 2,8 milliards de mètres cubes.
  • Depuis le début de l'année 2016, l'UE a accueilli plus de 40 cargos de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. En 2017, l'Europe représentait plus de 10 % du total des exportations de gaz naturel liquéfié américain, contre 5 % en 2016.
Pour en savoir plus
ANNEXE
1. Importations de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE
Image
2. Soutien de l'UE aux capacités de gaz naturel liquéfié 
Terminaux GNL construits entre 2013 et 2018



État membre
Terminal
Année de début de l'exploitation
Capacité (milliards de m³/an)
Co-financement de l'UE
Italie
FSRU OLT Offshore LNG Toscana
2013
3,8

Lituanie
FSRU Independence
2014
4,0
27,4 millions d'euros (MIE) pour des gazoducs de raccordement
France
Terminal GNL de Dunkerque
2016
13,0

Pologne
Terminal GNL de Świnoujście
2016
5,0
130 millions d'euros (PEER)
202 millions d'euros (FEDER)
Total de 332 millions d'euros
Malte
Terminal GNL de Delimara
2017
0,7
0,7 million d'euros pour des études (MIE)





 Terminaux GNL en construction



État membre
Terminal
Année de début de l'exploitation
Capacité (milliards de m³/an)
Co-financement de l'UE
Grèce
Terminal GNL de Revithoussa (renforcement de la capacité)
2018
2,0 (de 5,0 à 7,0)
50,8 millions d'euros (FEDER)
Espagne
Terminal GNL de Tenerife (Arico-Granadilla)
2021
1,3

Espagne
Terminal GNL de Gran Canaria (Arinaga)
2022
1,3






Terminaux GNL figurant sur la liste des PIC



État membre
Terminal
Année de début de l'exploitation
Capacité (milliards de m³/an)
Co-financement de l'UE
Croatie
Terminal GNL de Krk
2019
2,6
108 millions d'euros (MIE) pour le terminal, 16 millions d'euros (MIE) pour une conduite d'évacuation
Total de 124 millions d'euros
Grèce
Terminal GNL dans le nord de la Grèce
2020
5,5
2 millions d'euros pour des études (MIE)

Chypre
Terminal GNL de Chypre
2020

101,2 millions d'euros (MIE)
Suède
Terminal GNL de Göteborg
2021
0,5

Pologne
Terminal GNL de Świnoujście (renforcement de la capacité)
2022
2,5 (de 5,0 à 7,5)

Irlande
Terminal GNL de Shannon
2022
6,2

MIE: mécanisme pour l'interconnexion en Europe
PEER: programme énergétique européen pour la relance
FEDER: Fonds européen de développement régional
PIC: projets d'intérêt commun
[1]Source: Agence internationale de l'énergie.

Commission européenne. Bruxelles, le 9 août 2018.


@MorganeBravo 🇫🇷,
Candidate Élections européennes 2019.

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷

President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».
Fondatrice
HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!» 


Wednesday, August 08, 2018

Remember🇪🇺UE60 - 60 Histoires...


Les Traités de Rome établirent un marché commun assurant la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. Ils créèrent les conditions permettant aux citoyens européens d'accéder à davantage de prospérité et de stabilité. L'UE est aujourd'hui un espace dans lequel les Européens jouissent d'une diversité unique de cultures, d'idées et de traditions. 




Cette série de vidéos contient 60 témoignages de citoyens sur l'Europe.





Discours de Simone VEIL qui vient d'être élue Président du Parlement européen.Elle rend hommage à Louise Weiss et rappelle son combat pour les femmes et au président Emilio COLOMBO, ex-président du Parlement européen.Simone VEIL rappelle les missions et l'influence croissante du Parlement européen et l'importance du suffrage universel dans l'élection du Parlement. Trois défis sont à relever pour tous les états de la communauté, la paix, la liberté et le bien-être. Elle décline ces défis et en explique les enjeux. Elle souhaite travailler dans trois directions...

Parlement Européen,
Hommage à Bruxelles
👉https://unioneuropeenne.blogspot.com/2017/11/pe-bruxelles-hommage-simone-veil.html


*60e anniversaire #EU60 au Quai d'Orsay*

👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2017/04/60e-anniversaire-eu60-au-quai-dorsay.html


🇪🇺 
L'Europe, c'est le grand dessein du XXIème siècle et c'est à nous 🇫🇷 d'assumer ce défi !

@MorganeBravo 🇫🇷,
Pro-européenne
Candidate Élections européennes 2019
👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2018/06/candidature-de-morgane-bravo.html
*Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général à Bruxelles.*.

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷

President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».
Fondatrice
HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!» 


Monday, August 06, 2018

🇪🇺Mise à jour : Loi de blocage.

La mise à jour de la loi de blocage destinée à soutenir l'accord sur le nucléaire iranien entre en vigueur.

Alors que prend effet le premier volet des sanctions contre l'Iran rétablies par les États-Unis, la mise à jour par l'Union européenne de sa loi de blocage entre en vigueur le 7 août pour atténuer l'incidence de ces sanctions sur les intérêts des entreprises de l'UE exerçant des activités légitimes en Iran.

Cette mise à jour de la loi de blocage s'inscrit dans la volonté de l'Union européenne de poursuivre la mise en œuvre intégrale et effective de l'accord sur le nucléaire iranien, intitulé «plan d'action global commun», notamment en soutenant les relations économiques et commerciales entre l'UE et l'Iran, qui se sont normalisées depuis que cet accord a conduit à la levée des sanctions liées au nucléaire.
Le processus de mise à jour de la loi de blocage, consistant à ajouter à son champ d'application les sanctions extraterritoriales que les États-Unis rétablissent contre l'Iran, a été lancé par la Commission le 6 juin 2018. S'en est suivie une période d'examen de deux mois pour le Parlement européen et le Conseil. Aucun des deux colégislateurs n'ayant formulé d'objection, cette mise à jour sera publiée au Journal officiel et entrera en vigueur le 7 août.
Pour en savoir plus sur la loi de blocage 
La loi de blocage ouvre aux opérateurs de l'UE le droit d'être indemnisés, par les personnes qui en sont à l'origine, de tout dommage découlant des sanctions extraterritoriales imposées par les États-Unis et annule les effets dans l'Union européenne de toute décision de justice étrangère fondée sur ces sanctions. Elle leur interdit également de se conformer à ces sanctions, à moins d'y être exceptionnellement autorisés par la Commission dans le cas où le non-respect de celles-ci léserait gravement leurs intérêts ou ceux de l'Union. Ces autorisations seront accordées en fonction de critères convenus, qui seront également publiés le 7 août.
Pour aider les entreprises de l'UE à appliquer la loi de blocage actualisée, la Commission publiera également une note d'orientation destinée à faciliter la compréhension des actes juridiques concernés.
Les prochaines étapes 
L'Union européenne maintient totalement son engagement à poursuivre la mise en œuvre, pleine et effective, du plan d'action global commun, aussi longtemps que l'Iran respectera, lui aussi, ses engagements dans le domaine du nucléaire. La levée des sanctions liées au nucléaire, qui permet la normalisation des relations économiques et commerciales avec l'Iran, constitue un élément essentiel du plan d'action. Dans le même temps, l'Union européenne s'engage aussi à maintenir la coopération avec les États-Unis, qui demeurent pour elle un partenaire et allié incontournable.
Outre la mesure susmentionnée, l'UE œuvre, en étroite coordination avec les États membres et d'autres partenaires, à l'élaboration de mesures concrètes destinées à soutenir la coopération avec l'Iran dans les principaux secteurs économiques, en particulier dans la banque et la finance, le commerce et l'investissement, le pétrole et les transports.
Contexte
Le 8 mai, le président Trump a annoncé le retrait des États-Unis du plan d'action global commun et le rétablissement de toutes les sanctions qui avaient été levées en vertu de cet accord. Le rétablissement des sanctions américaines entrera en vigueur à l'issue d'une période de transition (de «liquidation») de 90 jours (se terminant le 6 août 2018) pour certaines d'entre elles, et de 180 jours (se terminant le 4 novembre 2018) pour les autres.
Le 18 mai, la Commission a lancé plusieurs mesures visant à préserver les intérêts des entreprises européennes qui investissent en Iran et à permettre à la BEI de financer des activités en Iran, manifestant ainsi l'engagement de l'UE en faveur du plan d'action global commun.
Le 6 juin, la Commission européenne a adopté la mise à jour de la loi de blocage et celle du mandat de prêt extérieur de la BEI, qui entrent en vigueur le 7 août, à l'issue du délai de deux mois fixé pour la présentation d'objections.
Le 6 juillet, une réunion de la commission conjointe du plan d'action global commun, réunissant l'UE, les pays de l'E3 (la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni), la Russie, la Chine et l'Iran, s'est tenue à Vienne, au niveau des ministres, sous la présidence de la Haute Représentante/vice-présidente Federica Mogherini. Toutes les autres parties à l'accord sur le nucléaire ont réaffirmé leur engagement à poursuivre sa mise en œuvre complète. Elles ont appuyé les récents efforts visant à poursuivre la normalisation des relations commerciales et économiques avec l'Iran et ont également pris acte de l'action menée par l'UE pour mettre à jour la loi de blocage afin de protéger les entreprises de l'UE.
Pour en savoir plus* 

Questions et réponses: 

entrée en vigueur de la mise à jour de la loi de blocage.


"En quoi consiste la loi de blocage?
L'UE a instauré la loi de blocage en 1996 [règlement (CE) nº 2271/96] en réponse à la réglementation américaine infligeant des sanctions extraterritoriales. Cette loi de blocage vise à contrecarrer les effets des sanctions américaines sur les opérateurs économiques de l'UE exerçant une activité licite avec des pays tiers. La loi de blocage constitue une réussite importante de l'action commune de l'Union contre la législation extraterritoriale de pays tiers.
Comment la loi de blocage fonctionne-t-elle?
La loi de blocage s'applique à l'égard de la législation extraterritoriale mentionnée dans son annexe («législation extraterritoriale mentionnée»).
Cet instrument de blocage interdit aux résidents et sociétés de l'UE («opérateurs») de respecter la législation extraterritoriale mentionnée à moins que la Commission ne les y autorise à titre exceptionnel; ouvre aux opérateurs de l'UE le droit d'être indemnisés de tout dommage, découlant de l'application de cette législation, par les personnes ou entités ayant causé ce dommage, et annule les effets dans l'Union européenne de toute décision de justice étrangère fondée sur cette législation.
Les opérateurs de l'UE devraient, dans les trente jours suivant la date à laquelle ils auront obtenu l'information, aviser la Commission européenne de tout événement résultant de la législation extraterritoriale mentionnée qui affecterait leurs intérêts économiques ou financiers.
Pourquoi la loi de blocage a-t-elle été mise à jour? 
Cette mise à jour a été motivée par la décision unilatérale des États-Unis du 8 mai 2018 d'infliger à nouveau des sanctions à l'Iran [après des périodes de transition (de «liquidation») de 90 et 180 jours, c'est-à-dire après le 6 août 2018 et le 4 novembre 2018, respectivement] parallèlement à leur retrait du plan d'action global commun conclu en 2015 entre l'Iran, d'une part, et la Chine, la France, l'Allemagne, l'Union européenne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis, d'autre part. Certaines des sanctions rétablies produisent des effets extraterritoriaux et pourraient éventuellement affecter les opérateurs de l'Union exerçant des activités légitimes avec l'Iran.
Dans quelle mesure la loi de blocage est-elle modifiée?
L'Union européenne a modifié l'annexe de la loi de blocage en ajoutant, à son champ d'application, la liste des sanctions américaines extraterritoriales pesant sur l'Iran que les États-Unis rétablissent actuellement.
Cette modification est effectuée par voie de règlement délégué de la Commission, que cette dernière a adopté le 6 juin 2018 et à l'égard duquel ni le Conseil ni le Parlement européen n'ont soulevé d'objection au cours du délai d'examen de 2 mois qui était prévu à cette fin. Ce règlement délégué sera publié et entrera en vigueur le 7 août.
De quel type de dommage les opérateurs de l'UE peuvent-ils demander réparation? 
Conformément à la loi de blocage, les opérateurs de l'UE peuvent recouvrer «les indemnités, y compris les frais de justice, dues pour tout dommage qui [leur] a été causé du fait de l'application des lois citées en annexe ou des actions fondées sur elles ou en découlant».
Auprès de qui les opérateurs de l'Union peuvent-ils demander réparation pour ces dommages?
Aux termes de la loi de blocage, les opérateurs de l'UE pourront recouvrer des indemnités auprès de «la personne physique ou morale ou [de] toute autre entité qui a causé le dommage ou [de] toute personne agissant en son nom ou en qualité d'intermédiaire».
Comment les opérateurs de l'UE peuvent-ils demander réparation? 
Le recours peut être formé devant les juridictions des États membres et le recouvrement peut consister en la saisie et la vente des avoirs de la personne ayant causé le dommage, de ceux de ses représentants ou intermédiaires. Comme dans tout contentieux indemnitaire, il appartiendra au juge d'apprécier le bien-fondé de l'affaire ou le lien de causalité.
Qui est compétent pour mettre en œuvre la loi de blocage? 
La mise en œuvre de la loi de blocage, y compris la décision d'infliger des sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives en cas d'infraction, relève de la compétence des États membres. Il incombe également à ces derniers de veiller à l'application de ces sanctions.
Quel est le rôle de la Commission européenne? 
La Commission européenne exerce plusieurs rôles: elle recueille des informations auprès des opérateurs de l'UE sur d'éventuels cas d'application de la législation extraterritoriale mentionnée; elle se concerte avec les autorités nationales des États membres de l'UE en ce qui concerne de tels cas relevant de leur ressort territorial; elle reçoit des notifications des États membres et partage des informations avec eux sur les mesures prises en vertu de la loi de blocage et sur d'autres aspects pertinents.
La Commission peut en outre, dans des cas exceptionnels, autoriser un opérateur de l'UE à se conformer entièrement ou partiellement à la législation extraterritoriale mentionnée si le non-respect de celle-ci compromettait gravement les intérêts de cet opérateur ou ceux de l'Union européenne. Pour ce faire, la Commission est assistée par un comité de la législation extraterritoriale, composé de représentants des États membres.
Dûment approuvé par le comité, le règlement d'exécution qui énonce les critères sur la base desquels la Commission appréciera ces demandes d'autorisation sera également publié le 7 août."
Commission européenne, 6 août 2018.

Joint statement on the re-imposition of US sanctions due to its withdrawal from the Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA) - European External Action Service    👉http://europa.eu/!gk89WK

@MorganeBravo 🇫🇷,
Candidate Élections européennes 2019.

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷

President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».
Fondatrice
HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»