🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!
🇪🇺POUR QUE L'EUROPE, EN TANT QU’ACTEUR MONDIAL, NE SOIT PAS LOINTAINE DES EUROPÉENS & DES FRANÇAIS!. BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO, WILLKOMMEN, WELKOM, BENVENUTO, BOAS-VINDAS, WITAJ, VITAJTE... By @MorganeBravo.

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Founded in 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
🇪🇺L'EUROPE. « L'Europe ne doit pas être un commentateur du monde. Elle doit en être l'architecte.🕊 La diplomatie européenne doit être une ».

Tuesday, November 26, 2019

🇪🇺Stop violence against women!

Basta de violencia contra las mujeres: Declaración de la Comisión Europea y de la Alta Representante

👉https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/es/STATEMENT_19_6300

Stop violence against womenStatement by the European Commission and the High Representative.

"Ahead of the International Day for the Elimination of Violence against Women on 25 November, the European Commission and High Representative Federica Mogherini issued the following statement:
Violence against women and girls is violence against the whole humankind, and should have no place in Europe or elsewhere in the world. But we all know that despite our commitment, we are still far from winning this challenge. 
Violence against women happens anywhere, there is no safe place, not even at home. On the contrary. Woman are targeted at home as well as in their workplace, in schools and universities, on the street, in displacement and migration, and increasingly online through cyber violence and hate speech. 
The scale of the problem stays alarming: One in three women in Europe has experienced physical and/or sexual violence. Nearly all victims of trafficking for sexual exploitation within the EU are women and girls. 
In developing countries, one in every three girls is married before reaching the age of 18. There are at least 200 million women and girls who have undergone female genital mutilation, which is still performed in around 30 countries.
It is our responsibility as the EU and international community, to keep our commitment to preventing, openly rejecting and condemning all acts of violence against women and girls. 
It is our duty also to support and protect the victims by creating a safe environment for them to report the crimes committed against them.
The EU is committed to keep working tirelessly with our partners to strengthen legal frameworks and institutions, supporting development and education, improving services for survivors, addressing the root causes of violence, promoting women empowerment.
But ending violence against women and girls requires a firm commitment not only at institutional level. It requires a broad involvement of international organisations, of NGOs, of the civil society at large. And most of all of men. 
So our goal stays clear: eliminate violence against women and girls. The EU will stay at the forefront of this international mobilisation to defend the rights of every woman and every girl to live free and safe. We do it for our future and for our present because women are the pillar of just, open, developed and democratic societies, and nothing should deprive them of the freedom to play their role freely and safely.” 
The European Union has put substantial measures in place to end such violence, including:
  • The EU's Victims' Rights Directive ensures more and better rights for victims of crimes and specialised support for victims of sexual or gender–based violence.
  • The Commission is in the process of concluding the EU accession to the Istanbul Convention of the Council of Europe on preventing and combating violence against women and domestic violence.
  • The Rights, Equality and Citizenship Programme helps tackle violence against women and children through funding grassroots projects focusing on prevention of gender-based violence, supporting victims and women and girls at risk, training of professionals and capacity building of services.
The EU is also tackling violence against women outside of the EU:
  • Over the last two years, we have supported more than 1.5 million women and girls by providing services for protection and care related to female genital mutilation. Prevention efforts are having a positive impact: some 3,000 communities, representing 8.5 million people, have publicly announced that they are abandoning this practice.
  • On child marriage, the EU has undertaken a series of initiatives designed to change attitudes and practices regarding girls' rights, reaching over 1.6 million people.
Background
Violence against women and girls is a widespread and devastating human rights violation that takes place across the globe. WHO estimates that one third of women and girls worldwide experience violence at some point in their lives. The numbers may only be the tip of the iceberg, as this type of violence remains largely unreported due to the silence, stigma and shame surrounding it. As a result, many perpetrators remain unpunished.
In addition to the initiatives mentioned, the EU has put in place the Victims' Rights Directive, which ensures more and better rights to victims of all crimes. Under these rules, the most vulnerable victims such as victims of sexual violence, victims of gender–based violence and victims of violence in close relations, have access to specialised support services. Such support includes access to shelters for victims in need of a safe place and targeted and integrated support including trauma support and counselling. The European Commission is closely monitoring the implementation of this Directive in the Member States and has taken action against those Member States who have not fully or correctly transposed EU rules.
Furthermore, the EU recognises trafficking in human beings as violence against women and girls, and this dimension continues to be a focus of key actions in the context of the EU legal and policy framework, under the horizontal mandate of the EU anti-trafficking Coordinator (Overview 2012-2016 and 2017-2018).
Moreover, today, the European Institute for Gender Equality (EIGE) is publishing a new risk assessment guide for the police, to help law enforcement authorities and health sectors to better work together to prevent repeated acts of intimate partner violence and save lives.
As a priority in its External Action, the European Commission is working on concluding the EU accession to the Council of Europe's Convention on preventing and combatting violence against women and domestic violence, the first instrument in Europe to set legally binding standards to prevent violence against women and domestic violence, protect its victims and punish perpetrators. It is the obligation of the State to fully address this type of violence in all its forms and to take the necessary measures of prevention, protection and prosecution. In partnership with the United Nations, the EU launched the Spotlight Initiative, a global, multi-year initiative focused on eliminating all forms of violence against women and girls. With an unprecedented initial investment of €500 million, we are protecting and giving voice to those women and girls who have been silenced by their societies and now want to speak up. During 2017 and 2018, it is estimated that the EU allocated more than €62 million in humanitarian aid for the prevention of and response to sexual and gender-based violence worldwide under its protection and health programming.
Finally, the European Commission will be lighting up its headquarters in Brussels, the Berlaymont building, in orange on the night of Monday 25 November to show its support for combatting violence against women".


Stop à la violence à l'égard des femmes: déclaration de la Commission européenne et de la haute représentante.

"Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qui aura lieu le 25 novembre, la Commission européenne et la haute représentante, Mme Federica Mogherini, ont fait la déclaration suivante:
«La violence à l'égard des femmes et des filles constitue une agression contre l'humanité tout entière et ne devrait pas avoir sa place, ni en Europe ni ailleurs dans le monde. Cependant, nous savons tous qu'en dépit de nos efforts, nous sommes encore loin d'avoir gagné ce combat. 
La violence à l'égard des femmes se manifeste partout; celles-ci ne sont en sécurité nulle part, pas même au sein de leur foyer. Bien au contraire. Les femmes sont des cibles, à leur domicile et sur leur lieu de travail, à l'école et à l'université, dans la rue, dans le cadre des déplacements de populations et des migrations et, de plus en plus, en ligne, avec la cyberviolence et les discours de haine. 
L'ampleur du problème reste alarmante: une femme sur trois en Europe a déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles. Presque toutes les victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle au sein de l'UE sont des femmes et des filles. 
Dans les pays en développement, une fille sur trois est mariée avant d'avoir atteint l'âge de 18 ans. Au moins 200 millions de femmes et de filles ont subi des mutilations génitales féminines, qui sont encore pratiquées dans environ 30 pays.
Il est de notre responsabilité, au sein de l'UE et de la communauté internationale, de continuer à nous employer à prévenir, à rejeter ouvertement et à condamner tous les actes de violence à l'égard des femmes et des filles. 
Il est aussi de notre devoir de soutenir et de protéger les victimes en créant un environnement sûr leur permettant de signaler les crimes commis à leur encontre.
L'UE est déterminée à continuer à œuvrer sans relâche avec ses partenaires pour renforcer les cadres juridiques et les institutions, à soutenir le développement et l'éducation, à améliorer les services aux survivantes, à agir sur les causes profondes de la violence et à promouvoir l'autonomisation des femmes.
Cependant, l'élimination de la violence à l'égard des femmes et des filles nécessite une volonté ferme, pas seulement au niveau institutionnel. Elle requiert une vaste mobilisation des organisations internationales, des ONG et de la société civile dans son ensemble. Et surtout des hommes. 
Notre objectif reste clair: éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles. L'UE restera en première ligne de cette mobilisation internationale pour défendre le droit de chaque femme et de chaque fille de vivre libre et en toute sécurité. Cette action est importante pour notre avenir et pour notre présent, car les femmes sont le pilier de sociétés justes, ouvertes, développées et démocratiques et rien ne devrait les priver de la liberté de jouer leur rôle sans entrave et sans danger.» 
L'Union européenne a pris des mesures importantes pour mettre un terme à cette violence. Ainsi:
  • la directive de l'UE sur les droits des victimes renforce et améliore les droits des victimes de la criminalité et fait en sorte que les victimes de violences sexuelles ou fondées sur le genre bénéficient d'une aide spécialisée;
  • la Commission œuvre à la conclusion de l'adhésion de l'UE à la convention d'Istanbul du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique;
  • le programme «Droits, égalité et citoyenneté» contribue à lutter contre la violence à l'égard des femmes et des enfants en finançant des projets locaux axés sur la prévention de la violence à caractère sexiste, le soutien aux victimes et aux femmes et aux filles en danger, la formation des professionnels et le renforcement des capacités des services.
L'UE lutte également contre la violence à l'égard des femmes en dehors de son territoire:
  • au cours des deux dernières années, nous avons soutenu plus de 1,5 million de femmes et de filles au moyen de services de protection et de soins en lien avec les mutilations génitales féminines. Les efforts de prévention ont des effets positifs: environ 3 000 communautés, représentant 8,5 millions de personnes, ont publiquement annoncé qu'elles abandonnaient cette pratique;
  • pour ce qui est des mariages d'enfants, l'UE a pris une série d'initiatives visant à modifier les attitudes et les pratiques en ce qui concerne les droits des filles, touchant plus de 1,6 million de personnes.
Contexte
La violence à l'égard des femmes et des filles est une violation des droits de l'homme très répandue et dévastatrice que l'on retrouve dans le monde entier. Selon les estimations de l'OMS, un tiers des femmes et des filles à travers le monde ont été victimes de violence à un moment de leur vie. Ce chiffre n'est peut-être que la partie émergée de l'iceberg, étant donné que ce type de violence est rarement signalé en raison du silence, de la stigmatisation et de la honte qui l'entourent. En conséquence, bon nombre d'auteurs restent impunis.
Outre les initiatives mentionnées, l'UE a mis en place la directive sur les droits des victimes, qui renforce et améliore les droits des victimes de tous les types de criminalité. En vertu de ces règles, les victimes les plus vulnérables, telles que les victimes de violences sexuelles, de violences fondées sur le genre et de violences domestiques, ont accès à des services d'aide spécialisés. Cette aide comprend l'accès à des refuges pour les victimes ayant besoin d'un endroit sûr et un soutien ciblé et intégré, y compris un soutien posttraumatique et des conseils. La Commission européenne suit de près la mise en œuvre de cette directive dans les États membres et a pris des mesures contre les États membres qui n'ont pas transposé pleinement ou correctement les règles de l'UE.
En outre, l'UE reconnaît la traite des êtres humains comme une violence à l'égard des femmes et des filles, et cette dimension continue de faire l'objet d'actions clés dans le contexte du cadre juridique et stratégique de l'UE, au titre du mandat horizontal du coordinateur de l'UE pour la lutte contre la traite des êtres humains (vues d'ensemble 2012-2016 et 2017-2018).
De plus, l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) publie aujourd'hui un nouveau guide d'évaluation des risques à l'intention de la police, afin d'aider les services répressifs et le secteur de la santé à mieux travailler ensemble pour prévenir les actes répétés de violence domestique et sauver des vies.
En tant que priorité de son action extérieure, la Commission européenne œuvre à la conclusion de l'adhésion de l'UE à la convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, le premier instrument européen visant à fixer des normes juridiquement contraignantes pour prévenir la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, protéger les victimes et punir les auteurs. L'État est tenu de s'attaquer pleinement à ce type de violence sous toutes ses formes et de prendre les mesures nécessaires en matière de prévention, de protection et de poursuites. En partenariat avec les Nations unies, l'UE a lancé l'initiative «Spotlight», une initiative mondiale pluriannuelle axée sur l'élimination de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles. Grâce à un investissement initial sans précédent de 500 millions d'euros, nous apportons une protection et rendons leur voix aux femmes et aux filles qui ont été réduites au silence par la société et qui veulent maintenant se faire entendre. Selon les estimations, en 2017 et 2018, l'UE a alloué plus de 62 millions d'euros d'aide humanitaire à des actions de prévention des violences sexuelles et sexistes et de réaction à ces violences à travers le monde dans le cadre de ses programmes de protection et de santé.
Enfin, le Berlaymont, siège de la Commission européenne à Bruxelles, se parera d'une lumière orangée la nuit du lundi 25 novembre en soutien à la lutte contre la violence à l'égard des femmes."

A SUIVRE...!

@MorganeBravo 
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Founder,
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷🇪🇺

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷
Fondatrice en 2006, 
 « ECOLOGIE&INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!».


President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».

No comments: