🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!
🇪🇺POUR QUE L'EUROPE, EN TANT QU’ACTEUR MONDIAL, NE SOIT PAS LOINTAINE DES EUROPÉENS & DES FRANÇAIS!. BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO, WILLKOMMEN, WELKOM, BENVENUTO, BOAS-VINDAS, WITAJ, VITAJTE... By @MorganeBravo.

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Founded in 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
🇪🇺L'EUROPE. « L'Europe ne doit pas être un commentateur du monde. Elle doit en être l'architecte.🕊 La diplomatie européenne doit être une ».

Wednesday, February 27, 2019

🇪🇺Européennes2019:Que pensent les🇫🇷 de l'Europe?

Résultats d'une enquête sur le rapport des Français🇫🇷 
à l'UE 🇪🇺.


A 100 jours des élections européennes, que pensent les français de l'Europe?


Un rapport publié le 18/02/2019 souligne les paradoxes de la relation des Français à l'Europe, à laquelle ils restent majoritairement attachés, qu'ils souhaitent voir renforcée dans de nombreux domaines, mais dont ils se défient dans un contexte de pessimisme très marqué.
64% des Français sont favorables au renforcement de la prise des décisions au niveau de l'UE, faisant de la France le 4ème pays le plus demandeur d'Europe.

Une relation entre attachement et défiance

"Tous les 6 mois, le sondage Eurobaromètre Standard interroge les citoyens des 28 États membres de l'Union européenne (ainsi que de 5 pays candidats à l'accession) sur leur situation personnelle, la situation socio-économique de leur pays, les priorités de l’Union européenne (UE) et leur rapport à l’UE.
Nous publions aujourd'hui le Rapport national France de l'Eurobaromètre 90, qui analyse en détail les réponses données par les Français à ce sondage. L'enquête « Eurobaromètre 90 » a été réalisée en France du 5 au 19 novembre 2018 par l’institut TNS opinion & social auprès d’un échantillon représentatif de 1 072 personnes. Elle a eu lieu au moment où les formations politiques se sont engagées dans la préparation de leurs campagnes et stratégies électorales pour les élections européennes de mai 2019, alors même que le rejet de la taxe carbone faisait naitre un vaste mouvement de contestation en France.
Le rapport souligne les paradoxes de la relation des Français à l'Europe, à laquelle ils restent majoritairement attachés, qu'ils souhaitent voir renforcée dans de nombreux domaines, mais dont ils se défient dans un contexte de pessimisme très marqué.
Téléchargez le rapport complet ici

Les principaux enseignements :

Les Français témoignent d'un attachement sentimental à l'UE. 

En effet, 62% d'entre eux se sentent citoyens de l'Union européenne, tandis que 59% se disent "attachés à l'Europe". Si cet attachement est inférieur à la moyenne européenne (65%), il repose sur des acquis concrets : aux yeux des Français, l’Union Européenne représente avant tout « la liberté de voyager, étudier et travailler partout dans l’UE » (49%). Cependant, ce sentiment d'appartenance n'empêche pas une défiance élevée à l'égard des institutions européennes, puisque 33% des Français seulement ont confiance dans l’Union européenne.

Les préoccupations en matière de pouvoir d'achat ont connu une hausse spectaculaire de 14 points entre le printemps et l'automne, devenant ainsi la deuxième préoccupation des Français. Dans ce contexte d'incertitude, le pessimisme pour l'avenir de l'Europe est élevé : seuls 18% des Français considèrent que les choses vont dans la bonne direction dans l'UE, contre 63% qui expriment l'opinion contraire. La France est un des pays les plus pessimistes de l'Union, juste après la Grèce et la Hongrie.
Les Français sont très favorables au renforcement de la prise des décisions au niveau de l'UE (64%), faisant de la France le 4èmepays le plus demandeur d'Europe. Il existe un consensus sur la poursuite et le renforcement des politiques existantes, puisque 72 % des Français sont favorables à l’union économique et monétaire avec l’euro et 82 % à la libre circulation des personnes dans l’espace UE. Mais les Français se montrent aussi ouverts à de nouvelles mesures à l’échelle européenne, notamment sur les sujets régaliens : 60 % sont favorables à une politique étrangère commune."

#FutureOfEurope

@MorganeBravo pro-européenne.
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Candidate à la candidature, Élections #européennes2019.
 👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2018/06/candidature-de-morgane-bravo.html

Tuesday, February 26, 2019

🇪🇺Towards a climate-neutral Europe...

Towards a climate-neutral Europe: EU invests over €10bn in innovative clean technologies.


The Commission today announces an investment programme worth over €10 billion for low-carbon technologies in several sectors to boost their global competitiveness.
EU innovative climate action, as announced today, has a range of benefits for the health and prosperity of Europeans with an immediate, tangible impact on people's lives – from the creation of local green jobs and growth, to energy-efficient homes with a reduced energy bill, cleaner air, more efficient public transport systems in cities, and secure supplies of energy and other resources.
Commissioner for Climate Action and Energy Miguel Arias Cañete said: “Less than three months after adopting our strategic vision for a climate neutral Europe by 2050, we are putting the money where the mouth is. Our objective is to keep building a modern, competitive and socially fair Paris-aligned economy for all Europeans. For this to happen, we will need deployment of clean innovative technologies on an industrial scale. This is why we are investing in bringing to the market highly innovative technologies in energy intensive industries, in carbon capture, storage and use, in the renewable energy sector and in energy storage. We are today unleashing technological solutions in all Member States and pressing the fast-forward button in our transition to a modern and climate-neutral society in Europe.”
The Commission wants to ensure that Europe continues to be at the top of the league as regards new high-value patents for clean energy technologies. This leadership provides a global competitive advantage, allowing Europe to harvest first mover benefits by increasing exports of European sustainable products and sustainable technology and business models.
On 28 November 2018, the European Commission adopted a strategic long-term vision for a prosperous, modern, competitive and climate neutral economy by 2050 – A Clean Planet for all. The strategy shows how Europe can lead the way to climate neutrality while preserving the competitiveness of its industries by investing into realistic technological solutions. This transition also requires further scaling-up of technological innovations in energy, buildings, transport, industry and agriculture sectors.
Next steps
The Commission aims to launch the first call for proposals under the Innovation Fund already in 2020, followed by regular calls until 2030.
Background
The Innovation Fund will pool together resources amounting to around €10 billion, depending on the carbon price. At least 450 million allowances from the EU Emissions Trading System (EU ETS) Directive will be sold on the carbon market in the period 2020-2030. The revenues of these sales depend on the carbon price, which is currently around EUR 20.
Any undisbursed revenues from the Innovation Fund's predecessor, the NER 300 programme, will also be added to the Innovation Fund. Thus, the total endowment of the Fund can be around EUR 10 Billion.
The Innovation Fund aims to create the right financial incentives for companies and public authorities to invest now in the next generation of low-carbon technologies and to give EU companies a first-mover advantage to become global technology leaders.
The Innovation Fund builds on the experience from the NER300 programme, the current EU programme to support the demonstration of carbon capture and storage and renewable energy technologies. It expands its scope to also explicitly cover energy storage and energy intensive industries and is better tailored to promote innovation through an improved and simplified governance. It will offer grants to cover up to 60% of the additional capital and operational costs linked to innovation for the selected projects, disbursing the money in a flexible way based on the needs of individual projects.
In addition, following the Commission's decision to reinvest the unspent funds from the first NER 300 call amounting to some EUR 487.6 million, the transfer of unspent NER300 funds to InnovFin Energy Demo Projects is now taking effect and the Commission confirmed that three existing projects can now benefit from a loan guarantee backed by funds from the NER300.
Brussels, 26 February 2019

Vers une Europe neutre pour le climat: l'Union européenne investit plus de 10 milliards d'euros dans les technologies propres innovantes.

@EcologieI

#FutureOfEurope

@MorganeBravo pro-européenne.
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Candidate à la candidature, Élections #européennes2019.
 👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2018/06/candidature-de-morgane-bravo.html

Saturday, February 23, 2019

🇪🇺TRAITÉ DE ROME...!

Traité de Rome : 60ème anniversaire


Il est important de se rappeler d'où nous venons. Après les tragédies de la Seconde Guerre mondiale, le Traité de Rome fut un accord clé entre six pays qui a lié leur destinée via la Communauté économique européenne. À l'occasion du 60ème anniversaire de sa signature, nous revenons sur la manière dont le traité a posé les bases de l'Europe et de sa réalisation, défendues par le Parlement européen.




"À la fin du Deuxième Guerre mondiale, l'Europe était en ruines, la capacité productive de beaucoup de ses pays était détruite. De ces ruines a émergé un nouveau projet de collaboration. Signé en 1957, le Traité de Rome deviendra la base de la reconstruction de l'Europe. Antonio Tajani, le Président du Parlement européen, souligne le rôle clé du Traitépour le façonnage de l'Europe que nous connaissons aujourd'hui. Ce que nous voyons aujourd'hui est le résultat de 60 ans de paix et de liberté. La jeune génération ne se souvient pas des souffrances subies par les familles européennespendant les deux guerres mondiales. C'est une réalisation extraordinaire que nous devons défendre. Nous devons aller de l'avant parce que la liberté doit être défendue jour après jour. Plus tôt, en 1951, six pays avaient créé la Communauté européenne du charbon et de l'acier pour relancer l'économie et assurer une paix durable en créant un marché commun pour ces produits de guerre essentiels. Vigoureusement promu par le ministre des affaires étrangères français, Robert Schuman, le Traité CECA a été signé à Paris par la France, l'Allemagne de l'Ouest, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas et l'Italie. Un vent de changement balaya l'Europe. L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes, créant d'abord une solidarité de fait. L'étape décisive vers l'intégration européenne a été prise 12 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 25 mars 1957,des représentants des six mêmes pays se sont réunis à Rome pour signer le traité instituant la la Communauté économique européenne, pierre angulaire juridique de la future Union européenne. Les signataires du Traité de Rome, se sont engagés à l'abolition progressive des droits de douane dans ce marché commun, pour stimuler le libre échange. Le traité a également établi un seul ensemble de droits à l'importation pour les marchandises pénétrant dans le marché commun de l'extérieur. Sur la base de la libre circulation des marchandises, personnes, capitaux et services,le marché commun a conduit à une forte augmentation des interactions commerciales, générant au moins 2,75 millions de nouveaux emplois entre 1992 et 2006. Au cœur du renouveau économique des années 1960 et 1970 était la politique agricole commune, qui a consacré une grande partie du budget de la CEE à mettre fin à la famine et stimuler la croissance économique. Le Traité de Rome a également introduit des programmes spécifiques de soutien pour les régions les plus pauvres, conçus pour les protéger contre les effets négatifs de la nouvelle concurrence et poser les bases d'une Europe sociale, par exemple dans le domaine de l'égalité de rémunération entre hommes et femmes. Le succès remarquable du marché commun a vu le désir d'autres pays européens de rejoindre l'Europe. Pendant les 60 ans depuis la signature du Traité de Rome, nous sommes passés de 6 à 28 pays, et de 180 millions à plus de 500 millions de citoyens. En 1992, le Traité de Maastricht a remplacé la Communauté économique européenne par l'Union européenne et a défini un peu plus l'étendue des quatre libertés. L'espace Schengen a supprimé les frontières intérieures, mettant la touche finale à la libre circulation des personnes et des biens. En 2002, après un long processus d'intégration économique, l'euro a été introduit comme monnaie commune. Plus récemment, l'Union a pris de nouvelles responsabilités dans les domaines de la politique étrangère et de la sécurité. Maintenant, après 60 ans de paix,l'Europe fait face à de nouveaux défis de mondialisation et de turbulence financière. L'Europe n'a pas encore toutes les réponses, mais beaucoup espèrent que cet anniversaire offrira une opportunité pour raviver l'optimisme des pères fondateurs de l'Europe moderne. Nous sommes beaucoup plus qu'un marché et qu'une devise. Il s'agit du point à partir duquel nous devrions redémarrer. L'anniversaire de la signature du Traité de Rome est l'occasion de rapprocher davantage l'Europe de ses citoyens. Nous devons leur offrir des plans solides contre le chômage, surtout pour les jeunes, contre le terrorisme et en matière d'immigration. Aujourd'hui plus que jamais, l'unité européenne est cruciale.L'UE doit changer en mieux, mais sans s'affaiblir."

🇫🇷

*60e anniversaire #EU60 au Quai d'Orsay*


2017
👉https://unioneuropeenne.blogspot.com/2017/04/60e-anniversaire-eu60-au-quai-dorsay.html

#FutureOfEurope

@MorganeBravo pro-européenne.
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Candidate à la candidature, Élections #européennes2019.
 👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2018/06/candidature-de-morgane-bravo.html

🇪🇺New state aid rules:Farmers..

New state aid rules: Commission increases national support to farmers up to €25,000👉 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-19-1332_en.htm


Nouvelles règles applicables aux aides d'État: la Commission accroît le soutien national aux agriculteurs à concurrence de 25 000 €

Le plafond du soutien national aux agriculteurs sera relevé de manière significative pour renforcer la flexibilité et l'efficacité, notamment en temps de crise et dans les situations exigeant une réponse rapide de la part des pouvoirs publics.
Aujourd'hui, la Commission a adopté des règles révisées sur les aides d'État dans le secteur agricole («aides de minimis»), qui augmentent le montant maximal que les autorités nationales peuvent utiliser pour soutenir les agriculteurs sans devoir obtenir l'autorisation préalable de la Commission. Cette décision permettra aux pays de l'Union d'accroître le soutien aux agriculteurs sans pour autant fausser le marché, tout en réduisant la charge administrative pour les autorités nationales.
M. Phil Hogan, commissaire chargé de l'agriculture et du développement rural, a déclaré: «La proposition de la Commission relative à de nouvelles règles applicables aux aides d'État dans le secteur agricole tient compte de la valeur de cette forme de soutien en période de crise. En augmentant le montant maximal de l'aide aux agriculteurs, les autorités nationales disposeront d'une plus grande flexibilité et seront en mesure de réagir plus rapidement et plus efficacement pour soutenir les agriculteurs vulnérables. Dans certains cas, le montant des aides d'État pouvant être accordées aux agriculteurs individuels sera majoré de 66 %. Ces nouvelles règles compléteront toujours les règles normales applicables aux aides d'État notifiées, que les États membres pourront continuer à appliquer.»
Le montant maximal de l'aide pouvant être distribuée par exploitation sur une période de trois ans passera de 15 000 € à 20 000 €. Afin d'éviter toute distorsion potentielle de la concurrence, chaque pays de l'Union se voit attribuer un montant national maximal qu'il ne peut dépasser. Chaque plafond national sera fixé à 1,25 % de la production agricole annuelle du pays sur la même période de trois ans (contre 1 % dans les règles actuelles), ce qui représente une augmentation de 25 %.
Si un pays ne consacre pas plus de 50 % de son enveloppe d'aide nationale totale à un secteur agricole particulier, il a la possibilité d'augmenter encore plus le montant des aides de minimis par exploitation à 25 000 €, et le plafond national à 1,5 % de la production annuelle. Il s'agit là d'une augmentation de 66 % du plafond par agriculteur et d'une augmentation de 50 % du plafond national.
Pour les pays qui optent pour ce plafond plus élevé, les nouvelles règles imposent la création, au niveau national, de registres centraux obligatoires qui permettront de garder la trace des aides octroyées afin de simplifier et d'améliorer la mise en œuvre et le suivi des aides dites de minimis. Plusieurs États membres tiennent déjà de tels registres, ce qui leur permettra d'appliquer immédiatement les plafonds plus élevés.
Les plafonds augmentés entrent en vigueur le 14 mars et peuvent s'appliquer rétroactivement aux aides remplissant toutes les conditions.
Contexte
Conformément aux règles de l'Union relatives aux aides d'État, les pays de l'Union doivent notifier les aides d'État à la Commission et ne peuvent mettre en œuvre la mesure d'aide qu'après autorisation de celle-ci. Toutefois, lorsque les montants des aides sont suffisamment bas, ce qui est le cas pour les aides de minimis, les pays de l'Union n'ont pas le devoir de les notifier à la Commission ni d'obtenir l'autorisation de cette dernière. En effet, en raison de leur taille, ces aides ne menacent ni la concurrence ni les échanges sur le marché intérieur.
Les aides de minimis sont généralement utilisées par les États membres lorsqu'ils doivent agir rapidement et qu'ils ne peuvent mettre en place un régime conforme aux règles applicables aux aides d'État, notamment en période de crise. Elles sont également couramment utilisées à des fins très spécifiques, par exemple pour contribuer à la prévention ou à l'éradication des maladies animales dès l'apparition d'un foyer, ou pour indemniser les agriculteurs des dommages causés par des animaux qui ne sont pas protégés par la législation européenne ou nationale, tels que les sangliers. Les dommages causés par des espèces animales protégées (loups, lynx, ours, etc.) peuvent être réparés au titre des règles applicables aux aides d'État notifiées.
La Commission a invité les États membres et les parties prenantes à apporter leur contribution à la révision des règles de minimis. Ces contributions ont été prises en compte lors de la finalisation des modifications.
Bruxelles, le 22 février 2019

Aides d'État: la Commission autorise l'aide accordée à quatre fermes pilotes d'éoliennes flottantes en mer en France.
👉https://developpementdurablexxis.blogspot.com/2019/02/aide-4fermes-pilotes-eoliennes.html

#FutureOfEurope

@MorganeBravo pro-européenne.
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Candidate à la candidature, Élections #européennes2019.
 👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2018/06/candidature-de-morgane-bravo.html