*TRAITÉ DE ROME*

Il est important de se rappeler d'où nous venons. Après les tragédies de la Seconde Guerre mondiale, le Traité de Rome fut un accord clé entre six pays qui a lié leur destinée via la Communauté économique européenne. À l'occasion du 62ème anniversaire de sa signature, nous revenons sur la manière dont le traité a posé les bases de l'Europe et de sa réalisation, défendues par le Parlement européen.

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!
🇪🇺POUR QUE L'EUROPE, EN TANT QU’ACTEUR MONDIAL, NE SOIT PAS LOINTAINE DES EUROPÉENS & DES FRANÇAIS!. BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO, WILLKOMMEN, WELKOM, BENVENUTO, BOAS-VINDAS, WITAJ, VITAJTE... By @MorganeBravo.

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Founded in 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
🇪🇺L'EUROPE. « L'Europe ne doit pas être un commentateur du monde. Elle doit en être l'architecte.🕊 La diplomatie européenne doit être une ».

Monday, January 18, 2021

🇪🇺2022: Présidence🇫🇷du Conseil de l'UE!.

 La France assurera la présidence du Conseil de l'Union européenne du 1er janvier au 30 juin 2022.

Présidence française du Conseil de l’Union européenne de 2008.
1er juillet au 31 décembre.
La France a beaucoup investi dans sa 12ème présidence du Conseil de l'Union européenne. Elle l'a préparée avec soin et a mené à bien la réalisation du programme qu'elle s'était fixé. Mais c'est sa gestion des crises internationales qui a été le plus saluée. Elle a révélé une pratique nouvelle des institutions européennes et une vision de l'Europe dans le monde qu'elle a tentée de faire partager.

Conseil des ministres - Présidence française du Conseil de l'Union européenne - Communication (Paris, 04/11/2020)

"Le ministre de l'Europe et des affaires étrangères et le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes, ont présenté une communication relative à la présidence française du Conseil de l'Union européenne.

La France exercera la présidence du Conseil de l'Union européenne du 1er janvier au 30 juin 2022. Après les présidences portugaise puis slovène en 2021, la France ouvrira le trio de présidences qu'elle forme avec la République tchèque et la Suède.

Il s'agira pour la France, membre fondateur de l'Union européenne, de sa 13ème présidence du Conseil mais de la première depuis l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne le 1er décembre 2009.

Comme pour tout Etat membre de l'Union européenne qui l'exerce, il s'agira pour la France d'une responsabilité très importante :

une responsabilité d'abord institutionnelle : vis-à-vis des autres Etats membres, puisque la présidence est là pour porter les positions du Conseil et défendre ses intérêts ; vis-à-vis des autres acteurs majeurs que sont, dans la vie de l'Union européenne, le Parlement européen et la Commission européenne, avec lesquels la présidence en exercice est en lien constant notamment pour les travaux législatifs ;

une responsabilité politique aussi, puisqu'une présidence a pour mission de faire avancer les dossiers à l'ordre du jour et de faire progresser l'agenda stratégique européen arrêté par le Conseil européen, et qui se décline en particulier dans le programme de travail annuel de la Commission européenne.

La présidence française interviendra à un moment singulier au regard du contexte européen et international qui appelle une action toujours plus résolue et efficace des Européens : crises dans notre voisinage immédiat, crise du multilatéralisme, crise climatique, etc. Cette nouvelle donne devra être pleinement prise en compte.

Dans ce contexte, la France entend saisir pleinement cette occasion essentielle pour contribuer à faire avancer l'Europe. En effet, à l'heure où ne cessent de se multiplier les défis mondiaux (sanitaires, environnementaux, démocratiques, sécuritaires, etc.), il est essentiel de continuer à démontrer la pertinence de l'échelon européen et à redonner confiance dans la capacité de l'Europe à préserver à long terme les choix de société et à peser dans le monde. Il y a aujourd'hui une aspiration à une Europe plus solidaire et plus souveraine à laquelle il faut répondre ; à une Europe qui s'affirme comme un espace citoyen de cultures partagées, où se développe une identité riche des diversités mais assise sur des principes et des valeurs communes ; à une Europe qui exploite toutes les potentialités de la relance économique et de la transition écologique et numérique.

La présidence française du Conseil pourrait donc se construire selon les mots clés : "relance, puissance, appartenance".

Sur cette base, la présidence française articulera son action autour de deux axes : d'une part, le travail législatif qu'il est souhaité faire aboutir en 2022, en cohérence avec les objectifs politiques de la France, par exemple en matière de régulation du numérique, d'ambition climatique et sociale ; d'autre part, les chantiers lancés pour bâtir l'Europe de demain, au travers de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, dont les travaux seront conclus au premier semestre 2022. Cette conférence devra permettre de proposer aux Européens un projet de société pour la génération à venir. L'enjeu est de définir quel modèle nous entendons construire et quel imaginaire commun nous voulons développer. Il faudra s'interroger sur ce que cela signifie d'être européen et aborder les questions d'identité et de culture. Tout au long de l'année 2021, un volet national de la conférence mettra les citoyens au coeur du dispositif. Le ministère des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne aura, à cet égard, un rôle de premier plan à jouer.

Pour bien conduire cette présidence, il est essentiel de bien s'y préparer dès maintenant et de mettre en place une organisation précise et rigoureuse.

À cette fin a été mis en place, à Paris, sous l'autorité du Premier ministre, un secrétariat général de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, qui assurera une fonction de coordination logistique, labellisera les évènements organisés en France par la société civile en marge de la présidence et assurera la communication. La ville de Strasbourg, capitale européenne, sera centrale dans les événements de la présidence française. En particulier, elle accueillera les moments les plus emblématiques de la Conférence sur l'avenir de l'Europe.

En parallèle, le travail de définition du programme de la présidence française est engagé sous la coordination du Secrétariat général des affaires européennes, en lien étroit avec le ministère de l'Europe et des affaires étrangères et les autres ministères. Ce travail se fera avec la représentation permanente auprès de l'Union européenne, qui présidera l'ensemble des enceintes préparatoires des conseils des ministres et conduira les négociations avec les autres institutions, en premier lieu le Parlement européen.

Enfin, un comité culturel sera prochainement mis sur pied, autour de la ministre de la culture et du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé des affaires européennes, qui aura pour mission de faire vivre l'Europe partout en France à partir de l'année 2021, qu'il s'agisse de spectacle vivant (théâtres, festivals, concerts), de création visuelle et littéraire, d'audiovisuel (partenariats avec le service public) ou de débat d'idées, y compris sur les réseaux sociaux et les grandes plateformes."

Report : Présidence française de 2008.


Morgane BRAVO a participé en 2008
🇫🇷PRÉSIDENCE FRANÇAISE DU CONSEIL DE L’UNION EUROPÉENNE🇪🇺
PRÉSIDENT NICOLAS SARKOZY.

« Conférence sur la responsabilité sociale des entreprises »

👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2008/10/bref-apercu-confrence-sur-la.html
« Conférence sur la cohésion territoriale et l'avenir de la politique de cohésion »
👉http://unioneuropeenne.blogspot.com/2008/10/confrence-sur-la-cohsion-territoriale_31.html
« Colloque « Sécurité sociale et défis démographiques »
« Arènes européennes de l’indépendance »
« Colloque européen sur la normalisation et les petites et moyennes entreprises : un défi européen »
« Nouvelles frontières de l'économie de la culture »
« CONFERENCE "MOBILITES DES TRAVAILLEURS »
👉

Conférence sur la cohésion territoriale et l'avenir de la politique de cohésion 👉  https://unioneuropeenne.blogspot.com/2008/10/confrence-sur-la-cohsion-territoriale_31.html 

PRESIDENCE FRANÇAISE DU CONSEIL DE L’UNION EUROPEENNE : Bref Aperçu de la CONFERENCE "MOBILITES DES TRAVAILLEURS"


BREF APERCU : Colloque "Sécurité sociale et défis démographiques"...Dans le cadre de la présidence française.


 Conférence sur les nouveaux services et les nouveaux réseaux de la société de l'information, de l'internet et des médias.


Accord européen sur la crise, le climat et le traité de Lisbonne.


Quelques leçons tirées de la présidence française de 2008.

Le Président Nicolas Sarkozy dresse un bilan

 de la présidence française

👉https://unioneuropeenne.blogspot.com/2008/12/ue-le-prsident-sarkozy-dresse-un-bilan.html


"La présidence française intervenait à un moment charnière pour l'Union européenne qui tente d'achever la réforme de ses institutions et se trouve en même temps interpellée par un monde en mouvement. 

Il est incontestable que les équilibres institutionnels de l'Union évoluent pendant que la politique reprend ses droits. La réforme institutionnelle de l'Union est nécessaire, le leadership politique est indispensable.

La nature de l'Union européenne a profondément évolué. Elle est à la fois plus intergouvernementale que ne l'imaginaient ses Pères fondateurs et plus fédérale que ne le souhaitaient ses contempteurs. Les institutions européennes fonctionnent, y compris à 27. Les décisions sont prises, les prérogatives qui leur sont déléguées sont exercées. L'intégration du marché unique se poursuit et tous les domaines de législation nationale sont désormais engagés dans un mouvement d'harmonisation, dont le rythme varie selon les sujets. L'Euro fait figure de fédérateur, de rassembleur et de protecteur. Dans ce mouvement, le Parlement européen renforce son influence et fait la preuve de son utilité, pendant que la Commission est défiée par le nouvel équilibre politique. La matière communautaire est d'essence naturellement politique. La législation européenne relève de plus en plus de la politique intérieure. Les institutions européennes ne peuvent plus être gérées sur le seul mode diplomatique. Les Affaires européennes appartiennent désormais aussi à l'ordre de la politique intérieure.

L'entente franco-allemande s'est, une fois encore, manifestée sur les dossiers concrets soumis au Conseil européen. Elle a été en mesure de permettre des décisions. Sur les sujets précis, la coopération entre les deux pays a atteint un nouveau seuil de confiance et d'efficacité. Jamais les diplomates et les responsables en charge des négociations n'ont autant collaboré à la préparation des décisions européennes. En revanche des divergences, jadis cachées ou retenues, portant sur la politique économique ont été rendues publiques. Elles traduisent les différences de situation des deux pays. Elles exigent des débats franco-allemands renouvelés qui devraient être organisés sur les finalités européennes et les moyens de la politique communautaire. Les deux partenaires historiques doivent manifestement retrouver, au-delà des rites et des symboles, les moyens de démontrer leur communauté de vues sur l'avenir de l'Union.

La présidence française a démontré un fort leadership politique interne, qui a permis de surmonter des difficultés que la seule négociation diplomatique aurait rendu insurmontables. L'engagement du Conseil à reprendre les propositions de la Commission sur l'environnement, est ainsi un choix politique majeur qui a rendu possible l'adoption d'un programme exemplaire malgré la crise économique. Le fonctionnement du Conseil, si critiqué de ce point de vue, a démontré la nécessité d'une présidence stable et forte telle que prévue par le Traité de Lisbonne. Le choix du futur président sera évidemment déterminant.

Les Etats membres pratiquent davantage et naturellement " le réflexe européen " et n'hésitent pas à s'allier en coalitions de circonstance pour affronter certaines questions. Pour les grandes questions de politique étrangère, comme l'Iran, le Moyen-Orient, la Russie, des consultations intergouvernementales ont lieu entre certains Etats membres qui forment parfois des coalitions temporaires ou permanentes. Ces exemples de " différenciation " préjugent d'une évolution durable. Les Etats devront néanmoins veiller à ne pas affaiblir les institutions communes qui, pour ce qui les concerne, devront savoir s'adapter à de nouveaux besoins. L'Union ne peut que tirer profit de l'addition de spécificités de ses Etats membres, profiter de l'expérience des grandes diplomaties ou de situations régionales particulières. L'Union, qui a consacré toute son énergie des 50 dernières années à abolir les barrières entre ses Etats membres, doit désormais relever le défi extérieur et se penser face au monde.

Sur la scène internationale, en effet, elle dispose d'une place et d'un statut à part. Union pacifique et volontaire d'Etats souverains, elle incarne naturellement les valeurs du multilatéralisme, du règlement pacifique des différends, de la prospérité par la paix. Elle est pourtant confrontée à des défis très concrets qui la contraignent à agir de manière plus unitaire.

Elle a obtenu la réunion d'un G20, pour la première fois élargi aux pays émergents et en développement alors que ni l'ONU ni le G8 ne parvenaient à se réformer en ce sens. Le contenu des décisions prises à Washington le 15 novembre, qui donnera lieu à une autre réunion internationale à Londres au mois d'avril 2009, marque le triomphe de conceptions européennes qui n'ont jamais été formalisées mais qui correspondent parfaitement à des convictions partagées et aux intérêts propres de chacun des pays européens : une vraie régulation appuyée sur des organisations internationales disposant de pouvoirs propres, la transparence des marchés et des acteurs économiques, leur légitimité face à l'économie réelle.
En matière économique, les 27, qui représentent le principal pôle de richesse mondiale, ont su mobiliser près de 1 800 milliards d'Euro pour garantir le système financier, ce qui représente près de 3 fois les garanties accordées par les Etats-Unis à leurs banques. Son plan de relance de 200 milliards €, développés par les Etats membres et la mobilisation de maigres crédits communautaires, est loin d'être négligeable. Appuyé sur l'Euro et sur une Banque centrale dont la sagesse et la solidité constituent les meilleurs atouts pour l'économie européenne, il peut encore être abondé si nécessaire et l'Europe paraît mieux armée que par le passé pour affronter une crise qui durerait.

En matière d'environnement, répondant à l'appel du Secrétaire général de l'ONU à assurer " un leadership " dans la lutte contre le réchauffement climatique [23], l'Union aborde les négociations internationales de l'après-Kyoto, qui se dérouleront à Copenhague en décembre 2009, en position de leader exemplaire. Si elle devait être suivie par l'Amérique de Barack Obama, elle pourrait revendiquer avoir contribué de manière déterminante au sauvetage de la planète.

La relation transatlantique sera vraisemblablement au cœur de la politique européenne en 2009. Les prises de position du nouveau président américain ont enthousiasmé les opinions européennes, mais tout porte à penser que la politique étrangère de la nouvelle administration diffèrera peu de la précédente. Aussi l'Union doit-elle pousser ses avantages et exiger une relation plus équilibrée avec les Etats-Unis. C'est le sens de la démarche des ministres des Affaires étrangères qui, à l'initiative de Bernard Kouchner, ont transmis au président élu une liste de sujets sur lesquels ils souhaitent un dialogue renouvelé. Dans la détermination de cette nouvelle relation, qui doit mieux prendre en compte les intérêts et les atouts européens spécifiques, la France et l'Allemagne, qui partagent les mêmes positions, doivent prendre un leadership rapide pour éviter de nouvelles divisions européennes.

La nouvelle posture imposée par Nicolas Sarkozy à la politique américaine de la France, permet à l'Union européenne, une plus grande marge de manœuvre à l'OTAN et vers l'Est, pour autant que l'Europe reste unie. La confiance retrouvée entre la France et les Etats-Unis doit permettre à l'Union d'être le maître d'œuvre de sa politique de défense, de ses choix en matière d'élargissement, qui ne doivent pas être affectés par des considérations globales qui ne correspondraient pas aux intérêts européens propres.

L'Union, en effet, reste attirante pour ses voisins. Elle dérange le jeu traditionnel des grands acteurs mondiaux. Les pressions pour des élargissements futurs ne vont pas cesser. Elle doit développer à ses frontières une véritable politique étrangère au moyen des accords d'association et de partenariat. La crise russo-géorgienne a mis en évidence la nécessité de repenser l'élargissement de l'espace euro-atlantique et de développer pour l'Union, une véritable politique de présence et d'investissement à ses frontières. La signature d'un accord avec l'Ukraine, le réinvestissement européen dans le Caucase du Sud, la reprise des négociations avec la Russie sont de bonnes nouvelles pour la stabilité du continent européen. En revanche, l'irruption de l'Union comme médiatrice dans la crise russo-géorgienne n'est pas considérée comme telle par les grandes puissances, à commencer par la Russie et la Chine. Unie, l'Europe est trop forte et complique leur jeu de puissance traditionnel ! Les provocations chinoises envers le président français doivent être interprétées dans ce contexte. 

Fondée sur le principe d'ouverture, qui la conduisait dès l'origine à prêcher par l'exemple le libre-échange qui s'est désormais imposé partout, elle doit se voir davantage en acteur comme les autres du commerce international. Cela doit la conduire, en matière économique et commerciale, à réfuter toujours le protectionnisme mais à négocier pied à pied avec ses grands partenaires des accords plus équilibrés où la réciprocité doit devenir la règle. Elle doit, par exemple, savoir protéger ses technologies d'avenir, ce qu'un Etat fait naturellement mais que l'Union peine à imaginer au regard des règles du grand marché.
Elle a su imposer sa présence. Elle doit poursuivre dans cette voie et accepter l'objectif " d'Europe puissance ", jusqu'ici trop identifié comme une revendication française.
Il semble qu'elle n'ait pas le choix. Un consensus se dessinera-t-il sur ce but et dans quel délai ? Par son activisme positif et engagé, qui respecte la nature de l'Union tout en bousculant des pratiques et des usages réputés acquis, la présidence française aura démontré que c'était possible. Nul ne doute qu'un long chemin attend encore l'Union européenne avant de s'accepter elle-même comme telle."

Jean-Dominique Giuliani. Président de la Fondation Robert Schuman. Président de l'Institut Libre d'Etude des Relations Internationales.


Présidence française du Conseil de l’Union européenne de 2008.

Un Succès! 👏👏👏


2022: 
Présidence🇫🇷du Conseil de l'UE!
À SUIVRE...!

@MorganeBravo 
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Founder,
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷🇪🇺

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷

Fondatrice en 2006, 
 « ECOLOGIE&INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!».


President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».

President & Founder
@EuropeMex

No comments: