*TRAITÉ DE ROME*

Il est important de se rappeler d'où nous venons. Après les tragédies de la Seconde Guerre mondiale, le Traité de Rome fut un accord clé entre six pays qui a lié leur destinée via la Communauté économique européenne. À l'occasion du 62ème anniversaire de sa signature, nous revenons sur la manière dont le traité a posé les bases de l'Europe et de sa réalisation, défendues par le Parlement européen.

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!

🇪🇺EUROPE FOR CITIZENS! #HUB & #ThinkTank!
🇪🇺POUR QUE L'EUROPE, EN TANT QU’ACTEUR MONDIAL, NE SOIT PAS LOINTAINE DES EUROPÉENS & DES FRANÇAIS!. BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO, WILLKOMMEN, WELKOM, BENVENUTO, BOAS-VINDAS, WITAJ, VITAJTE... By @MorganeBravo.

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Founded in 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
🇪🇺L'EUROPE. « L'Europe ne doit pas être un commentateur du monde. Elle doit en être l'architecte.🕊 La diplomatie européenne doit être une ».

Saturday, September 05, 2020

🇪🇺Coronavirus:Measures restricting free movement in the EU.

President von der Leyen on the COVAX facility.

On this occasion, Ursula von der Leyen announced that the European Commission is ready to join the COVAX Facility.

The COVAX Facility is a coordinated pooled procurement system for the new COVID-19 vaccines by which COVAX aims to ensure equal and fair access for each participating economy, using the allocation structure currently developed by the World Health Organization (WHO).

President von der Leyen on the Commission’s proposal for more clarity and predictability of any measures restricting free movement in the EU.

"We believe that no EU citizen should be denied entry to another EU country." "This is why we are proposing a common approach to travel measures to provide more stability, predictability and clarity for Europeans." 

Coronavirus: 
Commission proposes more clarity and predictability of any measures restricting free movement in the European Union.

"The Commission has today adopted a proposal for a Council Recommendation to ensure that any measures taken by Member States that restrict free movement due to the coronavirus pandemic are coordinated and clearly communicated at the EU level.

The Commission's proposal sets out four key areas where Member States should work closer together:

  1. Common criteria and thresholds for Member States when deciding whether to introduce travel restrictions;
  2. Mapping of common criteria using an agreed colour code;
  3. A common framework for measures applied to travellers from high-risk areas;
  4. Clear and timely information to the public about any restrictions 

Commissioner for Health and Food Safety, Stella Kyriakides, said:“Today we propose to our Member States a well-coordinated, predictable and transparent approach to travel restrictions where these are needed, always placing the protection of public health first. We must avoid further disruption of already fragile economies and additional uncertainty for citizens who have made huge sacrifices. They expect this from us after so many months living with COVID-19.”

Commissioner for Justice, Didier Reynders, said: “Our right to move freely in the EU has been heavily impacted by the pandemic. For the many citizens who rely on frictionless travel every day, the cacophony of national rules in the EU is overwhelming. We want to simplify things. We are proposing straightforward criteria, applicable without discrimination, which are easy to follow by Member States and allow to inform Europeans properly.” 

Commissioner for Home Affairs, Ylva Johansson, said: “Since March, the Commission has developed and delivered a solid foundation of internal and external border control recommendations for Member States to follow. Today's measures builds on this track record so that we can fully benefit from our Schengen area. That is why we want a clear ‘green, orange, red' system and not a kaleidoscope of individual measures”. 

Common criteria                 

There is currently a wide discrepancy between national criteria for introducing measures that restrict free movement in the European Union. The Commission is proposing that each Member State takes into account the following criteria when putting in place any restrictive measures:

  • The total number of newly notified COVID-19 cases per 100 000 people in a given area in a 14-day period;
  • The percentage of positive tests from all COVID-19 tests carried out in given area during a seven-day period;
  • The number of COVID-19 tests carried out per 100 000 people in a given area during a seven-day period.

Member States should provide this data on a weekly basis to the European Centre for Disease Prevention and Control. Member States should also provide this data at the regional level to ensure that any measures can be targeted to those regions where they are strictly necessary.

On the basis that the Member State of departure has a weekly testing rate of more than 250 per 100 000 people, the Commission is proposing that Member States should not restrict free movement of people travelling from another Member State where:

  • The total number of newly notified COVID-19 cases in a given area is equal to less than 50 per 100 000 people during a 14-day period, OR,
  • The percentage of positive tests from all COVID-19 tests in a given area is less than 3%.

A common colour code

Based on the data provided by Member States, the Commission proposes that the European Centre for Disease Prevention and Control publishes a map of EU and EEA countries, updated weekly, with a common colour code to support Member States and travellers. The Commission proposes the following:

  • Green for an area where the total number of newly notified COVID-19 cases is less than 25 during a 14-day period AND the percentage of positive tests from all COVID-19 tests is less than 3%;
  • Orange for an area where the total number of newly notified COVID-19 cases is less than 50 during a 14-day period BUT the percentage of positive tests from all COVID-19 tests is 3% or more OR the total number of newly notified COVID-19 cases is between 25 and 150 BUT the percentage of positive tests from all COVID-19 tests is less than 3%;
  • Red for an area where the total number of newly notified COVID-19 cases is more than 50 during a 14-day period AND the percentage of positive tests from all COVID-19 tests is 3% or more OR the total number of newly notified COVID-19 cases is more than 150 per 100 000 people during a 14-day period;
  • Grey if there is insufficient information available to assess the criteria proposed by the Commission OR the number of COVID-19 tests carried out per 100 000 people is less than 250.

A common approach for travellers from high-risk areas

The Commission proposes a common approach amongst Member States when dealing with travellers coming from ‘high-risk' zones. Member States should not refuse the entry of persons travelling from other Member States. Member States that introduce restrictions to free movement based on their own decision-making processes, could require:

  • persons travelling from an area classified as ‘red' or ‘grey' to either undergo quarantine OR undergo a COVID-19 test after arrival – COVID-19 testing being the preferred option;*

Where justified, Member States could consider recommending that persons travelling from an area classified as ‘orange' undergo at least a COVID-19 test prior to departure or upon arrival. Member States could require persons arriving from an area classified as ‘red', ‘orange' or ‘grey' to submit passenger locator forms, notably those arriving by airplane, in accordance with data protection requirements. Travellers with an essential function or need – such as workers exercising critical occupations, frontier and posted workers, students or journalists performing their duties - should not be required to undergo quarantine.

Clear and timely information to the public 

The Commission proposes that Member States provide details of upcoming restrictions to free movement or the lifting of travel restrictions to Member States and the Commission on a weekly basis. Changes should be notified a week before entering into force.

Information should also be made available on the ‘Re-open EU' web platform, with a link to the weekly-published map by the European Centre for Disease Prevention and Control.

Citizens and businesses need predictability. Member States must make all efforts to minimise the social and economic impact of travel restrictions. This should include the provision of information to the public in in a clear, comprehensive and timely manner.

Background

The right of European citizens to move and reside freely within the European Union is one of the most cherished achievements of the European Union, as well as an important driver of our economy. Any restrictions to the fundamental right of free movement within the EU should only be put in place where strictly necessary and be coordinated, proportionate and non-discriminatory to address public health risks.  To limit the spread of the COVID-19 outbreak, Member States have adopted various measures, some of which have had an impact on free movement. A well-coordinated, predictable and transparent approach to the adoption of restrictions on freedom of movement is necessary to prevent the spread of the virus, safeguard the health of citizens as well as maintain free movement within the Union, under safe conditions. This is important for the millions of citizens who rely on frictionless cross-border travel every day, and crucial for our efforts to start safely re-building the economy.

Next steps

The Commission's proposal for a Recommendation will be discussed by the Council with the aim of an adoption in the coming weeks."

COVID-19: 

la Commission propose plus de clarté et de prévisibilité pour toutes les mesures restreignant la libre circulation dans l'Union européenne.

"La Commission a adopté aujourd'hui une proposition de recommandation du Conseil visant à garantir que toutes les mesures prises par les États membres qui restreignent la libre circulation en raison de la pandémie de coronavirus soient coordonnées et clairement communiquées au niveau de l'UE.

La proposition de la Commission définit quatre domaines clés dans lesquels les États membres devraient coopérer plus étroitement:

  1. des critères et des seuils communs destinés aux États membres lorsqu'ils doivent établir s'il y a lieu d'instaurer des restrictions en matière de déplacements;
  2. une cartographie des critères communs faisant appel à un code couleurs établi de commun accord;
  3. un cadre commun relatif aux mesures appliquées aux voyageurs provenant de zones à haut risque;
  4. la communication au public d'informations claires et disponibles en temps utile en ce qui concerne toute restriction. 

Mme Stella Kyriakides, commissaire chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, a déclaré ce qui suit: «Aujourd'hui, nous proposons à nos États membres une approche bien coordonnée, prévisible et transparente des restrictions en matière de déplacements lorsque celles-ci sont nécessaires, en accordant toujours la priorité à la protection de la santé publique. Nous devons éviter de perturber davantage des économies déjà fragiles et d'accroître l'incertitude des citoyens, qui ont consenti d'immenses sacrifices. C'est ce que les citoyens attendent de nous après ces longs mois de coexistence avec la COVID-19.»

M. Didier Reynders, commissaire chargé de la justice, a fait la déclaration suivante: «Le droit de circuler librement dans l'UE dont nous jouissons a été fortement affecté par la pandémie. Pour les nombreux citoyens qui doivent pouvoir se déplacer sans difficulté au quotidien, la cacophonie des règles nationales au sein de l'UE a de quoi désorienter. Nous entendons simplifier les choses. Nous proposons des critères simples, applicables sans discrimination, faciles à respecter par les États membres et permettant d'informer correctement les Européens.» 

Mme Ylva Johansson, commissaire aux affaires intérieures, a quant à elle déclaré: «Depuis mars, la Commission a élaboré et fourni une base solide de recommandations en matière de contrôle aux frontières intérieures et extérieures destinées aux États membres. Les mesures adoptées aujourd'hui s'appuient sur cette base afin de nous permettre de tirer pleinement parti de notre espace Schengen. C'est pourquoi nous voulons un système «vert, orange, rouge» qui soit clair et non un kaléidoscope de mesures individuelles». 

Critères communs 

Il existe actuellement une grande disparité entre les critères nationaux régissant l'instauration de mesures restreignant la libre circulation au sein de l'Union européenne. La Commission propose que chaque État membre tienne compte des critères exposés ci-dessous lorsqu'il met en place des mesures restrictives:

  • le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés pour 100 000 personnes dans une zone donnée sur une période de 14 jours;
  • le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 effectués dans une zone donnée sur une période de sept jours;
  • le nombre de tests COVID-19 effectués pour 100 000 personnes dans une zone donnée sur une période de sept jours.

Les États membres devraient communiquer ces données chaque semaine au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Ils devraient également fournir ces données au niveau régional de sorte que toute mesure puisse cibler les régions où elle serait strictement nécessaire.

Dès lors que l'État membre de départ affiche un taux de dépistage hebdomadaire supérieur à 250 pour 100 000 personnes, la Commission propose que les États membres ne restreignent pas la libre circulation des personnes voyageant à partir d'un autre État membre lorsque:

  • le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés dans une zone donnée est égal ou inférieur à 50 pour 100 000 personnes sur une période de 14 jours, OU;
  • le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 effectués dans une zone donnée est inférieur à 3 %.

Un code couleurs commun

Sur la base des données fournies par les États membres, la Commission propose que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies publie une carte des pays de l'UE et de l'EEE, mise à jour chaque semaine et assortie d'un code couleurs commun de nature à aider les États membres et les voyageurs. La Commission propose le code couleurs suivant:

  • vert pour les zones dans lesquelles le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés est inférieur à 25 sur une période de 14 jours ET le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 est inférieur à 3 %;
  • orange pour les zones dans lesquelles le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés est inférieur à 50 sur une période de 14 jours MAIS le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 est égal ou supérieur à 3 %, OU le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés est compris entre 25 et 150 MAIS le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 est inférieur à 3 %;
  • rouge pour les zones dans lesquelles le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés est supérieur à 50 sur une période de 14 jours ET le pourcentage de tests positifs parmi l'ensemble des tests COVID-19 est égal ou supérieur à 3 %, OU le nombre total de cas de COVID-19 nouvellement notifiés est supérieur à 150 pour 100 000 personnes sur une période de 14 jours;
  • gris si les informations disponibles sont insuffisantes pour évaluer les critères proposés par la Commission OU si le nombre de tests de COVID-19 effectués pour 100 000 personnes est inférieur à 250.

Une approche commune à l'égard des voyageurs provenant de zones à haut risque

La Commission propose une approche commune pour tous les États membres en ce qui concerne les voyageurs provenant de zones «à haut risque». Les États membres ne devraient pas refuser l'entrée sur leur territoire de personnes voyageant en provenance d'autres États. Les États membres qui introduisent des restrictions à la libre circulation sur la base de leurs propres processus décisionnels pourraient exiger:

  • des personnes voyageant en provenance d'une zone classée «rouge» ou «grise» qu'elles se soumettent à une quarantaine OUqu'elles subissent un test COVID-19 à leur arrivée - la dernière option citée étant privilégiée;

Lorsque cela se justifie, les États membres pourraient envisager de recommander aux personnes voyageant en provenance d'une zone classée «orange» de se soumettre au moins à un test COVID-19 avant le départ ou à l'arrivée. les États membres pourraient exiger des personnes provenant d'une zone classée «rouge», «orange» ou «grise» qu'elles présentent un formulaire de localisation des passagers, notamment des personnes arrivant par avion, et ce dans le respect des exigences en matière de protection des données. Les voyageurs occupant une fonction essentielle ou ayant des besoins essentiels - tels que les travailleurs exerçant des professions critiques, les travailleurs frontaliers et détachés, les étudiants ou les journalistes dans l'exercice de leur fonction - ne devraient pas être tenus de se soumettre à une quarantaine.

Des informations claires communiquées en temps utile au public 

La Commission propose que les États membres communiquent chaque semaine aux autres États membres et à elle-même des informations détaillées sur des restrictions à venir à la libre circulation ou sur la levée à venir de restrictions de déplacement. Les modifications devraient être notifiées une semaine avant leur entrée en vigueur.

Les informations devraient également être disponibles sur la plateforme web «Re-open EU», et comporter un lien vers la carte publiée chaque semaine par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Les citoyens et les entreprises ont besoin de prévisibilité. Les États membres doivent tout mettre en œuvre pour réduire au minimum les conséquences sociales et économiques des restrictions en matière de déplacements. Il s'agit notamment de communiquer au public des informations claires, complètes et disponibles en temps utile.

Contexte

Le droit des citoyens européens de circuler et de séjourner librement au sein de l'Union européenne est l'une des réussites les plus appréciées de l'Union, ainsi qu'un moteur important de notre économie. Toute restriction au droit fondamental de circuler librement au sein de l'UE ne devrait être mise en place que lorsqu'elle est strictement nécessaire et devrait être coordonnée, proportionnée et non discriminatoire pour faire face aux risques pesant sur la santé publique. Pour limiter la propagation de la pandémie de COVID-19, les États membres ont adopté diverses mesures, dont certaines ont eu une incidence sur la libre circulation. Une approche bien coordonnée, prévisible et transparente de l'adoption de restrictions à la libre circulation est nécessaire pour prévenir la propagation du virus et préserver la santé des citoyens, tout en maintenant la libre circulation au sein de l'Union dans des conditions de sécurité. Une telle approche est importante pour les millions de citoyens qui doivent pouvoir effectuer sans difficulté des déplacements transfrontaliers au quotidien et est essentielle aux efforts que nous déployons pour commencer à redresser l'économie en toute sécurité.

Prochaines étapes

La proposition de recommandation de la Commission sera examinée par le Conseil en vue d'une adoption dans les semaines à venir."

#StrongerTogether

@MorganeBravo 
Former trainee (Blue Book) of the European Commission, 
at the General Secretariat in Brussels. 
Founder,
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷🇪🇺

Fondatrice du HUB (2006)
UNION EUROPÉENNE, EUROPEAN UNION, UNION EUROPEA.
🇪🇺CANDIDAT PRIX EUROPCOM 2017:
"THE HUB EUROPEAN UNION"🇫🇷

Fondatrice en 2006, 
 « ECOLOGIE&INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!».


President & Founder
HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ».


No comments: