2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Friday, February 11, 2011

*Changer la France pour mieux la protéger...Nicolas Sarkozy*

Sur TF1 jeudi soir dans « Paroles de Français », Nicolas Sarkozy a marqué à nouveau sa volonté de protéger la France et les Français de la crise et de l’insécurité
500 millions d’euros supplémentaires vont être consacrés à l’emploi
 
Assurer la sécurité, rapprocher la justice du citoyen, renforcer la solidarité, défendre et créer des emplois… Jeudi soir face à un panel de Français qui lui faisaient part des difficultés auxquelles ils étaient confrontés, le président de la République a réaffirmé le rôle protecteur de notre République. Et il a remis en perspective l’action du Gouvernement, tracé un cap clair et ambitieux pour l’avenir.

Pour Nicolas Sarkozy la protection des Français et l’action réformiste sont complémentaires.

Si aucune solution magique n’existe, Nicolas Sarkozy a apporté aux Français des réponses concrètes et crédibles qui tranchent avec les rengaines et les critiques répétitives et sans perspectives de nos adversaires.

Il a très clairement appelé au changement pour protéger la France.

« Si on veut garder la France telle que nous l’aimons, si on veut défendre notre modèle social, si on veut transmettre à nos enfants ce que nos parents nous ont transmis, il faut accepter de changer » a-t-il lancé aux Français dont il a salué « la lucidité et la grande capacité d’adaptation ».

Voici, résumées les principales mesures annoncées par le président de la République :

  • Délinquance.- Des nouvelles mesures seront adoptées pour la délinquance des mineurs d’ici l’été. Nicolas Sarkozy souhaite « adapter la justice pénale à la société d’aujourd’hui ». Il vise plus particulièrement les tribunaux pour enfants dont les sanctions ne semblent plus adaptées pour juger notamment les mineurs de 16 ans et plus, auteurs d’hyper violences.

  • Justice.- Lancement d’une concertation « très ouverte » entre les magistrats et le Garde des sceaux. Les efforts sont, pour Nicolas Sarkozy, à mettre sur la justice pénale qui rencontre le plus de problèmes. Il faut l'« adapter à la violence de la société ». . Pour lui, « la première des préventions c’est la certitude d’être sanctionné ».

  • Jurés populaires.- D’ici l’été des jurés assisteront les magistrats professionnels dans les tribunaux correctionnels. Les citoyens seront appelés, par tirage au sort sur listes électorales, à sièger une semaine par an.

  • Emploi.- 500 millions d’euros supplémentaires vont être affectés en direction des chômeurs longue durée et de l’apprentissage. Tous les chômeurs longue durée vont être reçus dans les 3 prochains par Pôle Emploi mois afin que leur soient proposés, soit un emploi, soit une formation qualifiante. L’apprentissage va devenir une priorité avec l’objectif de passer de 600 000 à 1 million d’apprentis. Des centres d’apprentissage vont être construits ou rénovés. Les entreprises de plus de 250 salariés seront dans l’obligation (via l’instauration d’un système de bonus-malus) d’ouvrir leurs portes aux apprentis. « Il faut que le regard des employeurs change. Les entreprises doivent répondre aux efforts de la France », a souligné Nicolas Sarkozy qui place l'emploi au cœur des priorités de 2011.

  • Résidences principales.- Nicolas Sarkozy n’est pas favorable à la taxation des plus-values sur la résidence principale.
     
  • TVA sociale.- Pour Nicolas Sarkozy le financement de la protection sociale «ne peut plus reposer quasi exclusivement sur le travail», les charges sociales contribuant aux deux tiers des ressources de la sécurité sociale. Le président de la République a trouvé « intéressante » la proposition du secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, d'élargir ce financement à la consommation, permettant aussi de taxer les importations. C’est une question très lourde que je ne peux refuser par principe. La question du financement de notre protection sociale par les importations est clairement posée»,a-t-il souligné.

  • Dépendance.- La prise en charge de la dépendance comme cinquième protection de l’assurance sociale (maladie, retraite, accidents du travail, famille) sera mise en chantier cet été, au terme du débat sur cette grande réforme lancée le 8 février dernier. Le problème du financement est posé. Assurance ? La reprise sur héritage ? Un jour férié en moins ? La CSG ? « Je ne ferme aucune porte. (...) Vraisemblablement, ce sera un panier de sources de financement», note le président de la République.

  • Médecine.- Incitations financières sous forme de bourse pour les étudiants en médecine souhaitant s’installer dans les territoires sous-médicalisés. Et simplifications administratives pour rendre du temps médical aux médecins. « D'ici un mois, on va faire tomber tout un tas de formulaires administratifs qui ne servent à rien », a annoncé Nicolas Sarkozy.

  • Enseignement.- Objectif du président de la République : arrêter la paupérisation du métier d’enseignant. Avec 2 axes : meilleure formation des enseignants et augmentation de leurs revenus grâce aux heures supplémentaires.

  • Immigration.- Défenseur d’un état laïc et de la liberté des cultes, Nicolas Sarkozy s’oppose au prosélytisme religieux agressif. Pour lui le multiculturalisme est un échec. « On s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui l’accueillait », a-t-il précisé. « Si on vit en France, on apporte son identité à la communauté nationale mais on respecte la communauté nationale. Nous ne voulons pas, en tout cas ce n'est pas le projet de la France, d'une société où les communautés coexistent les unes à côté des autres».
Le président de la République a montré combien, en rappelant les valeurs de la France, en fixant un cap pour l’avenir, en insistant sur le rôle protecteur de l’Etat, en développant des propositions, ouvrant des débats, il cherche à réconcilier les Français, à restaurer la confiance et à sauvegarder notre pacte social.

Bien à vous,
Morgane BRAVO

No comments: