2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Friday, July 01, 2011

*L’Union européenne au XXIe siècle – véritables enjeux*


La présidence hongroise de l’Union européenne s’est bien déroulée, des mesures législatives bien nécessaires ayant été amenées et des questions importantes pour l’ensemble de l’Union, gérées de manière compétente et professionnelle. Le défi consiste désormais à préserver l’expertise et les compétences qui ont été accumulées, sachant qu’un nouvel Etat membre ne peut vraiment comprendre comment tirer le meilleur parti de l’Union européenne qu’après en avoir exercé la présidence pour la première fois.
Je tenais, alors que la présidence touche à sa fin, à apporter ma contribution à ce blog en évoquant l’avenir de l’Union européenne.
L’Union européenne est aujourd’hui la structure la plus complexe et la plus aboutie de par le monde qui, outre le fait qu’elle constitue le plus grand marché unique, permet à ses membres de partager leur souveraineté afin de promouvoir des intérêts et des valeurs communs. Il est vrai que nombreux sont ceux qui, au Royaume-Uni, sont plus à l’aise avec ce marché unique qu’avec l’union politique en tant que telle. Il est également vrai que le Royaume-Uni a choisi, pour diverses raisons historiques, géographiques ou sociales, de se tenir à l’écart de l’Union européenne actuelle dans certains domaines tels que Schengen ou l’euro. Mais d’autres ont aussi fait de même. Parfois, c’est justement parce que nous prenons nos engagements très au sérieux que nous sommes les premiers à remettre en question ses modalités pratiques plutôt que de donner l’impression d’épouser la vision d’ensemble.
Même s’il vous est arrivé de lire exactement l’inverse, le gouvernement britannique tient néanmoins à être un acteur volontariste au cœur de l’Union, volontariste et actif, œuvrant avec ses partenaires afin que tous les Etats membres soient armés pour affronter les principaux défis du XXIe siècle : compétitivité, réchauffement climatique et pauvreté, et ce à l’échelle mondiale. Dans ces domaines, je peux affirmer sans honte aucune que le Royaume-Uni est l’un des Etats membres des plus visionnaires, créatifs et influents au sein de l’Union, apportant sa contribution aux idées et aux propositions politiques qui définissent pour une large part le calendrier de l’Union. Nous ne sommes pas simplement pragmatiques ; nous avons une réelle vision de l’Europe. Ceci est à mettre en rapport avec les valeurs d’ouverture, d’équité et de coopération. Et notre principale priorité à long terme à cet égard est de permettre à l’Europe de mieux servir ses citoyens.
L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en décembre 2009 a ouvert la voie à une Union européenne de vingt-sept Etats membres qui coopèrent de manière plus effective et plus efficace, même si d’importants points de détail doivent encore être réglés. A l’instar de la plupart de nos partenaires, nous sommes convaincus que cela nous permet, à l’exception de l’adhésion progressive de nouveaux membres, de mettre le débat institutionnel interne au frigo pour les dix années à venir au moins. Et c’est ce qu’il faut pour que nous préservions notre crédibilité aux yeux des citoyens européens. L’Union européenne a en effet désormais une occasion unique de se concentrer sur les enjeux qui comptent vraiment pour les peuples de nos pays dans trois grands domaines liés entre eux, à savoir l’emploi et la croissance, le changement climatique et la sécurité énergétique, ainsi que l’engagement international, au travers duquel nous pouvons mieux garantir la stabilité et la prospérité partout dans le monde.
Premièrement, promouvoir la croissance. Il s’agit à cet effet de renforcer et d’étendre le marché unique, qui est la clé de la croissance économique durable à long terme dont l’Union a besoin. Et c’est dans les domaines où le potentiel est le plus élevé, que les gains sont les plus évidents, que ce soit dans le domaine de l’économie numérique, des produits « verts » ou dans le secteur des services. Mais il s’agit également de mieux réglementer, en éliminant les charges inutiles pour les entreprises, de manière à améliorer la compétitivité de l’Europe : il n’est pas normal que nous soyons l’endroit le plus cher au monde pour fonder une nouvelle entreprise. Il s’agit aussi de s’ouvrir aux marchés extérieurs, en donnant un nouveau souffle aux négociations de l’OMC et en négociant d’ambitieux accords de libre-échange avec des partenaires clés. Le commerce non seulement constitue le principal vecteur de la croissance, mais il peut également favoriser l’innovation.
Deuxièmement, l’environnement et l’énergie. Notre objectif dans ce domaine est de façonner, à l’horizon 2050, une économie à faible intensité de carbone, qui soit efficace au niveau de l’utilisation des ressources et préserve l’environnement, et la seule manière de parvenir à cet objectif est de relever ce défi au niveau de l’Union européenne. C’est effectivement le seul niveau où nous pouvons résoudre les problèmes des marchés européens, interconnectés et interdépendants, de l’énergie, mener la décarbonisation des transports et du secteur électrique, et gérer nos ressources naturelles et notre biodiversité, en garantissant leur durabilité. Au travers de la promotion d’un commerce à faible intensité de carbone, l’Union européenne peut gagner un pari triple : bénéfices en termes de commerce, bénéfices en termes d’écologie et développement plus durable.
Troisièmement, l’engagement international. Il convient, à cet égard, de nous concentrer, de manière plus efficace et plus stratégique, sur nos relations avec nos plus importants partenaires actuels et futurs, à savoir les Etats-Unis et les BRIC, ainsi que sur d’autres questions internationales essentielles. Ces questions incluent notamment le changement climatique, l’Union européenne devant prendre des mesures ambitieuses et volontaristes, afin d’en tirer les bénéfices économiques à long terme, et faire prendre la tête des négociations internationales sur le changement climatique.
Ces questions incluent aussi le développement : dans la mesure où nous contribuons pour plus de 50 % au budget mondial en faveur de l’aide au développement, nous pouvons exercer une influence déterminante sur les pays en développement. Et nous fermons les yeux sur leurs problèmes à nos propres dépens. Enfin, plus près de chez nous, nous devons activement promouvoir le maintien de l’élargissement au calendrier de l’Union, ce qui permet de promouvoir la stabilité, la sécurité et la prospérité dans les Balkans occidentaux et bien au-delà, et nous devons rapprocher la Turquie de l’Union plutôt que de la tenir à l’écart. Cela dit, un engagement plus clair en faveur d’une adhésion de la Turquie est nécessaire à une plus grande responsabilité.
Lorsque l’on écoute ce que dit la presse de l’Union européenne, il rare d’entendre parler de ces objectifs à long terme. On parle plutôt de problèmes tels que la crise de la zone euro ou de divergences d’opinion sur le budget de l’Union. Il va de soi que nous devons bien sûr résoudre ces urgents problèmes. Mais si nous ne gardons pas à l’esprit une vision plus large de ce que nos citoyens attendent, nous risquons de nous trouver pris au piège d’orientations politiques qui pourraient, à terme, s’avérer contre-productives.
Prenons juste, par exemple, le budget de l’Union. Le Royaume-Uni a clairement exposé sa position : la croissance du budget devrait être limitée dans le cadre des prochaines perspectives financières. Elle se doit de tenir compte du contexte économique et budgétaire dans lequel l’Europe se trouve aujourd’hui et d’être réaliste en termes de disponibilité des ressources au niveau de l’Union. Nous ne pouvons pas demander aux citoyens de se serrer la ceinture tout en laissant l’Union continuer à augmenter ses dépenses.
Mais un regard plus intelligent sur le budget ne signifie pas que nous devons manquer d’ambition.
Il y a un grand potentiel pour les dépenses en faveur d’une réduction de l’intensité de carbone, qui pourraient jouer un rôle plus important dans le cadre du budget de l’Union. En réduisant le gaspillage dans les dépenses, nous pourrions non seulement contribuer à réduire l’ampleur du budget, mais également consacrer certaines ressources disponibles aux priorités de l’Union européenne, y compris les objectifs de réduction de l’intensité de carbone. Il faut qu’une plus grande part des fonds structurels et des fonds de cohésion soient directement orientée vers les Etats membres qui sont moins prospères. Mais ces mêmes Etats membres devraient, afin de contribuer à la réalisation de ces objectifs en termes de changement climatique et d’énergie, consacrer une part plus importante de leurs dépenses à des projets de réduction de l’intensité de carbone qui rentrent clairement dans les conditions d’octroi de subventions.
Il est donc euphorisant d’œuvrer aujourd’hui à l’Europe. Et la vision que le Royaume-Uni a de l’Union européenne évolue, en fonction de la manière dont on peut améliorer la vie de ses citoyens, en leur apportant plus de prospérité et de sécurité. Ce calendrier optimiste, nous devons le mettre en œuvre si nous voulons que nos peuples continuent à croire en l’expérience européenne.

Greg Dorey
Ambassadeur du Royaume-Uni en Hongrie

Bien à vous,
Morgane BRAVO

No comments: