2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Friday, March 18, 2011

*Des diplomates détachés rejoignent l'équipe de la présidence hongroise...*

Des diplomates détachés rejoignent l'équipe de la présidence hongroise

En but avec les difficultés de la langue hongroise, ils aiment la cuisine hongroise, les bains et l’architecture de Budapest. Originaires de neuf pays de l’Union européenne, ces experts aux parcours diplomatiques divers et variés assistent le ministère hongrois des affaires étrangères au cours des six mois de la présidence.

Dans le droit fil de la tradition des présidences de l’Union, l’équipe de la présidence hongroise, qui est constituée de plusieurs centaines de collaborateurs, est actuellement renforcée par des experts issus d’autres Etats membres de l’Union européenne: Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni et Slovaquie. Nous avons interrogé certains de ces experts sur leur travail actuel, leurs motivations et leurs impressions.
« Je pensais que ce serait un défi unique que de devenir un peu comme un Hongrois, en travaillant avec des Hongrois à Budapest », nous confie Achraf Bouali, diplomate néerlandais, à propos des raisons qui l’ont conduit à rejoindre l’équipe de la présidence. « Je suis très content d’avoir fait ce choix. Ce n’est pas toujours facile, mais grâce à l’ouverture d’esprit que je rencontre ici et étant pleinement inclus dans le département pour lequel je travaille, je vis une expérience magnifique », ajoute-t-il.
La Haye, Moscou, Kaboul, Budapest
Avant d'arriver à Budapest en novembre 2010, Achraf travaillait au département en charge du Proche-Orient au sein du ministère néerlandais des affaires étrangères à la Haye. Parmi ses derniers postes, figurent les ambassades des Pays-Bas respectivement à Moscou et à Kaboul. Au sein du ministère hongrois des affaires étrangères, il a apporté sa contribution à plusieurs questions relatives aux droits de l’homme, en assurant notamment le contact avec le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) et en prenant part aux préparations au Conseil des droits de l’homme à Genève. « J’espère également pouvoir poursuivre mon travail en rapport avec le Centre de prévention des génocides, une initiative hongroise, lequel vient d’être créé à Budapest », ajoute-il.
Achraf reconnaît que le hongrois « est une langue très difficile ». Il prend néanmoins des cours de langue au moins deux ou trois fois par semaine.
Détachée du ministère roumain des affaires étrangères, Ramona Ghierga a également fait des efforts pour apprendre un peu le hongrois, qu'elle considère comme un signe important du respect vis-à-vis du pays hôte.
Les Balkans occidentaux et la soupe de poissons
Elle est d’avis que son expérience antérieure dans le domaine des Balkans occidentaux correspond très bien à son travail actuel auprès du département du ministère hongrois des affaires étrangères en charge de cette même région. Ramona pense que ce semestre lui permettra de suivre les évolutions dans le domaine de l’élargissement. « Ce domaine politique joue un rôle particulièrement important aujourd’hui car l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, ainsi que les perspectives européennes des pays des Balkans occidentaux, notamment de la Serbie, font partie des priorités de la présidence », ajoute-elle.
Ramona adore la soupe de poisson hongroise (le halászlé) et, de manière générale, la cuisine locale, qui ressemble selon elle beaucoup à celle de sa région natale, le Banat. Selon Ramona, Budapest offre également de nombreuses possibilités de faire du sport. « Avec le printemps qui arrive, j’irai faire du jogging et je ramènerai mon vélo de Timisoara », dit-elle. La diplomate roumaine envisage également de découvrir, pendant les week-ends à venir, la campagne hongroise, en particulier la région viticole de Tokaj.
Les bains turcs et l’art nouveau
Originaire de Grande-Bretagne, Mei Larm fait également des projets ambitieux en matière de loisirs. « Dès le retour du printemps, j’aimerais visiter quelques-uns des innombrables bains thermaux qui façonnent l'image de Budapest », nous confie-t-elle. « Il me reste encore à découvrir l’architecture des bains de Budapest datant de l’époque de l’occupation turque et les trésors de l’art nouveau et de l’époque contemporaine », ajoute-t-elle.
Avant de rejoindre l’équipe de la présidence en tant que conseillère linguistique et en engagement numérique, principalement en charge aujourd'hui du site internet eu2011.hu, elle a précédemment travaillé au ministère britannique des affaires étrangères à Londres. Elle a aussi travaillé au sein du groupe de la diplomatie numérique, pour lequel elle animait notamment des formations destinées aux administrateurs et aux éditeurs web. Mei s’est également occupée de questions relatives aux Nations Unies et à la prévention des conflits, ainsi que de la préparation des Jeux olympiques de 2012.
Danube et bouteilles
« Budapest ne m’a pas déçue. Quand je suis venue pour la première fois, la ville s’est avérée dépasser encore mes attentes, qui étaient déjà très élevées », nous confie la diplomate britannique. « J’adore me promener au bord du Danube et regarder le reflet des immeubles sur la rive de Buda se refléter dans l’eau », ajoute-elle. En revanche, Mei n’aime pas le fait que le nom de la station actuelle ne soit pas indiqué dans les transports publics, dans le métro par exemple, et que « l’on ne puisse pas acheter de bouteilles de cette liqueur de crème irlandaise d'un litre ».
« La connaissance limitée qu'ont les Hongrois de la première division anglaise et la difficulté de trouver un bon curry indien font partie de mes déceptions », ajoute en plaisantant un autre détaché britannique, Neil Patrick. « Je suis venu aussi parce que je pensais que Budapest serait une belle ville et un endroit formidable pour ma famille et je n’ai pas été déçu », dit-il. « J’aime l’architecture, la nourriture, les manifestations culturelles et les collines de Normafa », ajoute-t-il.
« Egészségedre », des tomates et des pommes de terre
Neil travaille actuellement au département pour la coopération du développement international et de l’aide humanitaire du ministère hongrois des affaires étrangères en tant que conseiller dans divers domaines, tels que l’avenir de la politique de développement de l’Union européenne et son financement futur. Avant d’arriver à Budapest, il a travaillé au ministère britannique du développement international. Auparavant, il avait notamment été en poste au ministère britannique des Finances, à l’ambassade de la Grande Bretagne à Dublin ainsi qu'à la Commission européenne et auprès de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).
« Mes connaissances en langue hongroise sont vraiment limitées » mais « je prononce un très joli egészségedre (santé) », dit-il.
Peter Lescouhier est quant à lui même capable d'acheter des « paradicsom » (tomates) et des « burgonya » (pommes de terre) sur les marchés de Budapest. Le diplomate belge pense que la capitale hongroise, « avec ses immeubles et panoramas magnifiques, ses bons restaurants et ses bains relaxants, est une ville très agréable à vivre ».
Des joies multiples au ministère
En tant que diplomate de liaison pour le trio des présidences espagnole, belge et hongroise, il travaille au ministère des affaires étrangères à Budapest depuis octobre 2009. La mission principale de Peter consiste à faciliter l’échange d’informations entre les présidences belge et hongroise du Conseil. Au cours des neuf dernières années, il s’est occupé d’un large éventail de dossiers relatifs à l’Union européenne, tels que l’environnement, les produits chimiques, la pêche, l’élargissement et les relations avec l’Amérique latine, la Russie et la Chine. Il a également travaillé, auparavant, à Beijing, à Manille et à Pristina.
« Faire partie d’une équipe responsable du succès de la présidence représente un défi mais aussi un plaisir et une satisfaction immenses. » Et Peter d’ajouter : « après avoir participé de près au travail de trois présidences consécutives du Conseil, cette joie est pour moi multipliée par trois ».
La présidence vue de l’intérieur
« Découvrir la présidence hongroise de l’intérieur est une expérience extraordinaire », souligne Matthias Gruber, du ministère allemand des affaires étrangères. « J’estime que travailler dans un environnement magyarophone représente un défi particulier pour moi, même si je suis entouré de collègues ayant d’excellentes connaissances linguistiques, la plupart parlant également l’allemand », affirme le diplomate.
Il est notamment chargé, au ministère hongrois des Affaires étrangères, d'organiser les visites des délégations allemandes; il assiste occasionnellement, lors de différentes réunions, Enikő Győri, ministre déléguée en charge des affaires européennes. Matthias a précédemment travaillé en tant qu’attaché culturel et éducatif auprès de l’ambassade d’Allemagne en Hongrie, où il était notamment responsable de la coopération avec l’Institut Goethe et l’Université Andrássy, l’université germanophone de Budapest.
Un second chez-moi
Marié à une Hongroise, Matthias vit à Budapest depuis près de six ans. « Je suis un grand fan de Budapest. C’est devenu mon second chez-moi et j'y suis très attaché », nous confie-t-il. « J’aime aussi visiter les autres régions du pays et nous apprécions énormément, ma famille et moi, l’hospitalité des Hongrois ainsi que la beauté de la nature», ajoute-il. Hormis les plus célèbres destinations touristiques, les montagnes de Zemplén, le parc national d’Őrség et le centre historique de Gyula sont les lieux préférés de Mathias.

Bien à vous,
Morgane BRAVO

No comments: