2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Wednesday, November 25, 2009

***Twitter prépare une version payante pour les entreprises...***


***Le site de microblogging va lancer d'ici à la fin de l'année une version "professionnelle", incluant un outil permettant d'analyser son audience, de détecter les buzz et de monétiser son contenu.

Twitter ne cesse d'évoluer pour continuer d'attirer et générer de nouvelles sources de revenus. Après le lancement d'une version française il y a quelques jours, le réseau social de microblogging prépare actuellement une version payante et professionnelle pour les entreprises. Elle sera lancée d'ici à la fin de l'année, a précisé Biz Stone. Le co-fondateur de Twitter avait déjà affirmé il y a quelques semaines qu'il ne se focalisait pas sur l'insertion de publicités sur son service, mais que ses équipes travaillaient plutôt à l'élaboration de fonctionnalités payantes.

Le site conservera la même interface que pour les utilisateurs en mode "gratuit". Mais il accueillera un nouvel outil, qui permettra une analyse statistique des données échangées sur le réseau social. De la même manière que Google Analytics - qui est lui gratuit -, cette solution permettra aux "professionnels" d'analyser leur audience, afin de monétiser leur contenu et adapter les "tweets" (les messages postes limités à 140 caractères) à une stratégie commerciale. L'outil permettra également de détecter très rapidement un buzz.
Un moyen de dégager un modèle économique viable

Le prix de l'abonnement "pro" n'est pas encore défini. Mais cette nouvelle version apparaît d'ores et déjà comme un moyen pour Twitter de dégager un modèle économique viable. Biz Stone ne cache d'ailleurs pas que la plate-forme pourrait également être amenée, dès 2010, à conclure des partenariats avec plusieurs médias, basés sur la syndicalisation des contenus.

Depuis plusieurs mois, le site de microblogging cherche en effet à trouver un équilibre économique. Jusqu'à présent, Twitter n'a jamais été rentable : il ne survie financièrement que grâce aux subventions d'investisseurs privés. En septembre dernier, il a levé 100 millions de dollars (67 millions d'euros) de capitaux frais auprès de cinq investisseurs, parmi lesquels le géant des fonds d'investissement T. Rowe Price.

Cette levée de fonds, qui selon certaines sources valorise le groupe à un milliard de dollars, avait été interprétée par certains analystes comme le premier pas d'un processus devant mener à l'entrée en Bourse. Biz Stone a d'ailleurs déclaré que Twitter pourrait finir, si nécessaire, par s'introduire sur le marché pour se financer.
Des possibilités d'acquisitions

Toujours selon le dirigeant, Twitter pourrait faire des acquisitions au fur et à mesure qu'il croit en popularité. Il a déclaré que ce type d'opérations intéressait le groupe "au plus haut point", tout en disant qu'il n'y avait rien de précis à l'horizon. "L'an dernier, nous avons fait une acquisition qui s'est révélée être extrêmement pertinente (...) Nous regarderons de près tous les développeurs", a poursuivi le co-fondateur de Twitter. L'entreprise a racheté en 2008 le moteur de recherche Summize.

Il a également affirmé que le site, qui envisage d'atteindre le milliard d'utilisateurs dans le monde d'ici à 2013, "commencerait à gagner de l'argent" en 2010.

JULIEN POMPEY,
Les Echos
24/11/09

No comments: